Test Sac de Couchage Sea To Summit Spark II

Test du sac de couchage Sea to Summit Spark II en duvet d'oie (500 g et T° de confort de 7°C). Avis après 25 jours de test.


Caractéristiques du produit testé

  • Type produit testé : Sacs de couchage
  • Composition : Tissu Pertex Quantum (nylon léger et solide avec une bonne résistance à l'humidité et au vent), traitement hydrophobe du duvet Ultra-Dry Down (réduit l'humidité et facilite le séchage)
  • Saisonnalité: 3 saisons
  • Genre: Homme
  • Garnissage : ULTRA-DRY DOWN 850+ Loft avec au moins 90% de duvet d'oie (280 g de duvet en longueur standard / 305 g de duvet dans sa version longue)
  • Température confort (norme européenne EN135378) : +7°C
  • Température limite confort (norme européenne EN135378) : +2°C
  • Température extreme confort (norme européenne EN135378) : -12°C
  • Tailles disponibles du produit: version standard : pour des tailles jusqu'à 183cm / version longue : 202,5x76cm pour des tailles jusqu'à 192cm
  • Volume compressé: 1L à 3L
  • Poids (donnée fabricant): 464 g / 510 g avec le sac de compression
  • Poids (produit pesé par le testeur): 500 g
  • Accessoires fournis: sac de compression ultra-léger, sac de stockage
  • Couleurs: Extérieur Gris/transparence - Intérieur Jaune
  • Garantie: Garantie à vie avec remplacement ou réparation à la discrétion du fabricant en cas de défaut
  • Entretien: nc
  • Prix: 350 €

Conditions du test

  • Lieux du test: Dans de nombreux massifs dans les Alpes : Chartreuse, Beaufortain, Belledonne, Grandes Rousses, Cerces, Triglav, Dolomites,.... en toute saison (automne, hiver, printemps) et dans différents mode de bivouac : à la belle étoile, sous tente, en igloo, en cabane,...
  • Activités: Randonnée, Raquettes à neige, Ski de Randonnée, Vélo
  • Ecosystème: Forêt, Montagne
  • Durée du test (nombre de jours): 25 jours environ
  • Conditions météorologiques: Test en condition sèche, avec rosée le matin, avec averse dans la nuit (ça arrive !), sur neige (avec matelas bien sûr!), en intérieur pour des températures entre 0°C et 15°C

Empreinte écologique

  • Lieu de fabrication: Chine
  • Produit recyclé: Non
  • Emballage recyclable: NSP
  • Produit recyclable: NSP
  • Récupération par le fabricant: NSP

Sea to Summit Spark II

Le sac de couchage testé est le Sea To Summit Spark II. La gamme Spark est caractérisée par des duvets légers comprenant 3 modèles de température de confort différentes : le Spark I, encore plus léger mais moins chaud, a déjà été testé ; le Spark III est quant à lui plus chaud mais un peu plus lourd.

Déballage du Sea To Summit Spark II

Le duvet est livré dans un sac de stockage de bonne capacité (pouvant servir de sac de transport grâce à une astucieuse réduction du volume du sac), en complément du sac de compression. Un certificat de test du duvet est fourni, vérifiant des défauts éventuels.
Le tissu est agréable au toucher et laisse apparaître les plumes de duvet. Les caractéristiques de température figurent également à l’intérieur du duvet.

Sea to Summit Spark II

Test du Sea To Summit Spark II

Le sac de couchage Sea To Summit Spark II a été testé à l’occasion de nombreux bivouacs, le temps d’une soirée, d’un week-end ou au cours d’itinérances (treks dans les Dolomites, en Slovénie, dans le Vercors, le Beaufortain ou encore dans les Ecrins) : nuit à la belle étoile, sous tente, en igloo, en cabane et même en refuge d’hiver non chauffé (car il ne prend guère plus de place qu’un drap !). Indiqué par le fabriquant comme un duvet 2,5 saisons, je l’ai déjà testé en automne, hiver et printemps, mais il est bien sûr parfaitement adapté aux bivouacs l’été (ce duvet prend même moins de place que certains sacs de couchage d’été !).

Rangement dans le sac de compression

Le sac de compression étonne par sa légèreté et sa faible taille : est-il possible de mettre un tel duvet dedans ?

Eh bien oui ! On compresse le duvet dans le sac et on le ferme grâce au cordon, puis on peut alors réduire le volume grâce aux sangles et passer de 3L à 1L environ ! Ces opérations se font plutôt facilement. Si on ne cherche pas une forte réduction du volume (pour le transport par exemple) , on pourra le laisser à 3L avec sans doute une plus longue longévité du duvet sur le long terme ; par contre, si on part en trek, le très faible volume sera très apprécié dans le sac à dos.

Le rangement en images :

rangement-3-sac-compression-seatosummit-test-alpes-ecotourisme.eu
rangement-4-sac-compression-seatosummit-test-alpes-ecotourisme.eu.jpg

Utilisation du sac de couchage

Une fois sortie du sac de compression, le sac de couchage Sea To Summit Spark II va rapidement retrouver du gonflant avec une épaisseur assez impressionnante compte-tenu du volume compressé.

