Test veste Cimalp Advanced ultrashell

Test de la veste Cimalp advanced ultrashell pendant 17 jours en randonnée et à ski de randonnée nordique. Que vaut la membrane ultrashell ? Réponse.


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Vestes imperméables
  • Composition : 85% nylon, 15% polyuréthane, traitement DWR
  • Saisonnalité: 4 saisons
  • Genre: Homme
  • Technologies : Veste homme 3 couches ULTRASHELL, stretch, Etanchéité 20’000mm Schmerbers
  • Membrane : Ultrashell 20 000mm Schmerbers, 80'000 MVP
  • Tailles disponibles du produit: S,M,L,XL,XXL,XXXL
  • Poids (donnée fabricant): 390 g (en L)
  • Poids (produit pesé par le testeur): 403 g (en M)
  • Couleurs: Noir, gris anthracite, bleu, bronze, rouge
  • Garantie: 2 ans
  • Entretien: Voir sur le site Cimalp pour plus d'infos
  • Prix: 399 €

Conditions du test

  • Lieux du test: Traversée du Vercors à ski pulka, tour d'Oléron
  • Activités: Randonnée, Ski de randonnée nordique
  • Ecosystème: Littoral, Montagne
  • Durée du test (nombre de jours): 17 jours
  • Conditions météorologiques: Sec à précipitations neigeuses, températures comprises entre -10°C et +17°C, vent jusqu'à 4 Bft.

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Vietnam
  • Produit recyclé: Non
  • Emballage recyclable: En partie
  • Produit recyclable: Non
  • Récupération par le fabricant: Non

Premières impressions sur la Cimalp advanced ultrashell

La Cimalp advanced ultrashell est un modèle de veste imperméable qui ne laissera personne indifférent ! A la prise en main on est surpris devant la légèreté, la compacité et la finesse des matériaux. On croirait avoir à faire à une veste 2,5 couches et non à une 3 couches. Mais qu’on ne se méprenne pas, légèreté et compacité riment ici avec qualité.

La qualité de la conception tout d’abord. La Cimalp advanced ultrashell offre d’innombrables détails intelligemment conçus. Au niveau de la capuche 3D d’abord avec une visière modelable qui permettra de régler la protection au plus près du visage ou de laisser plus d’air passer. Mais aussi avec ce col haut micro-perforé au niveau de la bouche. Une astuce particulièrement intelligente puisqu’elle devrait permettre de se protéger des grands froids sans pour autant accumuler la condensation de la respiration à l’intérieur du col. Avec, ensuite, un grand zip étanche dessiné de manière très novatrice puisque son parcours n’est pas droit et évite la bouche, limitant les frottements intempestifs ! On poursuit avec les aérations sous les bras, bien sûr protégées par des zips YKK étanches mais également équipées de mesh qui garantit que rien – vent glacial, neige, insectes, … – ne vienne s’immiscer par l’ouverture.  Et parce que la marque drômoise a choisi de parfaitement équiper ce modèle pour les activités hivernales, elle fixe sur la Cimalp advanced ultrashell une balise RECCO. Ce réflecteur posé de façon permanente, ne nécessite pas de pile et permet aux secouristes de plus de 800 organisations dans le monde de vous trouver plus rapidement si vous êtes victime d’avalanche.

 

Parlons maintenant des matériaux utilisés. Cimalp se montre malheureusement assez avare d’informations sur le matériau externe. Nous ne saurons par exemple pas si des PFC sont utilisés pas plus que la densité de tissage, C’est d’autant plus dommage que le choix d’un polyamide ripstop montre le soin du concepteur drômois à doter sa Cimalp advanced ultrashell de matériaux de qualité. Un soin que l’on retrouve dans la membrane imper-respirante propre à la marque : l’ultrashell aux capacités de transfert d’humidité dont nous reparlerons plus loin.

Finissons enfin ces premières impressions avec un coup d’œil sur la qualité de fabrication. Coupes, coutures et thermosoudures sont irréprochables, tout est dit !

