Test raquettes Inook AXL

Test des raquettes Inook AXL lors d’une semaine de raquettes en Laponie finlandaises dans le parc national d’Hossa ainsi que 3 jours autour de Chamonix.


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Raquettes à neige
  • Composition : Plastiques, aluminium et acier
  • Description : Adapté pour des pointures allant du 34 au 42 - Pour des petits et moyens gabarits, de 40 à 80 kilogrammes.
  • Saisonnalité: 4 saisons
  • Poids (donnée fabricant): 1760g la paire
  • Poids (produit pesé par le testeur): NC
  • Couleurs: fushia
  • Garantie: NC
  • Entretien: NC
  • Prix: 88,95€

Conditions du test

  • Lieux du test: Parc d'Hossa, Finlande, et quelques randonnées sur Chamonix
  • Activités: Raquettes à neige
  • Ecosystème: Campagne, Forêt, Lac
  • Durée du test (nombre de jours): 10 jours
  • Conditions météorologiques: Météo : Du grand beau temps en Finlande, et bien neigeux dans la vallée de Chamonix Températures : -5°c à Hossa, 0°c à Chamonix Type de neige : neige humide et lourde, mais également de la neige froide et poudreuse

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Dans les Alpes françaises
  • Produit recyclé: NSP
  • Emballage recyclable: NSP
  • Produit recyclable: Oui
  • Récupération par le fabricant: NSP

Raquettes Inook AXL

Test terrain des raquettes Inook AXL

Inook nous présente aujourd’hui ce nouveau modèle de raquettes. Il y a quatre gammes chez Inook : débutant, progressive, touring et high tech. La AXL appartient à la gamme progressive. Elle est adaptée pour des personnes souhaitant faire des sorties occasionnelles, sans difficulté majeure. Afin de confirmer ces dires, je suis partie une semaine dans la taïga finlandaise parcourir lacs gelés et forêts immenses.

Réglage de la raquette sur la chaussure

Au premier abord, la raquette parait simple d’utilisation : pas beaucoup de sangles, pas de lanières dans tous les sens. On comprend assez vite dans quel sens mettre le pied, que serrer en premier et en dernier, comment régler notre pointure. Régler la raquette à la chaussure est très facile. Il suffit de mettre la fixation à la position la plus large (au 9), d’insérer la chaussure à l’avant et d’avancer la talonnière jusqu’à aller en butée contre la chaussure. Pour la seconde raquette, on peut simplement utiliser le repère visuel de la pointure et le reporter. Tout est très facile : la fixation glisse facilement le long de la languette, les repères sont biens visibles… Et on peut le faire à la maison, bien au chaud.

Une fois sur le terrain, il faut insérer son pied à l’avant de la raquette. Souvent les sangles à l’avant se vrille (car nous n’avons pas le reflexe de desserrer complètement les sangles à l’avant avant de glisser son pied), et avec les gants et le froid du début d’activité, on la laisse vrillée en se disant que ce n’est pas bien grave.

Le serrage s’effectue au niveau de la cheville par un système de crémaillère, comme sur les snowboards. Ce serrage est très efficace et facile, même avec des gants. Par contre, il faut un petit temps d’adaptation pour trouver comment l’enlever. Ce n’est pas instinctif, et on trifouille un peu les deux boutons avant de trouver la solution. Une fois trouvée, c’est facile à utiliser. A l’avant, ce sont deux sangles à tirer avec l’aide d’une boucle. Je trouve ce système peu efficace. Non seulement les sangles se vrillent régulièrement (comme vu ci dessous), mais elles sont également difficiles à bien serrer avec les gants (les boucles sont petites), et elles se desserrent lorsque l’on marche. Dans la neige profonde et humide, comme trouve régulièrement dans les alpes, il y a une couche de neige tassé qui se crée entre l’avant du pied et la raquette. Ce surplus fait pression sur les sangles et les desserrent, ce qui peut provoquer un déchaussage. Le pied sort de la raquette, et il faut tout enlever pour la remettre. C’est une situation qui peut facilement être évité en prenant soin de bien chausser la raquette le matin, en enlevant les vrilles et en serrant correctement et régulièrement les sangles avant.

