Altai, les montagnes dorées de Mongolie

Destination : Mongolie » Asie | Activité : Alpinisme  | 


Le grand exercice de la liberté. Dioni Serrano, Manuel Martínez Vallvey, Jesús Gras y Javier Selva ils ont senti l'appel des montagnes asiatiques de la Mongolie. Ils se sont dirigés là, et après avoir croisé avec assez de pénalités le pays dans un vieux baudrier soviétique, ils ont réussi à promouvoir la pointe Malchin (4.037 mètres) et la Pointe Khuiten (4.374 mètres).
Posté le :


Carnet : Altai, les montagnes dorées de Mongolie

Certains d’entre nous, nous rappelons encore les temps dans lesquels le passeport espagnol représentait une référence explicite sur la prohibition de voyager à l´extérieure de la Mongolie, près d’autres pays suspects. Rien de meilleur qu’une prohibition de ce type pour augmenter les envies de connaître cette région lointaine de l’Asie et pour créer un mythe dans le subconscient collectif de plusieurs occidentaux.

Par celui-ci et pour d’autres motifs, j’ai passé beaucoup de temps à chercher l’occasion de faire mon 1er voyage en Mongolie. Tout de suite, comme toujours, la montagne était un prétexte (comme mon ami Jean Luis Salcedo dirait).

Dans ce cas les lointaines et les montagnes peu visitées de l’ouest mongol, la Cordillère d’Altai, connus comme les montagnes Dorées, qui font la frontière avec la Chine, la Russie et Kazajistan, d’une hauteur modeste mais sans information sur des ascensions espagnoles et très peu nombreuses au niveau occidentales. Ce sont les ingrédients parfaits pour que ma tête commence à se chauffer et que le voyage prenne une tout autre forme.

Année après année ajournée, enfin l’été 2005 nous réussissons à former un groupe solide disposé à parcourir les steppes mongolas et à tirer au sort tous les inconvénients bureaucratiques et physiques d’une destination inconnue et nouvelle comme celui-ci.

Le pays est inconnu, la montagne encore plus, nous n’avons pas d’information sur la difficulté que nous trouverons, nous connaissons la logistique nécessaire pour monter la montagne la plus élevée du pays qui est la Pointe Khuiten de 4.374 m. Nous avons seulement beaucoup d’illusion, une carte de la Mongolie et le téléphone d’un contact à Oulan-Bator…

Quand l’un décide de choisir l’un de ces pays comme destination d’une expédition de montagne il a quelques possibilités :

  • Donner sur l’escalade de la montagne la priorité maximale et par conséquent parcourir le plus rapidement possible le chemin d’approche qui nous porte jusqu’à elle.
  • Tenter que la montagne est une partie du voyage et veiller à ce que le chemin qui nous porte jusqu’à elle soit, depuis le départ de la maison, une longue marche intéressante d’approche en essayant que tout compte en elle, est une expérience fructifère vitale. Je ne peux pas cesser de rappeler les poèmes de Kabafis :

« Quand tu entreprendras ton voyage vers Itaca, tu dois prier car le voyage est long, pleins de péripéties, pleins d´expériences… »

Cette deuxième option, qui est presque toujours la nôtre, peut sonner très facile et jolie mais dans des territoires si lointains et ignorés comme celui-ci, est pleins de problèmes. Le premier et fondamental, c’est qu’il semble impossible de prévoir le temps des déplacements et par conséquent il est très difficile de planifier l’assaut de la montagne. Comme le chemin est plein d’éventualité, nous ne savons jamais si nous arriverons avec assez de temps pour monter la pointe choisi. L’espace que cela résout en allongeant un peu le calendrier et en nous retirant de la tête cette forme de voyager qu’elle est si propre aux occidentaux où les jours se mesurent dans des minutes et n’importe quel retard est une catastrophe authentique.

Chaque jour nous avons moins de temps pour voyager ou pour faire une expédition et nous avons besoin que tout soit planifié au millimètre pour rentabiliser au maximum notre temps et notre argent. Une stratégie mauvaise de voyage. Une philosophie mauvaise de la vie.

Le cas consiste en ce que nous en Mongolie décidons que, bien qu´il existe la possibilité d’un vol intérieur qui nous déposerait près de notre destination, il semblerait beaucoup plus intéressant et aventureux de parcourir tout ce chemin (pratiquement tout le pays) par route, à l’intérieur d’une espèce de conserve en forme de camionnette de l’ère soviétique.

Et la vérité consiste en ce que bien que ce soit un petit supplice, en prenant en compte que les routes de mongolies sont dans sa totalité pratique sans asphalter et dans un état infâme, je crois que c’était la meilleure option.

Je regrette de ne pas avoir pu le faire réellement à cheval, comme certains des voyageurs qui nous ont précédés, surtout en prenant en compte la culture et l’estime que les Mongoles sentent par ses chevaux et les personnes qui les montent. Mais dans une fin, si le temps a déjà été juste pour faire le chemin dans une voiture, Le cheval lui aura à être dans la proche réincarnation (mais cela reste à voir).

Ascension de la pointe Khuiten

À Oulan-Bator nous contactons une agence locale (ou un peu pareil) et en un clin d’œil nous nous sommes vus à l’intérieur d’une fourgonette pittoresque en parcourant les steppes que Gengis Kan a parcourues, avec une cuisinière, un interprète et un chauffeur. Un groupe multiéthnique et folklorique, comme le pays.

Et que dire de la Mongolie, que dire d’un pays qui est trois fois plus grand sur une surface comme l’Espagne et qu´il a seulement trois millions d’habitants (d’un fait c’est le pays du monde avec une faible densité de population). Nous parcourons un kilomètre après un kilomètre, jour après jour sans voir pratiquement personne, seulement des steppes immenses déserts où il embrasse notre vue.

Et des cieux en coton, parce que la Mongolie est le pays des cieux enceinte de nuages éternels qui semblent surgis de la palette d’un peintre. Ou des rêves d’un enfant.

Les paysages immenses, propres, sereins, qui transmettent une paix et que nous découvrons depuis les fenêtres de notre véhicule, entre un saut à travers les trous. De tant en tant, des restes (plutôt des ruines) de l’époque soviétique. Maintenant j’entends vérité sur ce que signifie être un pays, un satellite d’une grande puissance. Maintenant la grande puissance n’est plus et le pays du satellite à seulement essayé de s’arranger. Et ils le tentent, mais il leur reste beaucoup de chemin à parcourir.

Outre la capitale, il n’existe pratiquement pas d’asphalte, ni la lumière électrique, ni l’eau courante (des choses comme le chauffage ou les téléphones, nous ne parlons pas). Seulement les restes du temps dans lequel les Russes, paternalismes, se chargeaient de ces choses. Ici une entreprise arrêtée avec ses machines branlantes et oxydées, là un gradin électrique qui orne le paysage mais qui ne voit pas que cela fait déjà des années que l’électricité ne fonctionne plus, plus loin un théâtre décrépit qui a connu les meilleurs temps (une assurance que Tchéchov a été représenté dans une nuit heureuse).

Parce que les Mongoles sont un peuple cultivé et instruit, pleins de traditions et de culture, des nomades, mais les savants, qui une fois, il y a beaucoup d’années, ont conquis le monde, et non seulement par la force des armes (aussi, comme tous les grands empires). Et après plusieurs heures, et beaucoup de péripéties avec la voiture nous réussissons à arriver à notre point de destination, où commence réellement notre aventure montagneuse.

Les montagnes de la Mongolie sont comme presque toutes, précieuses.

Celles-ci ont une particularité, elles sont à la frontière de la Mongolie, de la Chine, de la Russie et du Kazajistan, mais c’est seulement la cause des hommes si nous nous obstinons à ce que tout soit pleins de lignes et de barbelés. Depuis le sommet ce qui est vu c´est le Massif d’Altai, les montagnes Dorées dans toute sa splendeur. Je n’ai pas été capable de différencier les vallées chinoises des Russes ou les Mongoles, elles n’étaient pas de différentes couleurs, ils étaient pleins de types arrivés de Mars. Tous étaient égaux, majestueux et pleins de couleurs et de gens merveilleux.

Nous arrivons à notre campement de base dans une caravane de chevaux et de chameaux il est plein et d’un si propre exotisme de ces lieux. Nous sommes pratiquement seuls, comme c’était d’attendre. Nos accompagnateurs ne savent rien naturellement d’une montagne, ni de celles-ci ni d’aucune, ou bien que nous avons à nous arranger pour découvrir quelles sont les pointes et où nous aurons à les monter.

D’abord pour acclimater et nous familliariser avec le terrain nous choisissons la pointe Malchin (4.037 m.) qui signifie étoile du berger et il nous semble faciles avec un bon panoramique sur le Khuiten qui est notre objectif principal.

Tout va bien, après tant de jours mis en oeuvre afin de promouvoir des montagnes est toute une jouissance, pour le corps et pour l’âme. Nous montons, baissons, le typique d’une acclimatation et enfin nous nous dirigeons vers le Khuiten. Nous sommes seuls dans la montagne et pouvons choisir la route qui nous intéresse le plus. C’est une sensation rare. Chaque fois nous sommes moins habitués à la liberté, même dans les montagnes.

Choisir un pays lointain et inconnu, une route pleine de doutes et d´incertitudes, une montagne inconnue et solitaire et pouvoir la promouvoir où « un dieu permet de t’entendre, » une chose très normale n’est pas celle de l’alpinisme, cet actuel monde inclus où tout est réglé et pleins de normes, les chemins parcourus jusqu’à la satiété, le temps contrôlé et l’incertitude est vécue par une angoisse authentique.

Puisque pour nous, la Mongolie et la pointe Khuiten a été tout le contraire. Un grand exercice de liberté.