rochers du Larmont à Les Hôpitaux-Neufs

Destination : Bourgogne-Franche-Comté » France | Montagne : Jura | Activité : Randonnée  | 

rochers du Larmont à Les Hôpitaux-Neufs - Traversée du Haut Jura par le GR5


Le 03-08-06 rochers du Larmont à Les Hôpitaux-Neufs

Nouveau réveil sous la pluie.
Après avoir mangé allongé à l’abri, nous démontons le bivouac. La journée s’annonce rude à cause de la météo et Blaise cherche un moyen de se protéger plus efficacement de la pluie. Jérôme, militaire et habitué à la vie en campagne, lui fabrique un poncho en trouant sa couverture de survie.
La matinée sera riche en patrimoine : nous dépassons l’un après l’autre les forts du Larmont supérieur et inférieur pour déboucher sur un point de vue sur le château de Joux. Malheureusement le brouillard nous empêche d’apprécier ce panorama dans son ensemble. Une fois descendu et arrivés à Cluse-et-Mijoux, le froid le brouillard et la pluie ont raison de nous et nous cherchons un abri chauffé pour se restaurer.

Nous trouvons les vivres à la boulangerie, et malheureusement l’abri ne sera pas chauffé puisqu’il s’agit de l’église. En ce matin aucun restaurant ou café ne sont ouverts dans ce petit village.
Nous poursuivons par la montée vers la roche sarrasine (décidément il y a une vraie obsession pour les sarrasins dans la région). Le topoguide nous apprend que le village que nous traversons, Les Fourgs, est le plus haut du département du Doubs, à 1100m.
De là, plus que 10km pour atteindre Les Hôpitaux-Neufs, objectif pour ce soir. Cette étape sera courte, mais l’arrivée nous est imposée par notre séparation du lendemain : Jérôme continuera sur le GR tandis que Blaise passera en Suisse pour rentrer en train vers Genève. En chemin, un thermomètre indique la température maximum de la journée : 12°.

Arrivés aux Hôpitaux-Neufs, c’est la croix et la bannière pour trouver un hôtel (Blaise souhaite prendre une douche et faire une bonne nuit avant de rentrer. Le seul hôtel du village est fermé, ses chambres ne sont pas aux normes et nous force à pousser jusqu’à Métabief (2km de rab’).
Après une douche appréciée, nous décidons de poursuivre la remise en forme par un repas au restau (en plus, il faut marquer la séparation). Nous retournons donc aux Hôpitaux-Neufs et prenons tous les deux un gratin montagnard et un banana split.
Je quitte le restaurant alors qu’il fait déjà nuit. Blaise pars vers son hôtel alors que je reprends la direction du GR et sort à peine du village, trouve une sapinette idéale pour monter ma bâche. Mais vers 22h je suis réveillé par des aboiements et des grognements : je suis visiblement installé sur le territoire d’un rottweiler qui n’est pas du tout content de me trouver ici. Grosse trouille ! Je suis saucissonné dans mon sac de couchage, à plat ventre sous ma bâche, bref je ne peux rien faire d’autre que de regarder ce monstre droit dans les yeux.
Il fini par s’éloigner et je me réinstalle. Franchement, je ne suis pas tranquille. Et le voilà qui revient une demi-heure plus tard. Il reste devant moi à grogner et je me dis que je ne pourrai pas passer la nuit ici. Finalement, j’entends siffler (pas le train) et le chien disparaît dans le noir pour retourner vers son maître. Je suis fatigué, je vais bien dormir ici.

A propos de l'auteur

Pratiquant la randonnée en toute liberté, avec des bivouacs en montagne jusqu'à 2400m d'altitude, je partage aussi mon expérience...



http://www.gr5.fr

4 × 1 =