La calle de montée se met et s’enlève facilement, avec l’aide d’un bâton. Pas besoin d’enlever les gants ou de se baisser, c’est un bon confort. De plus, la cale permet également de verrouiller la raquette, c’est parfait pour les ranger ou pour se déplacer avec les raquettes à la main. Et pour le transport, les raquettes sont vendues avec une housse.

Côté technique

Les raquettes ne sont pas très larges, donc pas spécialement adaptée à la neige profonde. On s’enfonce beaucoup dans les neiges printanières et humides. Elles disposent de 6 pics verticaux en acier et de deux pointes à l’avant. Les bords en plastique de la raquette sont quand a eux lissent. Ces pics permettent une bonne prise au sol, notamment lorsque l’on monte droit dans la pente. Enfin le tamis de la raquette est en voute, afin d’avoir une meilleure stabilité. Par contre, elles sont beaucoup en plastique, et je doute de la solidité à long terme. Pour avoir fait pas mal de raquettes dans des pays froids et de façon assez intensive, je sais par expérience que les plastiques cassent facilement. Mais après ces dix jours de tests, je n’ai cassé aucune pièce, fort heureusement.

La raquette dispose de tampons amortissant et anti bruit. Elles sont confortables lorsque l’on marche sur du plat ou dans de faibles montées. Par contre, dans les dévers et avec de la neige de printemps, la raquette glisse, on se tord la cheville, ce n’est pas très agréable à marcher. Ce sont vraiment des raquettes pour des balades tranquilles, et elles ne sont pas faites pour faire du raid ou beaucoup de dénivelé. Les tampons anti bruit sont efficaces, exceptés sur neige dure où la raquette est très bruyante. Toute la partie en plastique située sur la chaussure claque contre la raquette.

Ce modèle de raquettes est adapté au petit et moyen gabarits (40 à 80 kilogrammes), plutôt pour les femmes. La pointure maximum est le 42 avec des chaussures de randonnée classique. En Finlande, nous sommes confrontés au froid, donc nous sommes équipés de chaussures grand froid, très volumineuses. Il faut donc se méfier lors de l’achat si on est frileux ou que l’on est propriétaire de grosses chaussures. Après le test, on ne peut mettre que des chaussures Sorel Glacier de pointure 39.

Il existe le modèle AXM qui pèse plus de 2 kg la paire (contre 1,760 kg pour notre modèle de test), mais qui s’adapte au plus grand gabarit (pointure maximum : 47, poids maximum : 120 kg).

De couleurs fuchsia, les raquettes sont flashy. On ne risque pas de les perdre dans la neige ! Une petite touche de féminité lors de la randonnée qui ne passera pas inaperçue !

  • 75%
    Qualité de fabrication - 75%
  • 50%
    Ergonomie - 50%
  • 60%
    Accroche - 60%
  • 70%
    Maintien du pied - 70%
  • 90%
    Poids - 90%
69%

Mon avis

Ces raquettes sont adaptées pour des personnes ayant une pratique occasionnelle de la randonnée raquette et ne cherchant pas à faire beaucoup de dénivelé. Le prix est très attractif et c’est un produit de qualité si on le limite à son usage. Ne pas oublier cependant de bien serrer les sangles avant en enlevant les gants.

Sending
Your rating:
User Rating 0% (0 votes)
Verdict
Avis après plusieurs mois

Points forts
  • La facilité d’utilisation de la cale de montée
  • Poids
  • Le prix très accessible
Points faibles
  • Le serrage de la fixation avant
  • Comportement en dévers
svety
A propos de l'auteur

J'ai eu la chance de faire de ma passion mon travail. Tous les matins, je suis contente d'aller travailler.  En même temps, mon travail consiste à vendre du rêve, et à emmener des petits groupes faire du chiens de traineau ou de la randonnée sur plusieurs jours ! Vous me trouverez plutôt dans les pays nordiques, du côté de la Finlande ou ...



Sending
Your rating: