Rinjani : 3726 m de poussière volcanique

Destination : Indonésie » Asie | Activité : Randonnée  | 


Rinjani : 3726 m de poussière volcanique - Trekking Rinjani
Posté le :


Camp du Rim II – sommet du Rinjani – lac Segara Anak

  • D+ : 1030 m
  • D- : 1710 m
  • Temps de marche : 7h30

Lever de soleil sur Sumbawa

Vers 3h30, on toque à ma tente. La nuit a été courte et agitée. Non pas que les démons du Rinjani se soient invités dans mes rêves, disons plutôt que les matelas sont si fins que j’ai bien cru que je n’en n’avais pas. Le dos est raide comme un clou, les vertèbres sont en vrac et le visage est aussi tiré qu’une bimbo sexagénaire sortant d’une séance de chirurgie esthétique.

Nous devrions déjà être partis depuis une heure. Jay est malade. Il ne pourra pas rendre visite à sa femme aujourd’hui. Johanne, Régina et Marcus restent au camp pour se reposer.

Une demi heure après le lever, seul, en compagnie d’Amag un de nos porteurs, je m’élance sur les pentes du Rinjani à la lueur de la frontale. Les muscles encore endoloris par cette nuit chaotique. Je ne resterai pas seul bien longtemps. A la sortie d’un des autres campements, deux hollandaises, paniquées de constater que leur guide a oublié de les réveiller, sont bien heureuses de se joindre à nous. Comment aurais-je pu dire non aux beaux sourires de Julie et Sarah ?

D’entrée de jeu, la pente est très raide et sablonneuse pour compliquer le tout. Pour rejoindre le sommet du Rinjani, nous remontons la crête du cratère du volcan. Après 200 mètres de montée, je suis déjà HS. Il reste encore plus de 800 mètres à grimper. Ça promet !

Une portion plus plane vient nous remonter le moral. Sarah ne se sent pourtant pas très bien. Mal de tête et nausées : deux des signes du mal des montagnes. Par chance, en ralentissant un peu le rythme, les maux vont disparaître.

La pente s’accentue à nouveau mais nous progressons assez facilement jusqu’à 400 mètres sous la cime. Plusieurs groupes de randonneurs et leurs guides sont assis derrière un rocher à l’abri du vent glacial qui sévit sur le bord du cratère. Ils n’iront pas plus loin. Le soleil est entrain de se lever à l’horizon. En partant tardivement, nous le ratons au sommet. Plusieurs guides tentent de nous dissuader d’aller au sommet. Trop raide, trop froid, trop dur selon eux. Nous continuons. J’ajoute ma veste de rando pour finir l’ascension et faire face à ce vent tiré aux couteaux qui nous projette la poussière volcanique à la figure. La pente devient très très raide. Je fais deux pas en avant pour un pas en arrière. C’est éprouvant. Ne penser qu’au pas suivant. Sous le sommet, je retrouve l’énergie du désespoir et atteint les 3726 m du Rinjani. De là haut, le panorama stratosphérique laisse pantois. Que c’est beau !

Heureux d'être au sommet du Rinjani

1700 mètres plus bas, le lac Segara Anak blotti au fond du cratère déploie ses eaux de couleur cobalt autour du Gurung Baru (2351 m). Ce petit cône, d’où s’échappent d’inquiétantes fumerolles, menace toujours d’entrer en éruption.

Juste sous la cime du volcan pousse des edeilweiss. Les sasaks l’appellent Sandar Nyawa, la fleur éternelle car la légende raconte qu’elle n’a jamais fané et qu’elle est aussi vieille que les esprits mystérieux du Rinjani.

Edelweiss

Lac Segara Anak

De retour au camp de base, j’avale un second petit-déjeuner. Pas le temps de se reposer, il faut déjà repartir et rejoindre les rives du lac Segara Anak (l’enfant de la mer) et les sources chaudes salvatrices d’Aik Kalak le long de la rivière Goa Susu. Pas loin de 50°C… Pas facile de s’y plonger mais pour se décrasser de la poussière volcanique, je me jette à l’eau. A dormir sur les rives du lac, nous pouvons profiter des sources thermales pour nous tout seul. Seuls trois pèlerins indonésiens, venus quelques jours, jouissent des bienfaits curatifs de l’eau riche en magnésium et en sulfate. D’habitude, les pèlerins sont plus nombreux et montent jusqu’ici ou au sommet du Rinjani pour faire des offrandes aux Dieux. Jay m’avouera avoir vu de ses propres yeux une vache sacrifiée dans les eaux du Segara Anak. Mais c’est actuellement le Ramadan et les musulmans Sasaks ont d’autres obligations religieuses.

Source chaude près du lac Segara Anak

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com