Traversée du Désert Libyque

Destination : Moyen-Orient » Egypte | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | 


En décembre 2004, l’équipe Hommes et Montagnes et ses partenaires égyptiens ont effectué la première traversée entre l’oasis de Farafra (Désert Blanc) et la mystérieuse oasis de Siwa dans les confins nord ouest du désert Libyque. Ce périple long de 420 km a été effectué en randonnée chamelière. Sylvain Philip revient sur cette première traversée du désert Libyque...
Posté le :


Carnet : Traversée du Désert Libyque

Crédit photo : Pascal LluchLa diversité des paysages traversées, l’extrême aridité, les paysages aux couleurs blancs crayeux à la blondeur des sables. Travail quotidien de l’érosion éolienne taillant dans les couches tendres des forme particulières et étranges représentant une armée d’animaux pétrifiés.

Au pays où la croissance démographique reste galopante, ou le nombre de personne au kilomètre carré viable est impressionnant, le groupe de voyageurs a, tous les jours faisant, déplacer avec lui les 17 personnes au kilomètre carré.

Là bas, derrière l’horizon : Ce genre de voyage s’adresse aux voyageurs ayant une bonne aptitude physique et surtout psychologique à fouler ces contrées désolées. Peu de « voyage touristique » s’aventure à pied dans ce genre d’environnement ou le cliché saharien se trouve mise à mal par les sentiments profonds que génèrent ses espaces immenses, fait de plénitude, de calme et de puissance. L’individu se trouve face à lui-même. Les lieux sont grands et grandioses, extrêmement dépouiller extrêmement vide et au delà de cela d’une rare beauté. L’Homme tirant le fardeau de son quotidien moderne doit lâcher prise sous peine de se faire malmené par cette nature sans pitié. L’environnement rend humble et contrairement aux idées reçus, l’homme n’a pas d’instinct grégaire.

Crédit de la carte : Hommes et Montagnes

Dans ces environnements ouvert le cheminement de celui-ci jour après jour, ce fait souvent seul, sur un itinéraire dicté par ses pensées, par ses désirs ou ses souffrances physiques ou psychologiques. Suivant le fil sommital des ces grandes dunes particulières, ronde immense, projetant l’horizon à 360° autour de soi, légèrement en contrebas avec en ligne de mire la caravane chamelière qui d’un pas paisible ouvre le paysage.

– Ou va t’on aujourd’hui ? –
Là-bas, derrière l’horizon ! Tous les jours, notre demeure fut l’horizon. Zone absolument pas parcouru par quiconque, ni trace de caravane chamelière, ni trace d’individu sauf traces de véhicule à l’ancienneté couvrant le siècle qui vient de s’écouler. Absence totale de pâturage, ne serais qu’une herbacée, rien durant des centaines de kilomètres. Approche irréelle des lacs du quaternaires mettant en évidence les grands basculements climatique que subit la planète. Inexorable et sans hésitation les grands processus astronomiques, grand ordonnateur climatique sont là, mis tous sur le même plan, mise à nu sur cette terre.

cinq × 5 =