Raid en raquettes pulka sur l’île de Baffin dans le parc national Auyuittuq

Destination : Canada » Amérique | Activité : Raquettes à neige  | 
Nombre de jours : 17 jours et + | Dificulté : 5 | Dénivelé : +500/-500 | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Mars et Avril
Portfolio de plus de 50 photos d'un raid en raquettes pulka sur l'île de Baffin dans le parc national Auyuittuq au Canada. Images.
Posté le :


Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Trace GPS du raid en raquettes sur l'île de Baffin de Qikiqtarjuaq à Pangnirtung   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Trace GPS du raid en raquettes sur l'île de Baffin de Qikiqtarjuaq à Pangnirtung

Télécharger la "Trace GPS du raid en raquettes sur l'île de Baffin de Qikiqtarjuaq à Pangnirtung" (Téléchargement :35 fois)

Je vous partage une sélection des photos prises lors de mon raid en raquettes pulka sur l’île de Baffin dans le parc national Auyuittuq, de Qikiqtarjuaq à Pangnirtung : Un superbe voyage dans le Grand Nord du Canada !

Réalisé en avril 2013, il s’agit d’une expédition au sens propre du terme. Au-delà de l’effort physique, qui n’est pas lié à la distance ou au dénivelé (plutôt faible) mais surtout aux températures extrêmes qui mettent le corps à rude épreuve, c’est surtout l’isolement qu’il faut prendre en considération. En effet, si un quelconque accident grave se produisait, il faudrait plus de 6 heures aux hélicoptères d’une station Canadienne pour venir vous chercher.

Heureusement, tout s’est bien passé cette année-là. Pas d’ours polaire dans le parc national, une météo plutôt clémente (-30°C au plus froid, et -7°C au plus chaud), un groupe de 4 aventuriers et un super guide.

Il faut savoir qu’en hiver, cette traversée est très peu effectuée, nous avons a priori été les seuls. En été, plusieurs dizaines de personnes (environ 200) s’engagent dans ce paysage magnifique.

Des abris sommaires sont répartis dans le parc, tous les 10-15km environ, avec des radios alimentées par panneaux solaires. Chaque matin vers 8h30 et chaque soir vers 18h, une station locale annonce la météo de la journée ou du lendemain, et il est possible d’échanger avec les autres personnes présentes aux environs. C’est ainsi que nous avons su d’un groupe de chercheur était sur le glacier Penny (superficie de 6 000 km2 et épaisseur de 300 m).

Chaque matin, la sortie du sac de couchage était difficile. Passer de +30°C à l’intérieur à -30°C à l’extérieur, cela fait réfléchir un moment 🙂 Ensuite tout s’accélère : Rangement des affaires, faire chauffer l’eau pour le petit-déjeuner et les gourdes pour la journée, départ pour plusieurs heures de marche avec quelques pauses (notamment 15 min pour manger les wraps qu’on a mis au départ du matin sous notre polaire pour les dégeler), vers 16 heures choix de l’emplacement du camp, tassage de la neige avec nos raquettes, montage de la tente, remplir un sac de glace/neige pour la cuisine, et encore faire chauffer de l’eau pendant 2 heures pour le dîner (lyophilisés) et nos thermos pour la nuit. Et rebelote la lendemain pendant 19 jours …

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Phil
A propos de l'auteur

Voyageur et photographe paysage/nature/animalier...



2 Responses
  1. Magnifique expédition et photos !
    Niveau budget, tu me conseillerais combien (en prenant en compte l’avion).
    L’aviez vous fait en autonomie totale ou aviez vous un guide avec vous ?
    Comment vous êtes vous fourni le fusil ?
    Merci 🙂

  2. Phil

    Côté budget, c’est l’aérien (la liaison Ottawa -> Qikiqtarjuaq) qui coûte cher. Je l’ai fait avec une agence canadienne (Karavaniers, donc guide) qui est obligée de séparer l’aérien donc on se rend bien compte du prix … Je dirais qu’avec le vol depuis Paris, il faut compter entre 1500€ et 1800€ aller-retour.
    Pas de fusil car c’est interdit dans le parc national. Il y a des Bear Banger (sorte de stylo lanceur de projectile explosif) ou bombe au poivre, mais c’est quand on a la chance (comme nous) qu’il n’y ait pas ou peu d’ours.

La vidéo du Moment : Tour du val d’Hérens