Test doudoune Henjl Deram

Test de la doudoune Henjl Deram. Hybride, elle est matelassée d'ouate de laine mérinos. Avis après 6 jours de test dans les Alpes et le Jura.
Posté le :


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Doudounes
  • Composition : Tissu Matelassé : 97% polyamide 3% elasthane Garnissage isolant : 90% laine vierge des alpes 10% Polylactide Manches, cotés et doublure : 60% laine mérinos 40% polypropylène
  • Description : Doudoune hybride matelassé ouate de laine mérinos
  • Saisonnalité: 4 saisons
  • Genre: Homme
  • Garnissage : ouate de laine mérinos
  • Tailles disponibles du produit: S, M, L, XL, XXL
  • Poids (donnée fabricant): 830 g
  • Poids (produit pesé par le testeur): 857 g
  • Couleurs: Marine - noir (testé)
  • Garantie: 2 ans (légale)
  • Entretien: Voir sur le site HENJL pour plus d'infos
  • Prix: 290 €

Conditions du test

  • Lieux du test: 2 jours de randonnées dans le Jura, 2 jours dans les Monts du lyonnais, 2 jours en vallée du Grésivaudan (Isère)
  • Activités: Randonnée, Raquettes à neige
  • Ecosystème: Montagne
  • Durée du test (nombre de jours): 6 jours
  • Conditions météorologiques: Sec à humide (sans précipitations), températures -4°C à +2°C, Bft 0 à 5

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Lituanie
  • Produit recyclé: Non
  • Emballage recyclable: Oui
  • Produit recyclable: NSP
  • Récupération par le fabricant: Non
  • Politique et engagements environnementaux de la marque: https://www.henjl.fr/matieres-vetements

Née en 2010, la marque Henjl n’est sans doute pas la plus connue des marques outdoor. Elle puise cependant bien ses racines au coeur des Alpes. Mieux, ses fondateurs – dont la contraction des prénoms Henri et Jean-Louis est à l’origine du nom de la marque – ont été formés  à l’école textile de Lyon. Un établissement qui mêle tradition régionale, savoirs-faire et exigence de qualité des matériaux. La doudoune Henjl Deram s’inscrit dans une volonté de proposer “des vêtements en laine […]pour la montagne, pour la ville, en respectant des valeurs fortes : une vraie démarche environnementale, des fabrications proches du consommateur, une qualité irréprochable”. La promesse est-elle tenue ? La doudoune Henjl Deram sera-t-elle désormais de mes virées outdoor ?

Premières impressions sur la doudoune Henjl Deram

Avec la doudoune Henjl Deram, la marque annécienne s’aventure sur le terrain du mélange de technologies. Le corps et la capuche de la veste sont en polyamide et présentent un aspect matelassé type doudoune, tandis que les épaules, le coté et les manches sont tissés façon pullover. Cela signifie-t-il qu’Henjl abandonne la laine, cette matière qui fait son ADN ? Non, et c’est même tout l’inverse puisque d’une part le garnissage de la veste est assuré par une ouate de laine et d’autre part les parties tissées sont composées d’un tricot extensible double face, laine mérinos et polypropylène Schoeller Climayarn. Côté engagements environnementaux, la marque est parfaitement transparente. L’origine des matières premières est claire (laine d’Argentine et des Alpes, fibres synthétiques européennes) et la fabrication 100% européenne. Cela va du filage chez l’autrichien Schoeller, seul fournisseur au monde de fils de laine sans traitements au chlore, au tricot et à l’assemblage que le client choisira 100% français ou européen. C’est donc un engagement qui mérite d’être souligné et auquel il ne manque que la possibilité de faire réparer ou recycler son produit usagé pour atteindre le sans faute.

Côté qualité de fabrication, l’Henjl Deram est absolument irréprochable. La matière est belle et respire la qualité. Le tricot, les assemblages et coutures sont sans défaut. Le look est résolument soigné, la coupe proche du corps sans aucunement entraver les mouvements grâce à une matière souple. Aucun doute sur le fait que cette veste sera aussi à l’aise dans votre garde robe de ville que dans vos virées en montagne.