Cimalp advanced ultrashell

La Cimalp advanced ultrashell sur le terrain

Nous sommes fin novembre, sur le sentier littoral du tour de l’île d’Oléron. Depuis trois jours je profite pleinement de la légèreté et de la compacité de ma Cimalp advanced ultrashell que le beau temps maintient en fond de sac ! Eh oui, savoir se faire oublier fait aussi partie des qualités que l’on attend d’une veste… Mais le ciel plombé de ce matin et le vent qui se lève confirme la météo du jour : fortes ondées jusqu’au soir. La Cimalp advanced ultrashell encaisse sans souci. J’apprécie pleinement les réglages fins de la capuche et particulièrement cette visière modelable ainsi que les réglages de bas de veste et les velcros de manches parfaitement positionnés. Tout ceci, s’ajoute à une coupe qui descend bas dans le dos et concourt à éviter les entrées d’eau projetées par les bourrasques atlantiques et à me maintenir parfaitement au sec. La membrane Ultrashell de Cimalp présente des performances d’imperméabilité théoriquement moindres que celles d’une veste dotée d’une membrane classique (20 000 contre 28 000 mm Schrembers). Mais je n’ai pas vu de différence à l’usage. Les performances évolueront-elles avec le temps, la Cimalp advanced ultrashell nécessitera-t-elle une réimperméabilisation de surface plus soigneuse, … je ne manquerai pas de mettre à jour ce test après plusieurs mois d’usage.

Fin février, traversée à ski-pulka des hauts plateaux du Vercors. Le thermomètre affiche un petit  -10°C à la clairière du Pot du Play qui marque la fin de notre première journée. Le brouillard vient ajouter l’humidité au froid et je remonte mon zip jusqu’en haut. Par conditions ventées, un masque suffirait à compléter l’équipement et soustraire entièrement le visage à la morsure du froid. Derrière le tissu je respire un air tièdi qui me réchauffe sans pour autant que la condensation ne me mouille de l’intérieur. Les micro-perforations remplissent parfaitement leur rôle ! Je ne peux m’empêcher de penser qu’elles apportent une fragilité à ce tissu extraordinairement fin mais, avec un usage soigneux, je n’ai rien qui vienne étayer cette inquiétude. Niveler la neige, haubaner la tente, préparer matelas et sacs, … autant d’opérations rendues plus faciles par la coupe très agréable et les tissus stretch de la Cimalp advanced ultrashell qui offre une parfaite fluidité des mouvements.

 

Le lendemain matin le ciel se dégage, le soleil réchauffe peu à peu l’atmosphère. En t-shirt sous ma veste Cimalp advanced ultrashell je tracte ma pulka dans un vilain raidillon. L’évacuation de la transpiration est un des points forts de la membrane Ultrashell. Des performances théoriquement huit fois supérieures à celles d’une membrane classique … et que confirme l’expérience du matin. Reste qu’il est temps d’ouvrir les zips sous les aisselles pour un peu de fraîcheur. Une pente un peu raide, un virage mal négocié et me voilà au sol. Pas de neige dans la veste, merci les mesh Cimalp.

  • 75%
    Qualité de fabrication - 75%
  • 100%
    Confort - 100%
  • 100%
    Ergonomie - 100%
  • 100%
    Coupe-vent - 100%
  • 100%
    Respirabilité - 100%
  • 75%
    Imperméabilité - 75%
  • 100%
    Poids - 100%
  • 100%
    Volume - 100%
94%

Mon avis

La Cimalp advanced ultrashell est une veste imperméable de grande qualité. Conception soignée, choix de matériaux rigoureux et réalisation sans défaut en font un modèle qu’on aura d’autant plus de plaisir à utiliser qu’elle sait se faire oublier en fond de sac grâce à une légèreté et compacité remarquable. Avec un prix très contenu, la Cimalp advanced ultrashell séduira l’amoureux d’outdoor qui n’oubliera pas qu’un tel rapport performances / poids ne s’atteint qu’au prix de matériaux qu’il faut traiter avec soins. 

 

Sending
Your rating:
User Rating 0% (0 votes)
Verdict
Avis après plusieurs mois

Points forts
  • Poids
  • Compacité
  • Tissu souples
  • Performances imperméabilité / compacité
  • Prix
Points faibles
  • Possible fragilité liée à la finesse des matériaux
  • Empreinte écologique
fou de trek
A propos de l'auteur

Mammifère omnivore, pogonotrope et dromomane....



Sending
Your rating: