Ce sujet a 3 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Anonyme, il y a 8 ans et 8 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #18959

    Anonyme

    Salut salut,

    Je ne l’ai pas trouvé dans les précédents posts alors je me dois de présenter, à ceux qui ne connaissent pas, ATR. Ce n’est pas une agence mais une certification. Certification assurant de la qualité des agences aventures et de leur respect de l’environnement, des populations autochtones, du client… Je ne vous détaillerai pas l’ensemble du projet ceci étant très bien fait sur le site.

    Il vous sera possible de trouver, dans la catégorie Les membres d’ART, la liste des agences ayant obtenues le macaron et celle susceptible de l’avoir.

    Une bonne manière de faire le tri lors de vos recherches.

    Je vous renvoie d’ailleurs vers l’excellent ouvrage de Jean Pierre Lamic: Tourisme durable : utopie ou réalité. Livre écrit par un professionnel du tourisme aidant énormément à comprendre les rouages de cette industrie ainsi que les choix à prendre pour voyager responsable.

    Voilà voilà.

    #19517

    Anonyme
    #19523

    Anonyme

    Salut salut,

    Je viens de finir le livre de JP Lamic. C’est pas un SAS mais ça reste un très bon livre. Bref, je m’égare.

    Je viens préciser certaines choses car mon premier post, ainsi que l’interview de JPL, ne sont pas forcement représentatives du contenu de son livre sur la question.

    C’est donc par l’intermédiaire de cet ouvrage que j’ai découvert l’ATR. Vers la fin, l’auteur revient sur ce type de certification et détaille objectivement leurs différents aspects. Ainsi, bien que l’intention soit excellente, on apprend qu’il convient de nuancer ses différents propos sur ce sujet. En effet, l’ATR ayant été créé par une agence, Atalante, on découvre que la concurrence directe n’a pas été convier. Et que certaines agences de qualité ont décidées de ne pas adhérer pour des raisons qui leurs sont propres. Hommes & Montagnes par exemple.

    Un certains nombres de critères ne sont pas présents parmi les quarante spécifiés. Parmi les absents, et pour n’en citer qu’un, le thème du rejet de CO2 lors du transport. Une implication et une “compensation” aurait pu avoir leur place dans la liste des critères à garantir au client.

    De plus, il semble difficile, une fois l’agence certifiée ATR, de vérifier le bien fondé de sa présence et la continuité de ses efforts. Surtout pour le touriste lambda dont je fais parti.

    Les agences restent des entreprises qui doivent survivre et attirer le poisson. Et il ne serait pas impossible que l’on se retrouve avec des macarons verts partout sous prétexte que c’est vendeur. Je ne parle pas forcement de l’ATR en particulier ici. Rien ne me fait plus gerber que les produits étiquetés “bio” ou “commerce équitable” au super marché. Au moins 50% des articles… C’est formidable ! Au moins certains arrivent à avoir bonne conscience.

    Je ne viens pas contredire mes précédents propos sur le sujet, mais il est normal d’être objectif sur la question. Ainsi, l’ATR est une excellente initiative, qui tire vers le haut les esprits des voyageurs comme des voyagistes. Mais ne doit pas nous empêcher de nous poser les bonnes questions et de faire la part de choses.

    Voilà voilà.

    #19528

    Anonyme

    Tu reprends les grandes lignes des interrogations de JP Lamic mais je ne suis pas sûr qu’elles soient elles aussi ultra objectives.

    Ceci étant dit, ATR comme VVE ont le mérite d’exister même si ni l’une ni l’autre n’est parfaite. L’idée, je pense, est de tendre vers un tourisme plus responsable. C’est une lutte de tous les jours…

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.