Test frontale Urikan Pro 3.0

Activité : Randonnée  | 
Test de la frontale Urikan Pro 3.0. durant cinq jours de trek au cœur du Parc National de Chiang Dao au Nord de Chiang Mai en Thaïlande. Provenant de la "série Pro" d'Urikan et annoncée comme particulièrement performante : 630 lumens promis ! Voyons ce qu'elle donne sur le terrain.
Posté le :


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Lampes
  • Composition : Aluminium
  • Description : Faisceau : étroit - Distance d'éclairage : 180 mètres en mode boost, 83 m en mode faible - Modes d’éclairage : 5 modes différents (boost, intense, moyen, faible et clignotant) - Étanchéité : IPX7 (étanche jusqu’à 1 mètre)
  • Saisonnalité: 4 saisons
  • Technologies : LED blanc CREE XL-L
  • Alimentation: 1 pile rechargeable 3,7V 2000mAh 18650 li-ion (incluse), indicateur LED du statut et du niveau de charge de la pile, connexion pour recharge avec Micro USB
  • Poids (donnée fabricant): 193 g
  • Poids (produit pesé par le testeur): 191 g
  • Puissance: Jusqu'à 630 lumens
  • Autonomie: 17h en mode SOS clignotant, 4h30 en mode intense
  • Couleurs: Noir
  • Garantie: 2 ans
  • Entretien: N.C.
  • Prix: 89,90 €

Conditions du test

  • Lieux du test: Thaïlande (région Nord, Parc National de Chiang Dao)
  • Ecosystème: Forêt, Montagne, Rivière
  • Durée du test (nombre de jours): 5 jours
  • Conditions météorologiques: Beau temps avec quelques nuages, très chaud et humide, pluvieux le dernier jour du trek. Températures toujours supérieures à 25°C

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Chine
  • Produit recyclé: Non
  • Emballage recyclable: Oui
  • Produit recyclable: Non
  • Récupération par le fabricant: NSP

Test de la lampe frontale Urikan Pro 3.0

Prise en main

Une fois déballée, la frontale Urikan Pro 3.0 a un aspect plutôt robuste. Elle est d’ailleurs assez lourde, mais pas plus que d’autres lampes de même catégorie. Son principal point faible est la répartition de ce poids qui se concentre sur un seul bloc (pile/led). Les élastiques de maintien semblent eux aussi très robustes. Le réglage sur la tête est très facile, grâce à ces boucles et élastiques larges. Et une fois sur la tête, cette lampe est très confortable. Le boîtier en aluminium, qui promet durabilité et résistance a déjà été soumis à la chute sur le carrelage et c’est du solide !

Sur le terrain

Son utilisation est d’une simplicité enfantine, un seul bouton pour les 5 modes d’éclairage apparaissant dans un ordre croissant de puissance. A la première pression, le mode intense, puis à chaque nouvelle pression les modes moyen, faible et clignotant. Le mode boost apparaît grâce à une pression continue sur ce même bouton. Une fois installée sur le front, le bouton est on ne peut plus accessible et facile d’usage.
Si le poids de la Pro 3.0 n’est pas gênant pour les activités du soir au bivouac, elle l’est par contre en mode course. Testée à la tombée de la nuit pour finir l’étape, il ne vaut mieux pas courir longtemps car son poids se concentre effectivement sur le front et c’est plutôt gênant ! La nuit tombe très vite sous ces latitudes et la lampe est rapidement utile une fois dans les villages privés d’électricité pour la plupart. C’est bien simple, on ne la quitte plus et on la laisse même allumée en mode intense. Je n’ai d’ailleurs pas saisi l’importance de décliner autant d’intensités différentes, si ce n’est pour allonger son autonomie.
Concernant l’éclairage, c’est une championne en terme de puissance ! Elle éclaire formidablement bien et loin, malgré un angle d’éclairage plutôt étroit. On aurait d’ailleurs aimé une fonction supplémentaire d’éclairage à spectre large. Le seul point faible de ce type de puissance, c’est bien sûr l’autonomie de la pile, mais dans cette catégorie la Urikan Pro 3.0 ne démérite pas, puisqu’elle tient tout de même 4h30 en mode intense ! Petit bémol cependant, ce fameux mode “éclairage rouge” qui fait vraiment défaut et que l’on attend sur ce type de lampe. Pas de possibilité de lire à côté de son voisin sans le déranger, même en mode “faible” !
Au sujet de son autonomie un problème se pose lorsqu’on ne peut pas la recharger grâce au câble USB. En effet, il est impossible d’y insérer une pile standard. Mieux vaut ne pas s’arrêter comme nous dans des villages sans électricité, sinon garde à la panne ! Autre inconvénient de cette pile rechargeable : impossible de vérifier le niveau de charge. Ce qui peut être gênant. Cependant, elle possède un atout non négligeable dans cette situation : un éclairage résiduel intermittent lorsqu’elle la pile est presqu’entièrement déchargée. Ce qui évite la mauvaise surprise de se retrouver en rade d’une seconde à l’autre. Elle prévient, et il reste alors suffisamment de temps pour finir ce que l’on a à faire. Par contre elle ne possède pas de verrouillage du bouton on/off, ce qui est pourtant bien pour éviter qu’elle ne s’allume seule.
Enfin, notons qu’elle est annoncée comme parfaitement étanche jusqu’à 1m et son boîtier est anti-corrosion. Sans avoir eu l’occasion de la tester sous l’eau, nous pouvons cependant affirmer qu’elle est tout à fait à l’aise avec l’extrême humidité Thaïlandaise ! Et même rangée en fond de sac humide !
  • 90%
    Qualité de fabrication - 90%
  • 90%
    Eclairage - 90%
  • 60%
    Ergonomie - 60%
  • 80%
    Autonomie - 80%
  • 40%
    Poids - 40%
72%

Mon avis

La lampe frontale Urikan Pro 3.0 est une lampe pratique et puissante pour toutes les activités outdoor. Si on a pas besoin de faire du trail en nocturne, on peut aisément l’emporter partout, et elle sera alors le meilleur allié pour éclairer efficacement dans toutes les situations.

Mylka_74
A propos de l'auteur

Passionnée de montagne. Je pratique le trek en voyage. Dans mes montagnes en Haute-Savoie, je pratique la randonnée et l'escalade l'été ; et le ski l'hiver. Membre du CAF d'Annecy, j'aime découvrir de nouveaux endroits, gagner en autonomie dans mes pratiques et partager de bons moments avec des amis....



quatorze − 9 =

Sending
Your rating: