Vallée d’Aurlandsdalen

Destination : Norvège » Europe | Activité : Randonnée  | 


Vallée d’Aurlandsdalen - Randonnée sur le plateau d'Hardangervidda
Posté le :


Dimanche 23 repos – Lundi 24 repos

Balade autour du camping et lecture au bord du fjord.

Mardi 25 Vallée d’Aurlandsdalen

Un bus nous conduit à Osterbo, le point de départ de cette journée. Départ sous un temps ensoleillé, qui se dégrade de plus en plus. A midi, on s’arrête sur un à-pic qui nous offre une magnifique vue sur la vallée enclavée que l’on descend, mais qui malheureusement se bouche avec l’arrivée de nuage bas.

Dans l’après midi, nous nous arrêtons dans une ancienne ferme rénovée par une association, la ferme de Sinjarheim où l’on découvre le type d’habitation et d’architecture du début du siècle. Ce hameau jusqu’en 1910/1920 était à plus de 2 jours de marche du reste de la civilisation. Plus bas, nous tombons dans un vrai champ de bataille : des rochers et des arbres sont éparpillés dans le creux de la vallée. C’est en bas dans le village de Vassbygdy que le norvégien qui nous a ramené en voiture à notre camping, nous a expliqué qu’avec le gel et le dégel, des pans entiers des falaises tombaient au printemps, et que ce sentier était même interdit d’accès pendant ces périodes.

Mercredi 26 retour sur Bergen

Retour en express boat. Paysages différents de ce que l’on a vu, surtout en s’approchant de la mer, où le parcours est un grand slalom entre une multitude d’îles.

Jeudi 27 retour en France

A propos des refuges norvégiens

Le système norvégien est parfait, il mériterait d’être exporté dans nos contrées. Il est basé sur l’honnêteté des gens et ne fonctionne que si les gens jouent le jeu.

Les refuges sont gérés par le DNT, ils sont très confortables et bien entretenus, leur spécificité : une réserve de nourriture et de bois et un système de paiement sécurisé. Pas besoin de prévoir des billets de banque, la carte bancaire suffit. La plupart des refuges sont non-gardés. Ils sont tous équipés d’un poele à bois. D’autres, comme celui de Tyssevassbu est équipé de l’électricité.

Quand on arrive dans un refuge, la procédure est toujours la même, il faut s’enregistrer sur un registre, avec ses coordonnées et inscrire le nombre de nuits que l’on compte y passer.

Pour la nourriture, on se sert dans la réserve et on liste les produits consommés sur une petite fiche, avec le prix correspondant.

Avant de quitter les lieux, on remplie un formulaire avec nos coordonnées bancaires et on dépose le tout dans un coffre-fort. La gestion des déchets est simple, on brule les papiers et les conserves sont stockées dans une autre partie du refuge, dans des poubelles attitrées.