Test matelas Quechua Forclaz Air

Test du matelas gonflable Trek Forclaz Air Quechua lors de plusieurs randonnées itinérantes dans les Alpes. Il a notamment été utilisé sur une traversée combinant escalade, alpinisme et randonnée ou encore pour dormir en igloo. Ce matelas, comme souvent chez Quechua, se distingue par son faible prix par rapport aux produits concurrents tout en proposant un encombrement et un poids acceptable. Les performances sont-elles au rendez-vous ?


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Matelas de randonnée
  • Composition : tissu principal : 57.0% Polyuréthane thermoplastique / 43.0% Polyester (Sac de rangement : 100.0% Polyester)
  • Description : longueur : 180 cm, largeur : 48 cm, épaisseur : 5 cm - Type : matelas pneumatique de bivouac - Forme : rectangulaire
  • Saisonnalité: 3 saisons
  • Genre: Mixte
  • Tailles disponibles du produit: 180cm
  • R-Value: NC - indiqué comme "idéal pour les températures chaudes (20°C et +)"
  • Volume compressé: Dimensions replié : 10cm de diamètre x 19 cm de haut / 1,5 L
  • Poids (donnée fabricant): 550g
  • Poids (produit pesé par le testeur): NC
  • Accessoires fournis: sac housse de rangement
  • Couleurs: rouge
  • Garantie: 2 ans
  • Entretien: Le pliage le plus simple et qui ne sera pas dommageable pour votre matelas sera de le plier en quatre dans le sens de la largeur, puis de le rouler." "Nettoyez avec un chiffon humide. Laisser sécher dans un endroit sec et aéré. - Réparabilité : pas de kit de réparation fourni
  • Prix: 39.90€

Conditions du test

  • Lieux du test: Vercors + Belledonne (hivernal) + Fiz/Aiguilles Rouges + Ecrins (La Bérarde)
  • Activités: Randonnée
  • Ecosystème: Montagne
  • Durée du test (nombre de jours): 20 nuits environ
  • Conditions météorologiques: Météo : humide et frais (igloo), rosée (Vercors), humide (Plateau d'Anterne), soleil Type de terrain : herbe, neige, sol en bois ou béton (cabanes)

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Chine
  • Produit recyclé: Non
  • Emballage recyclable: Oui
  • Produit recyclable: NSP
  • Récupération par le fabricant: Oui

Premières impressions

Dans la housse, le matelas a un volume modeste. Le déballage du matelas fait découvrir un matelas composé de matériaux qui semblent plutôt résistants de premier abord.

En utilisation

J’ai utilisé ce matelas sur différents treks dans les Alpes et en toute saison. Le matelas a été bien apprécié lors d’une traversée de 4 jours dans le Vercors associant randonnée pédestre, escalade et parcours d’arêtes encordé : mes camarades avaient choisi des matelas mousses certes légers mais volumineux ce qui n’étaient pas toujours optimal dans la progression entre les rochers…

Transport

Le volume relativement modeste du matelas (1,5L) permet de le caser facilement dans son sac à dos.

 

Gonflage

Après un déballage rapide de la housse et l’avoir déroulé, le gonflage est également rapide (moins d’1 minute) et facile, la valve jouant bien son rôle.

 

Nuit

Quel que soit le type de sol, l’épaisseur du matelas gomme vite le relief. A noter que j’ajoute presque toujours au sol une couverture de survie (épaisse) ou une bâche, afin de limiter l’abrasion et risquer une éventuelle usure du tissu du matelas. Outre la position couchée, on peut également s’assoir sur le matelas sans en avoir peur.

Comme la plupart des matelas gonflables légers, suivant la pente du terrain, on peut avoir un peu tendance à glisser tout comme le matelas. Mon astuce est dans ce cas de mettre mon sac à dos à mes pieds afin de freiner la gravité.

En cas de rosée, celle-ci vient ruisseler entre les boudins et ne trempe donc pas la partie du matelas au contact du duvet. Ce qui peut même permettre de récupérer un peu d’eau par exemple si vous vous retrouvez assoiffés sur un plateau désertique (comme celui du Vercors) !

Dégonflage

Le dégonflage est un peu moins rapide que le gonflage. Il me faut parfois le replier plusieurs fois avant de réussir à chasser tout l’air… mais il s’agit aussi d’une question d’habitude (Quechua a fait une vidéo de démonstration qui peut aider). Pour ce faire, la position de la valve (qu’il faut maintenir en position ouverte à l’intérieur du matelas) lors du dégonflage a son importance.

Le rangement dans la housse nécessite de l’avoir dégonflé au maximum, sinon cela s’avère fastidieux : la housse est donc peut-être un peu étroite d’autant qu’au réveil ou avec la fatigue, la réalisation de cette opération est souvent plus laborieuse. (surtout si vous n’avez eu le temps que de dormir 3h !)

Evaluation

Qualité de fabrication – Solidité 4/5

Contrairement à d’autres matelas gonflables légers, le matériaux extérieur du matelas ne donne pas l’impression qu’il va se percer au premier contact au sol : il semble plus épais et résistant que les matelas plus légers, offrant probablement une bonne durabilité dans le temps. Bien sûr, il ne s’agit pas non plus de tenter le diable en le mettant sur un tas de cailloux tranchants ou de cactus. La valve semble également solide et ne risquant pas de nous rester dans les mains (déjà arrivé sur d’autres matelas).

