Tempête nocturne

Destination : Canada » Amérique | Activité : Randonnée  | 


Tempête nocturne - Trekking sur l'île de Banks
Posté le :


Ce matin nous sommes réveillés par un vent assez fort qui secoue la tente. Après une sortie rapide pour aller chercher l’eau nécessaire au petit déjeuner, nous enchaînons jusqu’au déjeuner avant de pouvoir mettre le nez dehors. Nous sommes alors partis sous un ciel sans nuage pour faire le tour des lacs côtiers. Le but était de faire principalement des photos de fleurs. Nous avons également vu un bœuf musqué fraîchement mort, en état de décomposition. Dans l’eau des lacs, il y a présence de nombreux petits poissons. Nous faisons également quelques photos de reflets de glace dans l’eau du lac. C’est le dernier soir avant le retour pour une nuit près de Sachs Harbour et nous retournons faire des dernières photos de Cassiope tétragone et récupérer les bois de caribou que nous avons repérés.

La nuit a été très mouvementée. A deux heures, nous avons été réveillé par une tempête avec des bourrasques que nous avons estimées à plus de soixante dix kilomètres heure. La tente est secouée dans tous les sens et l’espace vital réduit par l’affaissement de la toile. Le pire s’est produit à sept heures quand j’ai été obligée de sortir pour un besoin pressant…. Lorsque j’ai ouvert la fermeture éclair, le vent et un nuage de sable, (comme nous étions sur une dune), se sont engouffrés dans la tente et là, nous n’étions plus maître…. J’ai dû rester à l’extérieur en tirant à deux mains sur les arceaux… Jean-Marc et Robert sont venus au bout d’un certain temps à notre secours (le bruit du vent les empêchait d’attendre nos appels au secours ! !!). Nous n’étions pas de trop à quatre pour maîtriser la toile. Laurent, pour maintenir la tente et éviter que celle-ci s’envole une fois les arceaux retirés, est resté dans l’intérieur tout le temps du démontage… ce démontage mémorable a valu une légère déchirure et un arceau alu tordu, sans compter le plaisir de Jean-Marc à prendre quelques photos de cette situation périlleuse… Heureusement que ce n’est pas arrivé en début de trek. Tant bien que mal, la tente est pliée et rangée à la hâte dans le sac et c’est sous cette tempête de sable qui ne semble pas décidée à se calmer que nous partons. Le vent nous cingle. Une chance, nous l’avons dans le dos mais sa force fait déporter notre sac à dos et nous avons peine à marcher droit…. Le ciel est tout bleu. Nous n’avons pas déjeuné mais seulement avaler du lait en poudre délayer avec difficulté dans de l’eau froide et des céréales.

Pourtant, quinze kilomètres environ nous séparent de Sachs Harbour et nous aimerions y être pour camper ce soir après ce village Inuvialiut, à l’endroit de notre premier camp de départ afin de voir l’évolution de la flore depuis notre arrivée et voir si la neige et la banquise ont fondu. Demain, c’est l’avion vers 14 heures pour le retour. A mi-chemin, la tempête est derrière nous et quand nous nous retournons, nous pouvons voir un paysage complètement obstrué par un nuage de sable. Arrivés à Sachs Harbour, nous faisons une petite pause barres de céréales. Des enfants sont venus nous voir et nous ont posé des questions : comment on s’appelle, d’où on vient…. , les visages rayonnants. Nous avons, comme prévu, poursuivi notre chemin sur quelques kilomètres afin de poser notre camp à l’endroit du jour « 1 ».

9 − 1 =