Test sac à dos Osprey Atmos 50

Test du sac à dos Osprey Atmos 50 lors de deux randonnées dans le Vercors et en Russie le long du lac Baïkal. 7 jours de test en montagne et dans la steppe avec un poids de 10 à 13 kg sur le dos.


Conditions du test

  • Lieux du test : île d’Olkhone (Russie) et massif du Vercors
  • Nombre de jours : 4 + 3
  • Type de terrain : steppe vallonnée et moyenne montagne
  • Poids du sac pendant le test : 10 à 13kg

Sac à dos Osprey Atmos 50

Caractéristiques du sac à dos

  • Matières : Twill Velocity Cordura© de 210 derniers, Nylon de 100 derniers mini-ripstop très résistant
  • Fonctionnalités : Système d’attache de batons, 2 poches externes, 2 sangles de compression extérieures, 2 attaches pour outils, 2 poches à la ceinture, hauteur du dos ajustable, longueur de la ceinture ajustable, poche supérieure amovible, système de sortie d’hydratation, sangle pour matelas
  • Portage : Panneau arrière en filet aéré sous tension.
  • Volume : 50 litres
  • Dimensions : h 76 x l 42 x p 36 cm
  • Poids : annoncé à 1510 grammes et pesé à 1480 grammes
  • Couleurs : Gris Graphite, Bleu Glacier, Rouge Oxide
  • Lieu de fabrication : Vietnam
  • Prix : 167,00 €

Le sac à dos Osprey Atmos existe aussi dans d’autres versions : 25L, 35L et 65L.

Test terrain en Russie et dans le Vercors

Le sac à dos Osprey Atmos dans sa version 50L a été testé lors d’une randonnée itinérante avec autonomie sur l’île d’Olkhone au bord du lac Baïkal en Russie, ainsi que dans le massif du Vercors dans un cadre moins soumis à la marche, mais en bivouac.

La première impression est qu’il fait vraiment sa taille et qu’on a le sentiment qu’il est possible de ranger beaucoup de choses.

Aspect du sac : 3,5/5

  • Look : 1,5/2
  • Finition : 2/3

Le look est au premier abord flashy. Le sac est clairement fait pour être vu sans toutefois bercer dans la surenchère. Le tissu au toucher semble solide et respire la qualité, même si quelques éraflures et usures esthétiques viendront par la suite nuancer ce premier sentiment.

Les autres coloris proposées à la vente sont toutefois moins éclatants et rendent le sac plus discret.

En ce qui concerne les accès aux poches, tout a été bien pensé pour que cela soit aisé et rapide.

Portage : 18,5/20

La forme du sac épouse parfaitement le dos grâce au filet dorsal une fois l’armature réglée à la bonne hauteur.

Un système de scratch permet de régler finement cette hauteur, de même que pour la ceinture ventrale en plus des sangles un peu trop longues (un coup de ciseau peut être nécessaire). La sensation que le sac colle au dos est réelle, et malgré la profondeur du sac assez importante, il n’y aucune sensation d’être retenu en arrière.
Le report sur les ceinture est excellent et les bretelles aux épaules jouent pleinement le rôle d’équilibrage. Aussi bien pour les bretelles que pour la ceinture, aucune mauvaise sensation n’a été détectée si ce n’est un frottement intempestif de la ceinture, très rapidement réglé par un léger repositionnement du sac.
Grâce aux sangles de compression latérale, les reports de charge sur les côtés sont très limités. Durant les tests, le portage a avoisiné les 13kg au début et n’a nullement été une difficulté, tant pour le dos que les épaules. Le portage peut être alourdi jusqu’à 16kg, sans que cela ne pose trop de problème (à remettre au contexte vis-à-vis du randonneur qui doit le porter).

Par contre, compte-tenu de son architecture avec un filet dorsal et une armature LigthWire faisant le tour du sac, et de facto frotte le sol dès lors que le sac est posé. Cela cause une usure prématurée du tissu, sans que cela ne nuise au portage (voir photo).

On peut constater sur l photo une usure prématuré dans le bas de l'armature

D’une manière générale, le tissu est résistant, le sac a subi des passages en soute d’un avion sans que cela nuise au tissu. Le sac n’est pas imperméable, mais de part la densité du tissu, il ne sera nécessaire de porter un sursac qu’en cas de pluie continue. Le tissu est renforcé sur le bas du sac, il peut donc être posé sur tous les types de sols sans craindre l’humidité ou la poussière.

  • Confort : 10/10

Grâce au filet tendu en mesh, le dos est aéré ce qui permet de mieux évacuer la transpiration du dos. Comme indiqué précédemment, le portage est d’un excellent confort, même si la charge maximale n’a visiblement pas été atteinte.

