Informations pratiques

Destination : Chili » Argentine » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Alpinisme Randonnée  | 


Informations pratiques pour grimper et randonner au Tres Cruces et dans la région.
Posté le :


Carnet : Atacama : ascension du massif Tres Cruces

Comment y aller ?

Depuis l’Argentine : Vol International jusqu’à Buenos Aires, puis bus (compter une nuit de route) ou avion en ligne intérieure jusqu’à Catamarca, puis 6h de bus pour atteindre Fiambala, puis environ 4h de route en voiture (4×4 indispensable à la fin) pour atteindre le pied du massif Tres Cruces.
Depuis le Chili : Vol international jusqu’à Santiago, puis bus ou avion en ligne intérieure jusqu’à Copiapo. Quelques heure de 4×4 sont ensuite nécessaires pour rejoindre le pied du massif.

Pour votre vol, vous pouvez utiliser le comparateur I-Trekkings.

Quand s’y rendre ?

La saison de grimpe dans cette zone appelée « los Seismiles » s’étend de Novembre à Mars et je vous recommande plus particulièrement Novembre et Décembre, les 3 mois suivants étant souvent moins stables. Durant ces 5 mois, le temps est généralement beau et très sec. Le vent est quasi omniprésent et souffle parfois de façon vraiment très forte. Il faut donc impérativement prévoir une tente de tout premier choix (vous pourrez laisser les sardines chez vous et prévoir de solides haubans que vous arrimerez à de grosses pierres). Qui dit altitude + vent, dit bien sûr froid. Gros froid, même. N’hésitez pas à vous équiper très chaudement, du sac de couchage aux chaussures en passant par la doudoune. En ce qui concerne les chaussures, depuis que j’ai dû renoncer à un sommet dans cette zone et failli me geler les pieds, j’y retourne toujours avec mes grosses Millet Everest.

Attention, il y a très peu d’eau dans cette région et il vous faudra faire fondre de la neige pour boire. Heureusement, vous en trouverez presque toujours assez facilement sur ces sommets. 

Avec qui s’y rendre ?

A ma connaissance et au moment d’écrire ces lignes, l’ascension du Tres Cruces n’est pas proposée par les agences françaises. Localement, on peut trouver quelques agences qui peuvent vous proposer ce trekking. Parmi elles, citons Ursula Expediciones, dirigée par la jeune Ursula Diaz, une experte de ces endroits et qui fut la seconde argentine au sommet de l’Everest.

Pour ceux qui souhaitent se débrouiller seul en se faisant déposer au pied du Tres Cruces (ou d’une autre montagne de la région), vous pouvez contacter Jonson Reynoso, un des meilleurs connaisseurs de la Puna de Atacama. Il réside à Fiambala où il est responsable de la sécurité touristique de la région des Seismiles. andestravesias@hotmail.com (il faut souvent être patient car il est parfois lent à répondre).

Difficultés de ce trekking-ascension

Ce trekking ne présente pas de difficulté technique à proprement parler. La complication réside dans l’éloignement et l’altitude. En effet, que ce soit du côté chilien ou argentine, la première vraie agglomération se trouve à environ 200 km (Copiapo au Chili et Fiambala en Argentine). Pour s’engager dans ces ascensions, il est impératif de s’être au préalable bien acclimaté à l’altitude sur environ une semaine avec l’ascension d’au moins un sommet de 6000m. A noter que, dans cette zone, il est aussi facile de s’acclimater du côté chilien qu’argentin. Attention, il n’existe pas de structure organisée de secours en montagne dans ces endroits. Cela implique un engagement et/ou une logistique qui doivent avant tout privilégier la sécurité. Pour ma part, lors de mes deux dernières expés en Solo, j’avais un téléphone satellite et je suis parti en laissant un plan assez détaillé à la police de Fiambala de ce que je prévoyais faire. Autre critère à prendre en compte au registre des difficultés : les caprices de la météo peuvent totalement compromettre une rando ou une expé dans la Puna de Atacama… Il faut donc rester philosophe et avoir un plan B dans sa poche, histoire de ne pas gâcher complètement son séjour.

Livres

Outre les guides de voyage classiques, je vous recommande :

  • The Andes : A Guide for Climbers de John Biggar (en anglais, mais une édition antérieure existe en français). Un excellent guide mais assez généraliste qui brosse les ascensions de la centaine de sommets de plus de 6000 mètres de la Cordillère des Andes.
  • +6500. Una forma de dimensionar los Andes de Bracali et Almaraz (en espagnol uniquement). Le livre le plus complet sur les sommets andins de plus de 6500m, avec de nombreuses photos et cartes. Absolument indispensable pour les amateurs !

 

A propos de l'auteur

Passionné par les Andes depuis presque 20 ans, j'y ai passé plusieurs mois à marcher et grimper et je m'y précipite dès que cela m'est possible. J'aime l'altitude et les paysages minéraux des hauts plateaux. Ma zone de prédilection est la Puna de Atacama, située à cheval sur le Nord-Ouest argentin et le Chili où l'on trouve la plus grande...