Trois jours dans le parc national des Écrins

Destination : Auvergne-Rhône-Alpes » France » Provence Alpes Côte d'Azur | Montagne : Alpes ; Ecrins | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 3 jours | Dificulté : 4 | Dénivelé : +3500 m/-3500 m | Ecosystème : Montagne | Type d'itinéraire : Etoile | 
Hébergement : Bivouac | Meilleures Périodes : Juin, Juillet, Août, et Septembre
Trois jours de randonnée dans le parc national des Ecrins au départ de Bourg d'Arud. Cap vers le lac et le col de la Muzelle, Valsenestre, le lac de Labarre, la cabane de la Selle, le col de la Brèche et le lac de Lauvitel. Une boucle réalisée en tente, réalisable aussi en refuge, en gite d'étape et en cabane.


Carnet : Trois jours dans le parc national des Écrins

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Trace GPS d'une randonnée de 3 jours dans le parc national des Ecrins   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Trace GPS d'une randonnée de 3 jours dans le parc national des Ecrins

Télécharger la "Trace GPS d'une randonnée de 3 jours dans le parc national des Ecrins" (Téléchargement :141 fois)

A l’origine, nous avions décidé de faire une randonnée autour du Grand Goliat, entre la Suisse et l’Italie, en passant par le Col du Grand St Bernard. Comme souvent en montagne, la décision finale est fonction de la météo. Cette semaine là, une couche de 20 centimètres de neige est tombée autour de 2000 mètres dans les Alpes suisses. Changement de plan, nous irons plus au sud… dans le parc national des Ecrins.

Pour plus de liberté et d’aventure, an à décidé de faire la randonnée sous tente même si ça alourdit le sac.

De Bourg d’Arud à la cabane du Ramu

  • Temps de marche : 5 heures
  • D+ : 1661 mètres
  • D- : 560 mètres

Nous laissons notre voiture en fin de matinée sur le parking de Bourg d’Arud, à deux pas du pont qui enjambe le Vénéon, et prenons la direction du village, où des panneaux indiquent le chemin à suivre pour monter au lac de la Muzelle.

Nous commençons notre ascension dans la forêt et avons l’agréable surprise de tomber sur plusieurs cascades. Les chemins sont bien entretenus et balisés et certaines parties sont équipées de marches pour faciliter une montée parfois raide. Nous arrivons rapidement au lac de la Muzelle où il est possible de passer la nuit, dans le refuge du même nom. Le lac de toute beauté est classé depuis 1941.

Nous longeons le lac et prenons la direction du col de la Muzelle en passant par un long pierrier où le chemin n’est pas toujours bien visible, mais néanmoins très facile a suivre.

Le col ressemble à un mur de schiste vu de loin, mais il est plus rapide à franchir qu’il n’y paraît et nous sommes rapidement sur l’arrête, où s’offre à nous une magnifique vue sur le pic de Valsenestre, la pointe Swan, la pointe Marme et les montagnes environnantes.
A deux pas de la cabane du Ramu, nous décidons de planter notre tente (autorisé entre 19h et 9h) pour notre première soirée de bivouac. Deux gardiennes de moutons nous informent qu’il a neigé la veille. Cette nuit là, il a plu.

 

La cabane de la selle en passant par Valsenestre

  • Temps de marche : 6h30
  • D+ : 1180 mètres
  • D- : 1370 mètres

A la pointe du jour, nous levons le camps sous une pluie fine et entamons la descente pour Valsenestre où nous croisons deux trekkeurs en route pour le Col de la Muzelle, l’occasion de discuter un instant du temps à venir. La pluie devrait durer toute la journée.
Nous traversons Valsenestre, charmant petit village de montagne, fleuri et très propre, qui nous donne néanmoins une impression de village touristique tant il est parfaitement entretenu et sans vie hors saison. Bien qu’indiqué comme ouvert a l’entrée du village, le seul commerce, un gite, est fermé. Tant pis, une rapide halte à la fontaine du village et nous reprenons la route.

Direction le lac de Labarre. Nous commençons une ascension assez aérienne à la sortie de Valsenestre. La pluie s’en mêlant nous oblige à assurer chacun de nos pas sur le chemin de pierres, jusqu’à aboutir dans une clairière en pente assez raide. Le brouillard s’installe.

Au détours d’un chemin, nous tombons sur la carcasse d’un mouton, peut-être tué par un des loups qui peuplent ces montagnes. Nous nous prenons à imaginer d’apercevoir sa silhouette ou entendre son hurlement. Après une pose repas, nous arrivons en début d’après-midi au lac de Labarre, dont nous ne voyons pas la rive tant la brume est épaisse à ce moment là et enchaînons directement sur le Col de Roméïou. Heureusement le brouillard se lève enfin.

Nous entamons la descente et nous nous arrêtons, trempés mais heureux à la cabane de la selle, où le poêle à bois nous permettra de sécher nos affaires pour le lendemain.

Descente au Bourg d’Arud par le lac de Lauvitel

  • Temps de marche : 5 heures
  • D+ : 570 mètres
  • D- : 1620 mètres

De bon matin, nous prenons le sentier qui serpente au travers d’un pierrier en direction de la Brèche du Perier. Sur la crête, un vent puissant et froid nous attend. La vue à 360 degrés est à couper le souffle. Les nuages immaculés accrochés aux plus hauts sommets alentours se découpent sur le ciel et nous offrent une vision d’une grande pureté.

A cause du vent, nous ne nous attardons pas. Nous avons néanmoins le temps d’apercevoir en contrebas un troupeau de bouquetins lancé à pleine vitesse.

Nous empruntons la brèche du Perier dans le sens de la descente. La pluie de la veille couplée au gel du petit matin l’on rendue glissante et nous prenons de grandes précautions pour éviter un accident.

Il ne nous reste plus qu’une descente interminable jusqu’a la vallée pour rejoindre la voiture. Une longue descente, certes, mais dans un environnement magnifique qui nous fait oublier la fatigue accumulée ces derniers jours.

Nous débouchons finalement sur le lac de Lauvitel, véritable paysage de carte postale, qui annonce la fin de notre périple, plus que quelques kilomètres avant de rejoindre notre voiture.

Nous avons adoré faire ce petit trek dans les Ecrins que nous ne connaissions pas encore. Les amateurs de solitude seront servis hors saison, car en trois jours, nous n’avons rencontré que 5 personnes. Nous sommes repartis avec la certitude de revenir un jour arpenter les cols du parc national des Ecrins.

Informations pratiques

Difficultés

Moyenne sauf à la Brèche du Perrier plus difficile en descente avec présence de glace lors de notre passage.

Carte

Carte IGN 3336ET Les Deux Alpes Olan Muzelle Parc national des Ecrins

Hébergements

L’itinéraire est aussi réalisable en refuge, gite d’étape et en cabane avec quelques modifications sur les étapes :

  • 1ère nuit : refuge de la Muzelle
  • 2ème nuit : gite d’étape de Valsenestre
  • 3ème nuit : cabane de la selle – 10 matelas seulement. Très bonne isolation. Forêt de mélèze tout autour et source à 25 mètres. Si vous ne portez pas de tente, le risque est que la cabane soit déjà pleine.

Une randonnée à découvrir aussi en vidéo

dix-huit − six =