La Ciudad Perdida

Destination : Amérique » Colombie | Activité : Randonnée  | Agence : Nomade Aventure 

C'est le grand jour. Aujourd'hui, nous découvrons la Ciudad Perdida du peuple précolombien Tayrona.


Carnet : Trek de la Ciudad Perdida
  • D+ : 567 m
  • D- : 1037 m
  • Distance : 15,11 km
  • Temps de marche : 7h00

1200 marches à gravir pour atteindre la Ciudad Perdida

La Ciudad Perdida est là devant à 1 petit kilomètre. Il est 6h30 quand nous partons explorer l’ancienne cité des Tayrona. Il faut quand même traverser deux fois la rivière et grimper quelques 1200 marches en pierre pour l’atteindre. Elle s’étage entre 900 et 1200 mètres au dessus du niveau de la mer. La ville comportait plus de 150 terrasses creusées à flanc de montagne utilisées pour l’alimentation (maïs, yuka…) et la médecine. Au moins 26 complexes coexistaient ; en plus des terrasses, maisons et cercles religieux les composaient. Elle aurait été fondée vers 1000 ans après Jésus-Christ même si le site était déjà occupé depuis plus de 300 ans. L’archéologue Luisa Fernanda Herrera a pu mettre en évidence l’âge d’or de la civilisation Tayrona autour du XIIème siècle. Sa population variait entre 1400 et 3000 habitants. Les Tayrona furent décimés par les conquistadors espagnols et les maladies au XVIème siècle. Les survivants se retirèrent sur les hauteurs de la Sierra Nevada de Santa Marta, où leurs descendants directs vivent toujours dans les tribus Kogui, Kankuamo, Aruaco et Wiwa.

Les terrasses de la Ciudad Perdida

Nous passons trois heures à explorer la Ciudad Perdida en compagnie de Vicente, notre guide Wiwa. D’autres agences sont aussi là en même temps que nous mais n’emploient pas de guides autochtones. Je trouve que la réalisation du trek de la Ciudad Perdida avec un guide Wiwa est un vrai plus pour comprendre la culture Tayrona et le mode de vie actuel des indiens vivants dans la Sierra Nevada de Santa Marta.

Un groupe très funny

Impossible d'aller plus loin dans la jungle, l'armée surveille

La zone centrale de la Ciudad Perdida est une succession de terrasses en enfilade. C’est la partie la plus photogénique de la cité perdue mais c’est aussi certainement ici que se concentrait le pouvoir social et politique des Tayrona. Certains randonneurs se recueillent individuellement ou collectivement, d’autres préfèrent ajouter une photo délire à leur album de vacances. Mais s’il y en a qui ne rigolent pas, ceux sont les militaires qui surveillent la zone et empêchent tous visiteurs de s’enfoncer plus loin dans la jungle. Plus loin justement dans la forêt tropicale, deux autres sites Tayrona sont interdits aux touristes.

Les rivières se traversent à pied mais aussi avec une tyolinenne

Partie de foot avec les autochtones Wiwa

Retour au camp El Paraiso pour le petit-déjeuner, puis descente jusqu’au campement Wiwa. Nouvelle partie de foot, cette fois-ci avec les villageois. D’abord avec les chaussures, puis sans tennis. On joue nettement moins bien sans. Le soir, Vicente nous apprend quelques mots de Damana, la langue des Wiwa. Pour plus d’infos sur la langue, voici une page ressource qui peut vous permettre d’apprendre quelques mots avant de partir en Sierra Nevada.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

1 × 4 =