Confort 4/5

L’épaisseur de 5cm est plutôt importante ce qui offre un confort correct, proche des matelas gonflables légers et bien meilleur que les mousses ou autogonflants. Les boudins dans la longueur offrent vraisemblablement un peu moins de confort que lorsqu’ils sont placés dans le sens de la largeur. La longeur d’1,80m convient à la plupart des gabarits, sauf aux plus grands gabarits : les pieds risquent alors de dépasser. (mon astuce consiste à ajouter un oreiller pour rallonger le matelas, réalisé par exemple avec en mettant des vêtements ou une corde d’escalade dans un sac)

 

Isolation 3,5/5

Ce matelas est prévu idéalement pour des températures estivales, néanmoins, j’ai eu l’occasion de l’utiliser sur la neige (avec une couverture de survie) pour des températures avoisinant les 0°C : si l’isolation n’a pas été optimisée, la bonne épaisseur du matelas permet de mon point de vue de l’utiliser également sur des températures un peu fraiche (sans aller vers des températures extrêmes bien sûr).
Le duvet utilisé avec le matelas a bien sûr son importance : c’était un Lafayette Valandré dont la réputation n’est plus à démontrer (bien en hiver, souvent trop chaud en saison estivale).

Poids/volume 4/5

Bien que ne faisant pas partie des matelas gonflables les plus légers ni les plus compacts, le volume/poids reste acceptable à l’usage : on gagne clairement du volume lors du rangement par rapport aux matelas mousse ou autogonflant. Ainsi, pour une utilisation en escalade et alpinisme, pouvoir le glisser au fond du sac avec le duvet plutôt qu’être obligé de le mettre sur le sac est un avantage non négligeable (par exemple pour ne pas rester coincé dans une cheminée ou éviter que le matelas se frotte constamment contre les rochers, mes camarades s’en souviennent encore !)

 

 

 

Le gonflage du matelas n’est pas très fatigant, alors certains en remettent une couche malgré la longue journée !

 

 

  • 80%
    Qualité de fabrication - 80%
  • 70%
    Isolation - 70%
  • 80%
    Confort - 80%
  • 70%
    Ergonomie - 70%
  • 80%
    Poids - 80%
  • 80%
    Volume - 80%
77%

Mon avis

En résumé, si vous ne voulez pas mettre le prix fort des matelas ultra-légers mais que vous voulez vous rapprocher de leur confort et de leur poids et volume réduit, c’est ce qu’il vous faut. La durabilité du produit est encore à éprouver dans le temps.
A moins de 40 euros, c’est dur de trouver un aussi bon compromis !

Sending
Your rating:
User Rating 0% (0 votes)
Verdict
Points forts
  • Rapport confort/qualité/durabilité/prix
  • Rapide à gonfler
Points faibles
  • Repliage parfois un peu long surtout lorsqu’on n’est pas habitué
  • Housse un peu petite
  • Isolation non prévue pour une utilisation hivernale
Vinc 1
A propos de l'auteur

Amateur de montagne depuis longtemps, c'est d'abord les Alpes du Sud et la vallée de l'Ubaye qui m'ont émerveillé durant mon enfance. Désormais accompagnateur en montagne et fréquentant principalement les massifs alpins, je ne rate pas une occasion de découvrir ou faire découvrir les montagnes sauvages hors des sentiers battus, en posant par...



http://www.alpes-ecotourisme.eu
5 Responses
  1. Anonyme

    Bonjour à tous !
    tout à fais d’accord avec le test… Utilisé pendant le chemin de Stevenson au mois d’avril dernier,j’ai atteint ses limites par une nuit à -7°C sous la tente -9°C dehors , où j’ai senti le froid par en dessous… Sinon très bien, même si les boudins dans l’autre sens serai préférable.

  2. puech

    Bonjour,
    J\’ai personellement acheté ce produit, je l\’ai utilisé chaque nuit pendant 2 mois l\’été dernier. sans aucun pb et tres satisfait. Aujourd\’hui il est dans mon placard depuis 9 mois. et des que je le ressort, il se dégonfle durant la nuit me laissant sur le sol en quelques heures… je pense qu\’il va bien pour un voyage de 3 mois max, apres les soudure deviennent poreuses sans doute…

  3. 96%

    Bonjour 🙂

    Merci beaucoup pour cet article 🙂

    Petite question : est ce que ce matelas peut survivre à au moins un an de voyage où l’on dort dessus quasi tous les jours?

    Vu le commentaire plus haut je suis un peu septique…

    Merci 🙂

    1. Vinc 1

      Le matériau à sans doute ses limites… tout dépend aussi le type de terrain où l’on met son matelas (bien mettre une couverture de survie dessous pour éviter trop de contact et de frottement avec le terrain), des températures et de l’humidité qui pourront l’altérer ; avec près de 2 ans d’utilisation (pas de manière continue mais régulière) en toute condition, il fonctionne toujours aussi bien de mon côté.
      Néanmoins, D4 prend souvent en compte le retour des utilisateurs et sans doute que la résistance a été améliorée sur le nouveau modèle actuellement disponible :
      http://www.decathlon.fr/matelas-trek-700-l-jaune-id_8493395.html
      Bon voyage !

20 − six =

Sending
Your rating: