A la rencontre de l’est Groenlandais sauvage

Destination : Europe » Danemark | Activité : Randonnée  | 


Parti début juin avec une journaliste, Pascal Lluch est allé faire un tour sur la côte est du Groenland, pure, belle et sauvage. La débâcle n’avait commencé que récemment, et la ronde des icebergs dans le fjord de Sermelik est un spectacle extraordinaire.
Posté le :


Carnet : A la rencontre de l'est Groenlandais sauvage

Venant d’Islande en 2 heures, le Fokker 50 double hélice ne vole jamais bien haut, ni bien vite. Nous avons le temps d’observer la mer et les multiples types de glaces, très présents encore en juin. Le relief de l’Est groenlandais est beaucoup plus varié et alpin qu’au sud ou à l’ouest de l’île. Et les fjords sont l’exacte réplique de nos vallées alpines, que la mer aurait envahies.

Le front collé au hublot, mon regard se perd à l’infini, vers le Nord, sur les centaines de sommets sans nom…

Au printemps, la neige tombée l’hiver sur la glace de mer commence à fondre, accumulant de l’eau dans les creux ; captant l’énergie solaire, elle accélère la fonte, brisant la banquise en morceaux toujours plus petits.

Les côtes ouest et sud sont visitées, et occidentalisées depuis longtemps ; mais là, à l’est, c’est une  autre affaire ; d’ailleurs, avant 1875, il n’y avait ni fer ni allumettes. Mais les évangélistes luthériens y ont mis bon ordre !

Les Danois, installés depuis près de 100 ans à l’ouest, se sont dit qu’ils pouvaient peut-être trouver sur la côte est, jamais fréq uentée, des descendants des Vikings, disparus du sud Groenland au XIVème siècle. Ils découvrirent des Inuits, vivant comme au Néolithique ; environ 450, distribués en petits groupes familiaux, sur une côte de près de 3000 Km… Totalement en autarcie, mis à part le bois flotté, venant de Sibérie, servant à construire des kayaks, et à allumer le feu des mèches brûlant de la graisse de phoque (lumière et cuisson), ces Inuits vivaient essentiellement du phoque de fjord (pesant entre 40 et 50 Kg), dont ils tiraient tout ce dont ils avaient besoin. La chasse au Narval, aux oiseaux, et les différentes techniques de pêche complétaient les apports de nourriture.

A propos de l'auteur

Professionnel de la montagne depuis 1985, j'ai organisé des randonnées, des voyages et des expéditions dans une trentaine de pays. Mes terres de prédilection sont l'Himalaya et le Sahara, que j'ai parcouru en tous sens. Ces voyages ont été réalisés avec - ou pour le compte de - différen...



http://www.randopays.com/

quatorze − 10 =