Tour de l’Ausangate

Destination : Pérou » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 


L'Ausangate, le point culminant de la cordillère de Vilcanota au Pérou, se dresse majestueusement au cœur d’un massif glaciaire sauvage. Pendant 7 jours, le trekking permet de faire le tour de ce géant du Pérou. Le voyage commence par une acclimatation à Cusco, dans la vallée sacrée et au Machu Picchu. Vamos a Vilcanota a Péru.
Posté le :


Carnet : Tour de l'Ausangate

"Enfant du soleil / Tu parcours la terre et le ciel / Cherche ton chemin / C’est ta vie, c’est ton destin / Et le jour, la nuit / Avec tes deux meilleurs amis / A bord du Grand Condor / Tu recherches les Cités d’Or".

Si vous venez de finir de lire ces paroles en chantant en tue-tête, il vous est facile de comprendre pourquoi nous sommes tombés instantanément d’accord pour faire ce voyage au Pérou ! En juillet 2003, nous partons donc avec l’agence Allibert pour le trek du "Tour de l’Ausangate". Les réjouissances commencent par des marches faciles pour découvrir les mystérieuses cités incas dont le superbe Machu Picchu. Une fois bien acclimatés à l’altitude, nous randonnons autour de l’étincelant Ausangate qui domine la Cordillère de Vilcanota. Un voyage qui en met plein les yeux !

Notre voyage commence à Cusco.

Cusco

Nous débarquons à Cusco sous un soleil radieux qui fait étinceler les sommets enneigés des montagnes environnantes. Pas de précipitation pour cette première journée : les 4000 m d’altitude de Cusco se font sentir. La moindre rue en pente nous fait souffler comme des phoques. A l’hôtel, nous sommes accueillis avec une tasse d’une des boissons populaire du Pérou : du "mate de coca". Il s’agit d’un thé de feuilles de coca, réputé pour ses vertus contre le froid, la maladie et le mal de l’altitude. Ces mêmes feuilles de coca entrent dans la fabrication de la cocaïne mais pas d’inquiétude, elles sont sans effet ni accoutumance si on ne leur applique pas le traitement chimique approprié pour les transformer en drogue. L’autre boisson à la mode est "l’Inca Cola" mais l’oncle Sam n’a pas de souci à avoir quant à une éventuelle concurrence de son Coca.

Notre guide, Carlos Tupayachi, nous emmène faire un premier tour de ville. L’architecture mêle vestiges incas et constructions de l’époque coloniale espagnole, comme ces murs incas qui constituent le soubassement d’un couvent dominicain. Les murs incas sont particulièrement frappants : les pierres gigantesques s’emboîtent au millimètres près.

Chinchero

Le lendemain, le bus nous emmène à l’ancien village inca de Chinchero, à 3700 m d’altitude. De son passé inca, Chinchero conserve des murs et des cultures de pommes de terre en terasse.

Salines de Maras

Nous reprenons notre minibus pour les salines de Maras. Les bassins de décantation d’eau salée offrent une palette de couleurs du beige au blanc le plus pur, éblouissant sous le soleil de plomb. Les photographes du groupe s’en donnent à coeur joie.

Pisac, Ollantaytambo

Après la pause déjeuner, nous découvrons les sites incas de Pisac et Ollantaytambo, anciennes résidences de prêtres incas. Nous passons la nuit dans la ville au pied d’Ollantaytambo. La ligne de train conduisant au célèbre Machu Picchu s’y arrête.

Puca Pucara, Quenko, Sacsahuaman

De retour à Cusco après le Machu Picchu, nous découvrons encore les sites incas de Puca Pucara, Quenko et Sacsahuaman, une citadelle faite de blocs mégalithiques de plus de 15 tonnes. Même s’il reste peu de choses de ces sites, les explications passionnantes de notre guide Carlos sur le monde inca et ses croyances ne nous lassent pas.

deux × 4 =