Top 10 des treks au Népal

Royaume du trekking, le Népal offre de nombreuses possibilités de beaux trekkings. Lequel choisir ? Annapurna, Everest, Manaslu ? Voici mon top 10 des treks au Népal.


Quand on dit « Népal », on pense tout de suite « trekking » et « alpinisme ». Les possibilités de trek sont immenses tant les massifs qui égrènent l’Himalaya sont nombreux : Annapurna, Manaslu, Everest, Dolpo, Mustang, Kanchenjunga, Langtang, Dhaulagiri, Ganesh Himal…
Voici mon top 10 des treks au Népal.

1 – Tour du Manaslu

J’ai réalisé ce trek en 2013. Il est tout simplement extraordinaire par la diversité de ses paysages et les passages en altitude passent près des glaciers du Manaslu puis par le larkya pass à un peu plus de 5 000 m.

Le départ classique se fait d’Arughat le long de la Budhi Gandaki mais partir de Baluwa offre une plus grande diversité de paysages et d’expériences car l’itinéraire croise alors plusieurs villages.

2 – Khopra Trek

C’est le dernier né dans la région des Annapurna. Situé entre le tour des Annapurna et le balcon des Annapurna, l’itinéraire du Khopra Trek emprunte des chemins intermédiaires offrant les plus beaux panoramas du massif des Annapurna. L’altitude maximum est de 3600 m, rendant ce trek accessible à de nombreux marcheurs.
Les nuits se passent dans des lodges communautaires implantés par les villages pour offrir une alternative aux deux sentiers précités.

Khopra Trek

3 – Sanctuaire des Annapurna

Le sanctuaire des Annapurna est un trek populaire au Népal car il est plutôt facile et on trouve aisément des lodges tout le long du chemin. Si son point négatif est son itinéraire en aller retour, la vue à 360° depuis le sanctuaire est tout simplement magique.

Sanctuaire des Annapurna

4 – Camp de base de l’Everest

Autre grand classique des treks au Népal, le trek du Camp de Base de l’Everest permet d’ailler titiller les hauts sommets du massif de l’Everest. L’Everest en tête mais aussi le Lotse et le Cho yu pour les 8 000 m. Je ne vous liste pas la kyrielle de montagne de plus de 6 000 m, ça serait trop long.
Un trek parfait pour qui aime les ambiances de haute montagne. Pour sortir de l’itinéraire classique, deux variantes à faire : la première passent par les lacs de Gokyo, le Gokyo Ri (panorama splendide sur les trois 8 000 cités) et le Cho La. L’autre option, un cran au dessus en matière de difficulté passent par trois cols à plus de 5000m (Renjo Pass, Cho La et Kongma La) avec en plus l’ascension du Gokyo Ri (5360m), le Kala Pattar (5600m).

Trek du Camp de base de l'Everest

© Simon Dubuis

5 – Tour du Dhaulagiri

Situé à l’ouest du massif des Annapurna, le tour du Dhaulagiri reste un itinéraire engagé de 12 jours de marche. On y rencontre tous les étages de montagne, de la jungle à la haute montagne. Passage par des cols mythiques comme le French pass (5 360 m) par où sont passés l’expédition d’Herzog pour faire l’ascension de l’Annapurna.

Dhaulagiri

6 – Helambu / Langtang

Massif proche de Katmandu, Helambu et Langtang sont faciles d’accès depuis la capitale du Népal. La région a été fortement touchée par le tremblement de terre de 2015. Aujourd’hui, il est possible d’y retourner. Les sentiers ont été réhabilités, les lodges reconstruits. Je dirais même que la région a besoin des touristes pour survivre. Lisez l’encadré ci-dessous qui fait le point sur la situation dans la région.

Etat des lieux région du Langtang

(Tamang Heritage – Langtang – Gosaikunda)

12 septembre 2016

De façon globale, on peut dire que la région s’est bien relevée de la catastrophe, elle a ainsi consacré de gros efforts à sa reconstruction pour permettre un retour rapide du tourisme, source majoritaire de richesse dans la région.

Les habitations sont loin d’être toutes reconstruites, notamment à Thulo Syabru, Langtang et Thuman, où les disparités de moyens financiers sont marquées. Mais cette reconstruction avance et semble vouloir se faire dans le respect de la culture locale (architecture souvent traditionnelle en pierres sèches) et des concepts proches de l’environnement se sont développés pour proposer une offre en éco-tourisme (Thulo Syabru, Gatlang).

Maison reconstruite à Garta

Maison reconstruite à Garta © Benoit Perraud

Les sentiers ont tous été remis en état, ils sont sécurisés et les guest-houses se sont reconstruites. La capacité d’accueil de la région est donc quasi identique à avant avril 2015. On voit même « fleurir » de nouvelles routes (notamment reliant Syabru Besi à Briddhim et Tatopani et aussi Dhunche à Thulo Syabru). Ce développement des voies d’accès s’est accéléré pour faciliter la reconstruction, mais nous nous posons la question de l’impact sur le tourisme à moyen et long terme, d’autant que les échanges commerciaux entre Népal et Chine (Tibel) s’intensifient.

La vallée de Langtang est un cas à part car elle doit se reconstruire de zéro. Si la reconstruction a bien avancé dans la vallée, il faudra toutefois des années avant que le village de Langtang redevienne ce beau et vaste village que nous connaissions.

Etat des lieux rédigé par Benoît PERRAUD. Plus de détails sur l’état des lieux dans le Langtang.

Agence NepaTrek (Kathmandu) avec l’association NepaTrek Solidarité France oeuvrant pour la reconstruction de la région

7 – Ganesh Himal

Situé entre le massif du Manaslu et celui du Langtang, le Ganesh Himal est peu emprunté par les randonneurs. Une belle immersion en pays Tamang sur 12 jours de marche au départ de Betrawati. Il passe par le camp de base du Paldor (4 500 m) et se termine à Syabrubesi.

© Hilaire Tourancheau

8 – Haut Mustang

Eclave tibétaine au Népal, le Mustang offre des paysages tout à fait singuliers pour un itinéraire de trek au Népal. Cet ancien royaume interdit a su garder son architecture et sa culture tibétaine. L’altitude maxi est de 3 900 m, rendant l’itinéraire accessible même si certaines étapes peuvent être un peu longues.

Mustang

© Marie-Laure Vareilles

9 – Haut Dolpo

Autre massif authentique au Népal, rendu célèbre par le film Himalaya, l’enfance d’un chef d’Eric Valli. Réaliser ce trek, c’est s’immerger dans la culture Dolpopa, croiser des caravanes de yaks et s’extasier devant le lac aux eaux turquoise de Phoksumdo.
Un itinéraire peu emprunté comme le Mustang. A noter que le permis du trek pour le Mustang et le Dolpo est passé de 500$ pour 10 jours à 100$ pendant l’été 2015.

Haut Dolpo

© Foudetrek

10 – Camp de base du Kanchenjunga

Autre itinéraire peu emprunté, à l’est du Népal : le camp de base du Kanchenjunga.
De Suketar, direction les deux camps de base du Kangchenjunga, troisième sommet du monde (8598 m) par la Simbua Khola. Immersion dans le pays Limbu. Le trek est physique et long (18 jours).

Kanchenjunga

© Daniel Pétraud

Et le tour des Annapurna ? Avec la construction des routes dans les vallées de la Kali Gandaki et celle qui monte à Manang, il a un peu perdu de son intérêt. Voilà pourquoi, il n’est plus dans le Top 10 des treks au Népal.

Et vous ? Quel trekking avez-vous fait au Népal et que vous aimeriez ajouter à ce Top 10 ? Laissez-moi un petit commentaire pour me le dire, je suis curieux de découvrir de nouveaux itinéraires.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

13 + 6 =