  • Organisation : 4/4

Le sac est très bien pensé en terme de rangement. Une ouverture par le haut pour la grande poche du sac, deux ouvertures latérales, une poche avant, deux poches latérales pouvant être sanglées, ainsi qu’une poche intérieure et extérieure au niveau du rabat. Cela donne largement de quoi pouvoir optimiser le rangement du sac.

La poche principale peut aisément contenir une tente, un matelas autogonflant, un sac de couchage dans un sac de compression ainsi qu’une popote pas très large. Bien sur, il faut rentrer avec précaution ces items, mais cela s’emboite parfaitement, même s’il reste toujours de l’espace inoccupé. Une autre technique peut être utilisée : celle de mettre en longueur le sac de couchage.

Vue sur l'intérieur du sac à dos Osprey Atmos 50

Les ouvertures latérales permettent de pouvoir y mettre des vêtements de rechange, tandis que les poches latérales peuvent contenir 2 bouteilles de 1L chacune. Enfin la poche avant, d’un tissu extensible peut contenir tous les petits items.

La poche extérieure du rabat (détachable) peut contenir couverture de survie, sursac de sac à dos et imperméable.

Si besoin est, les sangles de compression latérales peuvent contenir une tente, tandis que les sangles du bas peuvent contenir un matelas en mousse. Enfin, sur la ceinture, deux petites poches permettent d’abriter des très petits items (boussole, crème, sifflet).

Pour résumer, d’un volume initial de 50L, en optimisant, le sac peut être envisagé pour des treks nécessitant une autonomie alimentaire de 10 jours (en gérant correctement le contenu du sac à dos).

  • Ratio poids/volume : 2/3

Le poids réellement mesuré est de 1.48kg, le ratio poids/volume (1,48kg/50 litres= 0,0296) est dans une bonne moyenne des sacs de trek, plutôt légers pour un sac à armature mais sans renier au confort de portage.

  • Réglage du sac : 2,5/3

Comme indiqué précédemment, un système de scratch plutôt bien pensé permet de régler la hauteur du dos ainsi que la largeur de la ceinture. Aucune « marque » correspondant à des tailles de dos n’est indiquée, il faut donc effectuer les réglages plusieurs fois jusqu’à trouver le bon compromis. A noter que les sangles ont tendance à être un peu longues.

Dos du sac Osprey Atmos 50

Accessoires : 4/5

  • • Porte bâtons à l’avant du sac ;
  • • 2 attaches outils avec porte piolet à l’arrière du sac ;
  • • Compartiment pour une poche à eau à l’intérieur de la poche centrale avec ouverture « H2O » vers l’extérieur du sac sur les deux côtés ;
  • • Poche filet à l’intérieur du rabat, spécifiquement pour y entreposer les papiers et clés ;
  • • 2 poches sur la ceinture pour entreposer des très petits items.
  • • Accroches sur les bretelles pour clipser un GPS

Verdict

Points forts

  • Confort de portage
  • Organisation du sac
  • Solidité générale malgré des griffures inesthétiques

Points faibles

  • Prix
  • Usure prématurée du bas de l’armature (se fixe en mettant du duct tape).
  • Choix de couleurs contestables (pour le rouge).

Conclusion

  • Note : 26/30
  • Rapport qualité/prix : 7,78

Le sac à dos Osprey Atmos 50L est une valeur sûre pour quiconque souhaite faire un trek de 2 à 10 jours. Malgré un prix onéreux, il rendra certainement service aux marcheurs en quête de confort de portage.

Tableau comparatif des sacs à dos testés sur www.i-trekkings.net

Site internet : www.ospreypacks.com



journauxdevoyages
A propos de l'auteur

Je randonne depuis la plus tendre enfance et après plusieurs voyages réalisés dans lesquel je tachais de priviléger les découvertes nature, je profite maintenant de l’expérience acquise pour engager des projets plus ambitieux, des défis sportifs en essayant de favoriser les voyages nature en it...



http://www.journauxdevoyages.com
3 Responses
  1. Anonyme

    Bonjour Kenzo,

    je ne saurai vous répondre, car le sac est encore en bon état, et la solidité du filet ne m’inquiète pas outre mesure..
    Je t’utilise à temps depuis 2 mois de voyage; donc bien sur, il vieillit naturellement mais rien de notable…

    Voilà.

  2. Jérôme

    Pour info, il y a un sifflet intégré dans les sangles de portage, très pratique si on se casse les deux bras 😉
    Sinon, j’ai fait de longs treks de montagne avec, le sac est solide, confortable et fiable. Je vais racheter le même si je peux !

2 × trois =