Informations pratiques

Destination : Mauritanie » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | Agence : Tamera 


Informations pratiques concernant ce voyage en Mauritanie entre Adrar et Tagant.
Posté le :


Carnet : Mauritanie : randonnée des dunes de l'Adrar aux canyons du Tagant

Formalités

Le passeport est obligatoire, il doit être valide 6 mois après le départ. Un visa touristique est également obligatoire. Veuillez-vous rapprocher du consulat de Mauritanie en France pour vérifier les formalités et les faire.

Accès

Avec la fin des vols charter vers Atar, l’accès n’est désormais plus possible que par un vol international Paris – Nouakchott via Casablanca, suivi d’une journée de route via Atar. Le retour, depuis Matmatah, se fait par la route reliant Mauritanie et Sénégal, dite route de l’espoir. Prévoyez une très grosse journée, rendue épuisante par l’état du bitume et la circulation très dense. Pour trouvez votre billet d’avion, utilisez notre comparateur de vols.

Sécurité-santé

La présence de groupes armés, dits islamistes, dans la région saharienne fait peser une menace sur les visiteurs qu’il convient de ne pas prendre à la légère. Il est impératif de prendre connaissance des conseils aux voyageurs du quai d’Orsay, de s’appuyer sur une agence dont les réseaux locaux et la connaissance de terrain vous permettront de prendre la décision de partir … ou pas. Pour notre part, sur place, l’omni-présence des contrôles routiers, l’absence de tension avec la population tant au désert comme à Nouakchott ne nous ont jamais fait sentir en danger.

Côté santé, un passage dans votre centre de maladies tropicales et infectieuses est fortement conseillé. Nous sommes en effet ici proche de la zone sahélienne et des pathologies absentes du cœur saharien sont susceptibles de vous affecter (paludisme selon la saison et la zone fréquentée, méningites, rage …). Les conditions de chaleur imposent d’être vigilant avec les coups de chaleur et de bien veiller à s »hydrater avec de l’eau bouillie ou traitée. Des dosettes de sérum physiologique permettront de soigner les yeux irrités par le sable. A la fin du voyage, ne pas hésiter à remettre ses médicaments non utilisés aux dispensaires locaux globalement dépourvus de tout.

Avec qui partir, préparer son voyage

Ce circuit a été réalisé avec Tamera dont on ne peut que conseiller le sérieux. Le Sahara est le cœur de métier historique de l’agence qui s’appuie sur des partenaires de longue date, à la fiabilité irréprochable.

A lire

Les ouvrages suivants seront d’une excellente lecture en préparation de votre séjour :

  • Guide Sahara – collection Guide bleu évasion édité par Hachette présente de façon richement illustrée une vision panoramique de la zone saharienne.
  • Guide Le guide de la Mauritanie – 2006 édité par Ibis presse. L’éditeur propose par ailleurs de passionnants ouvrage d’ethnographie, de botanique, … sur le pays.
  • Guides Faune du Sahara T1 & T2 – 1989 – Terres Africaines – Lechevallier & Chabaud. Ces ouvrages, hélas épuisés, sont les seuls ouvrages de référence sur la faune saharienne et se trouvent parfois d’occasion.

Environnement

Si la Mauritanie a quitté les rangs des pays les plus pauvres – de très peu – les infrastructures restent faible et celles de traitement des déchets quasi inexistantes. Avec des sites très isolés et des ressources naturelles très fragiles, l’impact de l’activité touristique peut être catastrophique. Il va sans dire que tout déchet amené ici devrait être ramené jusqu’à un endroit où son traitement est assuré dans de bonnes conditions, c’est à dire Nouakchott, voire la France ! Les nombreux visiteurs arrivés à Chinguetti grâce aux charters de Point Afrique ont laissé, dans le plus profond mépris pour l’environnement et les populations locales, des quantités effrayantes de bouteilles plastiques dans la ville et ses alentours, marquant la population d’habitudes de consommation bien fâcheuses. Compactez vos déchets, ramenez le tout à Nouakchott et manifestez, auprès de votre agence, votre mécontentement devant cette situation. Là où il n’existe pas de solution pour traiter les déchets, les déchets ne devraient pas être laissés, d’autant que l’eau traitée sera tout aussi saine que celle de bouteilles plastiques ayant longuement séjourné au soleil !

Ici plus qu’ailleurs la question du passage au petit coin mérite quelques précautions. Les WC publics, quand il y en a, ne font guère envie. Le passage dans la nature s’impose souvent. Mais avec une telle chaleur, ne comptez pas sur les bactéries pour effacer vos traces. Brûler son papier et enterrer le reste dans un trou d’une trentaine de centimètres est un minimum pour éviter la propagation de maladies. Pour ceux que le sujet intéresse, je conseille la très saine lecture du désopilant et néanmoins sérieux Comment chier dans les bois : Pour une approche environnementale d’un art perdu. édité chez Edimontagne, 2001.

A propos de l'auteur

Mammifère omnivore, pogonotrope et dromomane....