Les gorges de Samaria

Destination : Grèce | Activité : Randonnée  | Agence : Allibert Trekking 


Les gorges de Samaria - Randonnée méridionale en Crète
Posté le :


Carnet : Randonnée méridionale en Crète
  • D+ : 1200 m
  • D- : 100 m
  • Temps de marche : 5h00

« Quiconque n’a pas vu la gorge de Samaria et le plateau d’Omalos n’a rien vu en Crète. » dit un poème populaire. C’est sans doute pourquoi, les gorges de Samaria, les plus longues d’Europe (18 km), constituent une excursion extrêmement populaire. Chaque année, un demi-million de personnes les parcourent de bout en bout. Alors que la quasi-totalité des randonneurs les découvre en descendant, nous allons les remonter pour mieux vivre l’expérience.

Nous quittons le bord de la mer libyenne et arrivons rapidement à l’ancien village d’Agia Roumelli en grande partie en ruine. Des bergers y entreposent néanmoins leurs troupeaux pour la nuit. A la droite du chemin, on croise la belle église d’Agia Triada (Sainte Trinité) et non loin derrière, bâtie à même le rocher, la minuscule chapelle d’Agios Antonios. En réalité, il s’agit d’une grotte aménagée en chapelle.

A la sortie du village, nous passons le check-point du parc national de Samaria créé en 1962. Anna, la guide, règle l’entrée du parc (5 € par personne). Ici débute réellement les gorges de Samaria.

Nous sommes seuls sur le début de parcours, à l’ombre car le soleil est encore bas sur l’horizon. D’abord relativement larges les gorges se rétrécissent. La roche est totalement lisse, polie depuis des millions d’année par l’eau. Nous sommes à la troisième porte.

Nous poursuivons notre progression et passons l’aire de pique-nique près de la chapelle de Metamorphosis (Transfiguration du Christ). Peu après, les gorges se resserrent une nouvelle fois, l’eau de la rivière serpente sous nos pas. Nous sommes à Sidiroportes, les portes de fer. C’est la partie la plus spectaculaire : les gorges ne dépassent à certains endroits pas 3 mètres de largeur pour plus de 300 mètres de hauteur. Ce passage est aussi un haut lieu de la résistance crétoise que les Ottomans n’ont jamais réussi à s’emparer. En 1770, à la révolution de Daskalogiannis, Giannis Bonato et ses 200 soldats ont opposé une résistance acharnée et ont sauvé 4000 femmes et enfants, qui chassés par les turcs, ont pu trouvé refuge dans les gorges. En 1867, les turcs ont débarqué 4000 hommes sans pouvoir s’emparer des gorges de Samaria. Pendant la seconde guerre mondiale, les allemands qui occupaient la Crète n’ont jamais réussi à éliminer la résistance. Haut lieu historique, c’est également le paradis des chasmophytes, des plantes qui s’accrochent au moindre cavité et vivent en suçant la roche.

Nous commençons à croiser les premiers randonneurs qui descendent les gorges.

Avant midi, nous atteignons l’ancien village de Samaria qui a été abandonné par ses habitants en 1962 lorsque les gorges sont devenues un parc national. Nous nous asseyons à l’ombre d’un figuier pour y nous reposer. Autour du village, il est possible d’apercevoir un kri-kri, un agrimi comme les crétois appellent le bouquetin (capra aegagrus ssp. Cretica schinz 1838). Le parc national de Samaria est le seul endroit où il est envisageable de le voir s’il n’y a pas trop de monde, ni trop de bruit bien qu’il soit habitué à la présence humaine.

Pour le pique-nique, nous faisons une halte près de la chapelle d’Agios Nikolaos, à seulement 4 km du sommet mais il reste tout de même 600 mètres de dénivelé positif à parcourir. La petite chapelle en pierre est cachée sous de hauts cyprès dont certains spécimens dépassent 6 mètres de circonférence.

Les 600 derniers mètres, les plus raides, se parcourent en un peu plus d’une heure. Le paysage s’ouvre sur les montagnes voisines. Autour de nous des cyprès, des pins (pinus brutia), des érables, des chênes-verts ou des cades pour nous accompagner jusqu’à Xyloskalo à 1236 mètres d’altitude. Ici s’achève la randonnée. Juste face à nous se dressent les pentes escarpées du Ghighilos (2086 m). Au delà, le plateau d’Omalos où nous allons passer la nuit.


Randonnée organisée par Allibert Trekking, spécialiste du trekking et des voyages d’aventure dans le monde

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com