La forme du sac est assez simple et classique (largeur réduite au niveau des jambes/pieds) mais bien dimensionné sans être ni trop large ni trop étroit. La fermeture éclair permet d’ouvrir la moitié supérieure du duvet.

Une fois dedans, il ne reste plus qu’à refermer la fermeture éclair (manipulable de l’intérieur comme de l’extérieur (ce qui fonctionne assez bien), et à réduire l’ouverture au niveau de la tête à l’aide d’un simple et unique cordon qui fait bien le travail.
On ressent vite la chaleur qui s’accumule dans le duvet.

Constat après mes tests en toutes conditions

Globalement, je n’ai jamais eu froid avec le Sea To Summit Spark II pour les utilisations prévues avec des températures autour de la température de confort (7°C) voire plus basse. J’ai commencé à ressentir un peu de fraîcheur en dessous des 5°C en étant habillé au minimum, et j’ai pu descendre jusqu’à 0°C (en igloo), cette fois en ajoutant des vêtements. S’il fait au contraire plus chaud, il suffit d’ouvrir un peu le duvet (à partir de 10°C à 15°C).

Le froid peut arriver par la tête car il n’y a pas de véritable collerette mais aussi car le duvet au niveau de la tête est assez faible ; pour pallier à ce défaut dans les conditions les plus froides, j’ai testé une “collerette maison” à base d’une doudoune légère (un bonnet peut aussi faire l’affaire). D’autre part, dans des conditions de vent, le froid se ressent plus que sur d’autres duvets du fait de la faible épaisseur de tissu et de faible quantité de duvet (y penser pour l’emplacement du bivouac !).

En cas de rosée, le duvet s’humidifie en surface mais l’humidité n’est pas allée jusqu’au compartiment intérieur. Il faudra alors faire sécher le duvet pour que les plumes reprennent leur aspect normal.

J’ai eu la “chance” d’avoir un test en condition un peu plus extrême puisque je me suis pris une averse dans la nuit lors d’un bivouac dans le briançonnais (annoncé sans pluie par Météo France!). Cette fois, le duvet du Sea To Summit Spark II s’est bien humidifié (je l’ai recouvert par la suite d’une couverture de survie pour tout de même limiter l’inondation!) et je n’ai pu le faire sécher qu’à la fin de ma rando. J’ai pu alors constater que dans certains compartiments, les plumes s’étaient un peu agglomérées tandis que certains espaces n’avaient plus de plumes (laissant entrevoir le tissu intérieur jaune).

Par la suite, le duvet a assez bien repris sa place (je l’ai un peu aidé) mais sans revenir totalement à la normale, en particulier au niveau de la tête. Il me semble donc (ce qui est assez logique) qu’il y a une certaine limite à l’aspect hydrophobe du duvet et je conseille donc de limiter au maximum l’usage en terrain pluvieux (à moins d’un sur-sac). Je ne sais pas si le fabricant peut intervenir sur le duvet dans de tels cas.

Pour conclure, après 9 mois d’utilisation, le Sea To Summit Spark II a convenu à la plupart des conditions d’utilisation et de terrain rencontrées et a facilité mes treks et le rangement de mon sac.

  • 95%
    Qualité de fabrication - 95%
  • 95%
    Ergonomie - 95%
  • 90%
    Thermicité - 90%
  • 90%
    Confort - 90%
  • 100%
    Poids - 100%
  • 100%
    Volume - 100%
95%

Mon avis

Le sac de couchage Sea to Summit Spark II est un produit avec d’excellentes performances pour un poids et un encombrement record.
Il me semble être le parfait compagnon des amateurs de bivouac et d’itinérance en mode léger. Son volume très réduit trouvera aussi bien la place dans un sac à dos qu’à l’arrière d’un vélo ou sur un âne. Je trouve d’autre part ce modèle extrêmement polyvalent car utilisable une grande partie de l’année dans les Alpes du fait de ses températures d’utilisation (pour l’hiver, les plus frileux s’abstiendront).
Il ne me quitte plus, que j’aille dormir en plein air ou en cabane.

Sending
Your rating:
User Rating 0% (0 votes)
Verdict
Points forts
  • Un excellent rapport poids/volume/confort thermique
  • Housse de compression très pratique et qui réduit fortement le volume
  • Simplicité du réglage de l’ouverture du duvet au niveau de la tête
  • Traitement hydrophobe
Points faibles
  • Faible duvet au niveau de la tête et absence de collerette
  • Déplacement des plumes dans leur compartiment notamment en cas d’humidification
Vinc 1
A propos de l'auteur

Amateur de montagne depuis longtemps, c'est d'abord les Alpes du Sud et la vallée de l'Ubaye qui m'ont émerveillé durant mon enfance. Désormais accompagnateur en montagne et fréquentant principalement les massifs alpins, je ne rate pas une occasion de découvrir ou faire découvrir les montagnes sauvages hors des sentiers battus, en posant par...



http://www.alpes-ecotourisme.eu

10 + douze =

Sending
Your rating: