Cachora – Santa Rosa

Destination : Pérou » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 


Cachora - Santa Rosa - Trekking dans la cordillère Vilcabamba
Posté le :


0
(0)

Etape : CACHORA – SANTA ROSA
Jour de marche : 1er jour

Départ : 7h05
Arrivée : 15h45
Temps de marche : 7h05
Dénivelé positif : 823 mètres
Dénivelé négatif : 1 658 mètres

SOLDES ETE 2020

Les 2èmes démarques des soldes d’été ont commencé. Il y a d’excellentes occasions de faire de bonnes affaires voire même de très bonnes affaires. Afin de ne pas céder aux tentations déraisonnables des soldes, voici quelques règles à suivre pour acheter responsable :

  • Acheter des produits et vêtements dont vous avez besoin
  • Acheter des produits et des vêtements qui durent
  • Préférer les marques qui s’engagent pour l’environnement
  • Préférer les produits et les vêtements qui favorisent les circuits courts de production (made in France, made in Europe)

Voici quelques offres de nos partenaires :

Et si vous vous demandez comment soutenir I-Trekkings, lisez ceci.

Hier ça a été un peu la lutte pour arriver à Cachora, contrairement à ce que m’avait dit l’office du tourisme de Cusco. Il n’y a pas de bus qui desserve ce village. Heureusement, je suis tombé sur une Péruvienne fort sympathique qui m’a trouvé et négocié le prix d’un taxi (collectif) qui s’y rendait.

Je commence mon trek dans la cordillère Vilcabamba par la montée du col Copuliyac. Il fait chaud et le sentier très poussiéreux. Puis une longue descente s’amorce dans la vallée de mille cinq cents mètres, c’est plutôt rare de commencer une randonnée par une si longue descente. J’ai les pieds qui chauffent, je crains d’attraper des cloques dés le premier jour. La vallée est gigantesque, profonde mais étroite. Arrivé au fond, je fais ma pause déjeuner, les pieds dans le Rio Apurimac, pour les refroidir un peu. Plusieurs randonneurs déjeunent également là, parmi eux, un australien me dit qu’il me faut encore trois heures de montée pour rejoindre Santa Rosa. Ca me parait étrange, car sur mon programme, j’ai deux heures pour cinq cent cinquante mètres positifs. Ce qui est déjà pas mal, alors soit le parcours réserve une surprise, soit c’est un touriste.

J’arrive au camping au bout d’une heure cinquante, dont un quarte d’heure d’arrêt, car avec le soleil qui cogne fort, je me suis senti un peu mal dans la montée. Sur l’air de camping, je plante ma tente à côté d’un groupe de Français qui voyage via une agence. J’ai croisé pas mal de randonneurs, mais aucun en autonomie comme moi, ils sont tous accompagnés de mules et d’un guide.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link