Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |


Etalle - Rossignol - Florenville

Rédigé le 05/07/2017 - Lu 279 fois
Récit de mes étapes 2 & 3 de ma randonnée sur le GR16 en Belgique entre Etalle - Rossignol et Florenville.

Etape 2 : Etalle → Rossignol

  • 16 km
  • D+ : 168m
  • D- : 174m

Après une grasse matinée et un bon petit déjeuner, Rémi décide de continuer encore aujourd’hui avec moi. Nous repartons à 11h.

L’étape sera courte, pour 2 raisons : je dois aller voter (enfin, je veux, par principe. Pour cela, je dois retourner sur Arlon, avec la voiture laissée le vendredi à Rossignol), et n’ayant pas trouvé de lieu où dormir sur le GR autour de Les Bulles, j’ai fini par opter pour la chambre d’hôtes « A Quiet Place », tenue par la mère d’un ami.

C’est un choix assumé de ne pas vouloir faire de bivouac, et aussi la condition à ce que je parte seule sans mon compagnon.

Nous passons donc par les bois et leur fraîcheur bienvenue par cette chaleur, et remontons vers Tintigny. A Breuvanne, nous quittons donc le GR et la Semois à peine retrouvée, pour continuer vers Rossignol. Le seul chemin étant malheureusement le long de la route, nous suons sur les derniers kilomètres en plein soleil, avec le bitume qui colle aux chaussures.

 Etape 3 : Rossignol→Florenville

  • 24 km
  • D+ : 442m
  • D- : 482 m

Nous choisissons de manger chez notre hôte, un menu confectionné par un traiteur local, avec des produits du terroir. Excellent repas au frais dans le jardin. La nuit est calme et reposante.

Au matin, mon compagnon repart : je continue désormais seule.

Après un solide petit déjeuner local fait maison, je quitte Rossignol à 7h, profitant de la fraîcheur, direction Les Termes puis Les Croisettes, avec pour idée de rattraper le GR 16 au niveau du barrage de la Vierre. J’ai bien préparé mon parcours, en croisant données sur les cartes du topoguide (succinctes, mais assez claires), une carte locale et les cartes open street maps. Toutes me donnaient les chemins comme étant d’accès public.

Arrivée sur place, tout est grillagé, clôturé. J’arrive à passer sous plusieurs barbelés de champs pour rattraper la route, puis continue sur des chemins forestiers. A nouveau, je rencontre des grillages infranchissables, des portails, etc. On m’indique que c’est privé. Demi-tour, à la recherche d’un autre chemin. J’en suis un, arrive à deux bornes en pierre. Juste un panneau de limitation d’accès pour les voitures. Je commence à m’engager et suis stoppée par ce qui semble être le propriétaire. Je ne suis qu’à même pas 2km d’un autre sentier balisé, mais impossible de traverser ce bois. Comme personne ne veut me laisser passer, je me résigne à faire du stop au bout de 2 heures de perdues à faire des allers-retours sur les chemins, avec pour idée de me faire déposer de l’autre côté du bois (si je suis le premier chemin/route public, il me faut ajouter près de 10km au compteur). Après 15min, Bernard, retraité très sympathique, me prend en voiture et me dépose à Chiny, où il se rend. Un sacré bond en avant. Et une bonne leçon à retenir : ne pas quitter le balisage !

Mon étape se fait amputer de 4km sur le total prévu, mais tant pis : je serai plus en forme pour le lendemain.

Heureuse de retrouver le balisage, très bien entretenu, du Gr 16, je quitte Chiny et longe la Semois, enfin ! A noter que si on suit scrupuleusement le balisage, on longe la Semois bien plus tôt dans la journée.

Je découvre mon premier point de vue sur la Rivière à la Roche de l’Ecureuil. Pause express, la chaleur devient étouffante et je souhaite avancer au maximum avant le milieu d’après-midi.

Arrivée à Lacuisine, je profite une dernière fois de l’ombre des sous-bois avant d’attaquer les derniers kilomètres en plein soleil. Je fais une pause dessin-fruits secs sous les arbres bordant le cimetière, et repars en direction de Florenville, où je dormirai au camping de La Rosière.

Je demande à monter au belvédère du clocher à l’office de tourisme. Il paraît qu’on voit Arlon de là-haut, et même la citadelle de Montmédy, en Meuse, côté français. Malheureusement, je suis encore hors période touristique, et il faut dans tous les cas réserver. Dommage. Je tente le réconfort au glacier du coin, mais il est fermé le lundi. Arf…
Je redescends au camping vers 15h30, le long de la Semois.

Le soir, Rémi me fait la surprise de me rejoindre pour manger.

Méandre de la Semois, depuis la place de l'Eglise, à Florenville

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

ManonQuiVagabonde

Manon
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 39
     > Classement des I-Trekkeurs
Plutôt campagne que montagne, j'aime avoir mon minimum vital d'une randonnée par week-end (20 à 25km).  


Page principale de l'article

GR 16 : Le sentier de la Semois
Récit de randonnée sur mon premier GR, effectué en Juin 2017. Des sources de la Semois à Arlon (Belgique), à sa confluence avec la Meuse à Monthermé (France), 1...

Articles de l'univers Voyage

Photos de l'univers Voyage