Panique à bord !

Destination : Tadjikistan » Asie | Montagne : Pamir | Activité : Randonnée  | 


De l'eau dans les poumons, ce n'est jamais bien, surtout en altitude, quand on est seul... - Trek solo au Pamir
Posté le :


Le jour se lève, je plie la tente et recommence à marcher… la rivière s’élargit vite en un delta verdoyant, pour laisser rapidement (2 heures de marche tout de même) place au lac. Il est bordé à l’est par une immense plage de sable blanc de laquelle s’élève de véritables tornades, le tout sur fond de hauts sommets glacés. Le vent souffle effectivement fort, face à moi, incessant. Il brûle les lèvres, les yeux, les tornades passent et repassent, il faut se protéger à chaque fois… Je réussi malgré tout à faire une petite sieste au milieu de ce vacarme. Je progresse ensuite lentement sur la rive nord. Le bleu du lac est profond, sombre et intense. Le vent rend tout ce paysage beau, extrêmement beau, mais brutal et inhospitalier. J’ai l’impression d’être arrivé à mon premier but, mais en même temps d’être nul part. Je suis bien au milieu de nul part, je me souviens des cartes satellites observées attentivement avant mon départ ne montrant que quelques minuscules villages distants de plusieurs jours de marche, séparés par des rivières et des cols… et des glaciers si je me trompe de vallée.

Mais une carte satellite ne montre pas le bruit des vagues du lac agité, ne fais pas sentir les lèvres brûlées par le vent qui ne donne aucun répis de la première heure de jour jusqu’au couché du soleil, et enfin ne permet pas de voir qu’en plusieurs heures de marche, les montagnes qui nous entourent ont à peine changé leur perspective…

Je marcherai le plus possible, ajoutant à chaque fois 30 minutes de marche quand je pensais m’arrêter. Je ferai finalement bivouac au milieu de la rive nord, vraiment épuisé. J’espérai peut-être trouver une habitation, un berger, dans cet endroit où une rivière venant du nord se jette dans le lac, je n’ai trouvé qu’une ruine abandonnée. Je me force encore une fois à manger avant de m’endormir, alors que le soleil n’est pas encore couché.

Je me réveille, après quelques heures de mauvais sommeil. J’ai mal à la tête, c’est indéniable. Une alarme se déclenche en moi: je pense pour la première fois à un oedème pulmonaire. Pour vérifier cela, par réflexe j’expire en vidant mes poumons. Le verdict est sans appel : j’entend ce gargouillis si caractéristique, signe que mes poumons sont en train de se remplir d’eau. Je regarde ma montre, 22h30. Tout va très vite dans ma tête, j’évalue ma situation, clairement mauvaise : je suis seul, la nuit vient de commencer, je suis à 45km de mon point de départ, et n’ai rencontré aucun village depuis, seule une famille dans une yourte non loin d’Allichur, ainsi qu’une yourte vide dans le delta à l’extrémité est du lac. Ce début d’oedème pulmonaire signifie qu’il me reste environ 24h avant que les choses ne s’aggravent irrémédiablement. Dans 24h au plus je DOIS être à moins de 3000m. Le problème est que sur ce plateau du Pamir, le premier point en dessous de cette altitude se situe à plus de 150km… D’une manière ou d’une autre quelqu’un devra m’aider.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !



Partir en trekking - Tadjikistan

  • Des monts Fanskye aux cités ouzbèkes2450€
  • Trek au c?ur des monts Fanskye2810€
  • Trilogie d'Asie centrale2810€
  • Voir les autres voyages de Terdav

  • Trésors cachés des monts Fansky1939€
  • De Samarcande au petit Pamir2679€
  • Monts Fansky et cités de légende2699€
  • Voir les autres voyages de Nomade

  • Les monts Fanskye2295€
  • Monts et merveilles d'Orient2495€
  • Monts Fanskye, Boukhara et Samarcande2995€
  • Voir les autres voyages de Allibert

  • Route de la soie et sentiers oubliés des Monts Fanksy2295€
  • six + 20 =

    La vidéo du Moment : Tour du val d’Hérens