Tvinnestølen – Tvino – Jønstollen

Destination : Norvège » Europe | Activité : Randonnée  | 


Tvinnestølen – Tvino - Jønstollen - Ulvik, sur les pas du poète Olav Håkonson Hauge
Posté le :


Tvinnestølen – Tvino

  • 3h – 7,5km – D- 900m

Vent glacial et violent de face toute la matinée. Belle descente sur le versant est du Lønahorgi. Les taches des myrtilliers sont si vives, elles changent le montagne.

Je prends mon temps d’autant que les genoux se font sentir, alors tout doux ma cocotte, ce n’est pas le moment de réveiller les terrrrribles tendinites.
Je vise le camping de Tvino près des cascades Tvinnefossen mais le temps est redevenu très beau, le soleil me détend. Je regarde bien la carte où trouver un endroit ce beau temps pour avoir le soleil le plus tard possible ? Je ne dois pas descendre dans la vallée. Juste au-dessus de Tvino, je trouve un pré sur un mamelon assez vaste et sec pour me combler. Un ruisseau tout proche me permet de me laver et de laver mes vêtements qui auront largement le temps de sécher puisqu’il est seulement midi.

Tvino – Jønstollen

  • 8h – 22km – D+ 600m

Je m’attendais encore à une petite journée, il ne faut pas croire les cartes, ça fait assez longtemps que je marche ici pour le savoir…Ai visité le folkmuseum de Nesheim au bord du lac Lønahorgi et puis j’ai déjeuné au soleil après la fraîcheur du matin et le vent d’est et les nuages partout.

Nesheim, superbe emplacement 12 maison en bois du 17ème siècle restées debout au fond d’un anse de ce lac immense, le site n’étant pa clôturé, on se balade dans le temps. On peut imaginer dormir dans l’une des étables restées ouvertes, ce n’est pas surveillé.

Je sens que je n’ai pas tous mes neurones ce soir, je serai brève. Ai fais de la navigation à vue après être tombée sur une piste qui n’existait pas sur ma cartes. Une charmante institutrice sortie du bois avec plein de petits enfants en gilets fluo, m’a conseillé de prendre la première bifurcation à droite puis, avec un petit sourire en coin, elle me dit qu’ il faudra trouver le petit sentier qui part sur la droite…A combien de distance de la bifurcation ? Quels repères ? Elle ne sait pas.

Grâce à mon super flair pour les sentiers, j’ai fini par le retrouver après avoir bien pataugé dans les tourbières de pentes, heureusement qu’il n’y avait pas de brouillard et que les bons gros repères comme un lac, une ligne électrique et un hameau sont visibles de loin.
J’ai faim, j’ai faim, j’ai faim ! Pas assez de nourriture. Je rêve d’une pizza…tout à l’heure, j’ai vu des cartons de pizzas dans une poubelle, j’ai failli ouvrir pour voir s’il en restait. La honte d’être surprise m’en a empêché, mais je commence à penser comme une clocharde. Je compte et je recompte mes portion je prends un gâteau en plus en fermant les yeux, je me recoupe un morceau de fromage avec une wasa en plus, je n’en peux plus.

six + cinq =