Vers le lac de Papadil

Destination : Europe » Ecosse | Montagne : Highlands | Activité : Randonnée  | 


Vers le lac de Papadil - Randonnée sur l’ile de Rum
Posté le :


Vers huit heures, nous émergeons la tête de nos duvets. La nuit a été assez froide, et un air s’est engouffré à chaque instant dans mon sac mal serré, m’ôtant autant de chaleur. Le vent violent qui a soufflé nous interroge sur la tenue de la tente en de telles circonstances.

Au réveil, les sommets sont embrumés, mais bientôt le soleil vient réchauffer l’atmosphère. Nous constatons que des rats ont grignoté des carrés de chocolats, laissés sur la table. Pendant que nos chaussures sèchent au vent, nous prenons joyeusement notre premier petit déjeuner lyophilisé, en chantant, puis nous nous préparons pour sortir.

Une fois équipés, nous prenons le sentier en direction du sud ouest. Un paysage sauvage s’ouvre devant, tandis que le panorama du large grandit au fur et à mesure que nous nous élevons sur le chemin. Nous longeons plusieurs lacs, avant d’atteindre celui de Papadil, que nous découvrons par une vue plongeante.

Les falaises qui bordent l’océan semblent un repère idéal de colonies d’oiseaux, et les plages découpées de galets géants un havre de paix pour des phoques. Si nous observons un aigle de mer que notre simple présence a dû faire fuir, la seule autre espèce vivante qui réside les lieux, est le goéland. Le temps est splendide, et nous profitons pleinement de ce cadre, de ces couleurs, en longeant les crêtes. Par moments, nous nous séparons, comme pour mieux laisser parler nos sens respectifs…un cri de goéland, le bruit des vagues échouées sur le rocher…

Nous sommes conscients de la chance d’avoir ce temps si propice, et profitons de ces instants pour nous nourrir de cette splendeur sauvage. Ici encore surgissent quelques cerfs qui nous dévisagent, avant de fuir devant nos regards ahuris. Là, un cormoran surveille sa proie depuis le surplomb d’une falaise. Il est 14 heures, et nos forces commencent à décliner. Enfin nous apercevons le refuge. Lorsque nous le rejoignons, la première tâche consiste à étaler en un palette de couleurs nos affaires mouillées.

Un bon repas vient réconforter nos estomacs, après quoi chacun vaque à ses occupations personnelles : lessive, vaisselle ou toilette…Steph et Vincent partent sur la plage identifier quelque oiseau, tandis que je repère le tracé de l’itinéraire du lendemain sur la carte, ainsi que l’accès à certains pics alentour. Ensemble, nous cherchons, en vain, du bois charrié par l’océan, pour allumer un feu de cheminée. Nick, le perdant du soir au « uno », notre compagnon de route, est chargé de porter les poubelles le lendemain…en réalité la corvée durera toute la semaine !

A propos de l'auteur

Enseignant en sciences physiques, je profite de mon temps libre pour m'envoler vers de nouvelles destinations...Amoureux de voyages, passionnés par les rencontres, mon sac à dos n'est jamais bien loin...  ...



http://destinationsvoyages.free.fr/

5 − quatre =