Test réchaud Bushcraft Essentials Bushbox Titanium Outdoor Pocket Stove



Conditions du test

  • Lieu du test : Laponie suédoise, Auvergne, Suisse, Touraine…
  • Condition : toutes conditions (froid, pluie, chaleur, été, hiver, exposé, moins exposé…)
  • Durée du test : utilisation courante en randonnée depuis 3 ans

Caractéristiques du réchaud Bushcraft Essentials Bushbox Titanium Outdoor Pocket Stove

  • Carburant : alcool solidifié, gel à brûler, brûleur à alcool, bois
  • Allumage : allumettes, briquet
  • Temps d’ébullition : 6-10 min, variable selon le volume d’eau, le type de carburant et la météo
  • Autonomie : illimitée
  • Conception : titane
  • Dimensions : 11,5 x 9 x 0,5 cm (démonté)
  • Poids : 160 grammes (vérifiés)
  • Lieu de fabrication : Allemagne
  • Prix : 49,90 euros

 

Particularité des réchauds polyvalents

S’il est utilisable avec un brûleur à alcool, des blocs d’alcool solidifiés ou des gels, le réchaud Bushbox Titanium Outdoor Pocket Stove a le mérite d’être compatible avec du bois. Pour cela, plusieurs méthodes : soit il fait sec et des herbes sèches feront office de “lanceurs”, soit l’humidité est présente et il vous faudra des allume-feu (si possible naturels) pour tenter de démarrer la combustion.

Mais vous avez aussi la possibilité d’imbiber le bois avec de l’alcool à brûler, ou même de lancer le feu avec des blocs d’alcool solidifié, quitte à le prolonger avec du petit bois bien sec. A noter que ce modèle existe en version “acier”, qui se trouve à 29,90 euros. Tout aussi polyvalent et moins cher, il est logiquement plus lourd avec ses 270 grammes.

Test terrain du réchaud Bushbox Titanium Outdoor Pocket Stove

Premier enseignement : ce Bushbox Titanium prend une place dérisoire (11,5 x 9 x 0,5 cm) rangé dans sa housse en lin. Il tient même dans une poche de pantalon ! Pratique. Sur le plan de la finition, ce réchaud donne satisfaction, même si les fixations présentent quelques bavures, inesthétiques, mais qui ne nuisent pas du tout au montage. On peut le regretter vu le positionnement marketing du modèle (49,90 euros) mais ces petits défauts ne se voient que de près.

Le montage, complexe au premier abord, devient aisé après quelques temps : on passe de cinq minutes à une minute ou deux, maximum. Tels un mini-four, les quatre pans latéraux s’emboîtent et restent solidaires grâce à la grille à bois, qui laisse s’écouler les cendres vers le fond “plein”. Comme les cendres ne tombent pas au sol et ne peuvent pas s’envoler, ce Bushcraft titanium peut être posé sur une table ou même être utilisé -cela restera entre nous- dans une zone où les feux sont interdits… Il suffira d’attendre que les cendres soient bien éteintes pour ensuite les disperser dans la nature ou les enterrer soigneusement.

Si l’on veut utiliser des blocs d’alcool, le socle “plein” se fixe plus haut pour éviter que le combustible ne fonde à travers les trous de la grille à bois et s’éloigne de la flamme. Voilà un système astucieux, qui optimise l’endurance du combustible et la puissance du feu et raccourcit encore le temps de montage. Ce mode de montage, c’est celui que j’utilise le plus couramment. Cela limite la capacité d’accueil du foyer -un bloc, quelques brindilles- mais en rando, après tout, on ne s’éloigne que rarement du feu…

A l’usage, les languettes en titane sont souples (en raison de leur finesse) et solides. Certes, elles peuvent légèrement se déformer en raison de la chaleur du feu, mais elles ont l’avantage de refroidir rapidement. Un bon point si l’on veut faire une pause déjeuner rapide. Enfin, si la combustion aura tendance à “salir” le réchaud, surtout le fond plein, un bon nettoyage de printemps suffira à rendre au titane sa première jeunesse…

Niveau stabilité, le bilan est correct. Grâce à des petits supports s’emboîtant sur le dessus, la popote ne peut pas tomber… à condition que le réchaud soit lui-même bien calé au sol. Et cela n’est pas si simple car les pieds du Bushbox Titanium outdoor pocket stove ne sont pas réglables. Toutefois, même sur des terrains pentus ou meubles, j’ai toujours trouvé mon bonheur…
La plus grande difficulté, finalement, c’est de réussir à le protéger du vent. En effet, le “four”, où l’on place le combustible est situé relativement haut, ce qui lui confère une bonne aération mais l’expose aussi aux aléas climatiques. Si une pluie modérée n’est pas un problème -une casserole protège la combustion-, des bourrasques peuvent vous empêcher de démarrer le feu, voire l’éteindre !  Pour contourner cette difficulté, propre à de nombreux réchauds, il y a évidemment des méthodes efficaces. Idéalement, trouver un endroit à la fois plat et protégé, comme ces rochers…

Mais cela m’est déjà arrivé, avec ma bande de potes, de devoir faire autrement. Trois sacs contre le vent non loin du réchaud, une batterie de paluches autour du feu… Et le Bushbox Titanium finit par accueillir une belle flamme, puissante et stable. D’autres miseront sur un panneau pliable (bricolé ou acheté) en feuilles d’aluminium…

 

Enfin, ce modèle développe une certaine puissance. La flamme est de bonne facture et chauffe assez rapidement un volume d’eau suffisant pour une soupe ou un café du matin pour trois personnes. Et si l’on aime le riz, la polenta au parmesan (sans grumeaux, private joke), ce Bushbox Titanium est suffisamment large pour supporter le poids d’une casserole de taille moyenne ou d’une poêle.

Evidemment, la durée avant ébulition varie selon la température de l’eau -froide en Laponie, beaucoup moins en été en Touraine-, le volume à chauffer, le type de combustible utilisé… D’après mes impressions, une eau froide atteint l’ébullition en 6-7 minutes dans une casserole en acier si vous utilisez un couvercle pour votre récipient.

Et avec ma popote en titane, suffisante pour 2-3 personnes et dont le matériau conduit mieux la chaleur du feu, cela pouvait descendre à 4-5 minutes pour un volume certes légèrement inférieur. Evidemment, si l’on utilise une tasse, le délai avant ébulition est encore plus court, mais ce réchaud semble disproportionné pour une utilisation individuelle.

Verdict

Points forts

  • Légèreté, compacité
  • Solidité
  • Puissance
  • Polyvalence

Points faibles

  • Une flamme sensible au vent
  • Un peu “volumineux” pour une utilisation individuelle ?
  • Quelques détails de finition vu le prix

Notes

 

  • Qualité de fabrication : 95%
  • Ergonomie : 85%
  • Temps d’ébullition : 80%
  • Poids : 95%
  • Volume : 100%

Polyvalent et puissant, le Bushbox Titanium Outdoor Pocket Stove de Bushcraft Essentials séduit par sa légèreté et sa compacité une fois démonté. Fait de matériaux durables, il nécessite par contre d’être abrité du vent pour tourner à plein régime. Rien d’insurmontable.

Minacz
A propos de l'auteur

I-trekkeur depuis trois ans, la randonnée est une passion qui occupe la plupart de mes vacances avec, pour point d'orgue, un sacré trek en Laponie suédoise, le long du Padjelantaleden.Cette année, je commence aussi le trail (Oxfam) et je vais redécouvrir les Alpes via le fameux plateau d'Emparis... Au plaisir d'échanger :)...