La doudoune Henjl Deram sur le terrain

Avec plus de 850 g sur la balance, l’Henjl Deram s’inscrit plus dans la gamme des produits conforts que dans celle des doudounes ultra-légères destinées au bivouac et à la grande itinérance. C’est donc tout naturellement dans une logique de randonnée en étoile ou avec nuitées en refuge que je l’ai testée. Nous sommes fin novembre, dans la vallée du Grésivaudan. Les premières neiges poudrent les sommets savoyards, un petit -2°C humide envahit la vallée. Dernière pause de la journée; d’innombrables petits oiseaux descendus des montagnes s’agitent dans les épicéas et les bouleaux. Je sors les jumelles et la veste Henjl Deram pour ne pas prendre froid. Aussitôt enfilée, la sensation de chaleur et de confort est là. Le tissu est dense, enveloppant. On ressent ce côté douillet difficile à décrire, pas tout à fait à la manière d’un duvet, mais tout aussi agréable. A propos de duvet, je remarque que contrairement à lui et malgré le temps qui passe je n’ai pas à craindre de l’humidité ambiante très importante. Les propriétés thermiques de la laine ne sont que peu sensible à l’hygrométrie ambiante, un vrai plus.

Début janvier, Monts du Lyonnais, autour des 1000 mètres d’altitude. Pas encore de neige mais les brumes et le givre habillent de blanc le paysage. Le vent à 5 beaufort crée une ambiance glaciale dont je peinerais à m’isoler sans ma veste Henjl Deram. Près du corps, elle empêche toute entrée d’air. Son col très haut et enveloppant protège admirablement la nuque et le cou, rendant le Buff inutile. Sur la crête dont le topo-guide vante le panorama sur les Alpes, je me contente aujourd’hui de voir les silhouettes fantomatiques des vieux chênes, quelques mètres devant moi. Vient l’heure de la pause, j’enfile la capuche. La matière est parfaitement coupe-vent mais le manque de cordons de serrage l’empêche de remplir parfaitement son rôle; le vent s’engouffre, la capuche ne suit pas parfaitement les mouvements de la tête, dommage.

Mi-janvier. La neige est enfin tombée, à gros flocons, sur les crêtes du Jura suisse. Je gravis les pentes du Mont Tendre en raquettes. La matière de l’Henjl Deram suit parfaitement mes mouvements, l’apport thermique est excellent et la respirabilité très correcte même dans l’effort intense du moment. Je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la durabilité du tricot aux zones de frottements des épaules mais pour l’instant, après six jours de test, aucune trace de boulachage ni d’usure, à suivre … En attendant un chalet d’alpage accueille la fin de mon étape. Quelques chaises posées à l’abri de l’avancée du toit, une couverture sur les jambes, au chaud dans mon Henjl Deram je savoure un chocolat chaud et la vue sur les combes jurassiennes. Ma décision est prise, l’Henjl Deram rejoindra désormais les virées outdoor où je privilègie look et confort !

  • 100%
    Qualité de fabrication - 100%
  • 100%
    Confort - 100%
  • 100%
    Thermicité - 100%
  • 75%
    Déperlance - 75%
  • 100%
    Respirabilité - 100%
  • 50%
    Poids - 50%
  • 50%
    Volume - 50%
82%

Mon avis

Avec l’Henjl Deram le pratiquant d’activités outdoor trouvera une excellente doudoune. Son poids et son volume la destine plus à des activités où l’on privilègie le confort à tout autre considération. Ce modèle plutôt respectueux de l’environnement, fabriqués avec des matériaux de première qualité, apportant un confort indéniable, tant du point de vue de la coupe que de l’apport thermique trouvera parfaitement sa place dans un usage mixte ville-montagne.

Verdict
Points forts
  • Respectueux de l’environnement
  • Qualité de fabrication
  • Look permettant un usage mixte ville/montagne
  • Confortable
  • Chaud – thermicité conservée même par temps humide
Points faibles
  • Capuche sans cordons de réglage
  • Prix


Où acheter la doudoune Henlj Deram ?

  • Deram Black202.93€
  • Sending
    Your rating:

    La vidéo du Moment : Tour du val d’Hérens