Vêtements de randonnée : le système des trois couches

En randonnée, il est important d’appliquer le système des trois couches. Cette règle permet de se protéger des intempéries, d’évacuer la transpiration tout en restant au chaud. Explications, conseils, adaptation et cas concrets.


Trop souvent encore, on croise des randonneurs équipés d’un simple t-shirt en coton et d’un poncho (plus rarement un k-way ou un ciré heureusement) ou à l’inverse portant une montagne de vêtements. Dans les deux cas, les randonneurs risquent d’avoir froid ou chaud et de transpirer.

Le système des 3 couches de vêtements est une solution efficace pour évacuer la transpiration et maintenir le corps au sec, assurer une température du corps confortable et se protéger des intempéries.

A titre personnel, j’applique tout le temps cette règle pour le haut du corps mais pas toujours pour le bas car les jambes sont plus actives que le tronc.

1ère couche : transfert de l’humidité pour rester au sec

C’est la couche qui est en contact direct avec la peau. Elle doit être « respirante » pour évacuer la transpiration, garder votre peau au sec et éviter la sensation de froid.

Il est déconseillé d’utiliser un t-shirt en coton qui absorbe l’humidité et sèche lentement. C’est le coup de froid assuré à l’arrêt et lors des pauses randonnée.
Il est préférable d’utiliser des t-shirts en fibres synthétiques qui évacuent la transpiration et sèchent rapidement ou des textiles en laine mérinos qui vous gardent au chaud même mouillé.

1ère couche : transfert de l'humidité pour rester au sec

Pour votre confort, optez pour un t-shirt avec un apprêt « anti-odeur » pour la gestion des odeurs corporelles sur le vêtement et une matière « stretch » qui apportera plus de liberté dans les mouvements.

2ème couche : isolation du corps pour rester au chaud

La seconde couche dite aussi couche intermédiaire se porte au dessus de la première couche. Elle doit isoler et garder le corps au chaud.

Comme pour la première couche, l’utilisation du coton n’est pas recommandée.
Deux solutions sont efficaces : l’utilisation de vêtements en fibres synthétiques comme les polaires, les doudounes en Primaloft ou l’utilisation de vêtements en duvet comme les doudounes.

 2ème couche : Isolation du corps pour rester au chaud

Les polaires sont de loin les plus utilisées. Outre le coût, elles sont plus polyvalentes, sèchent plus rapidement et protègent du froid même quand elles sont humides. Par contre, le duvet isole beaucoup mieux pour un même poids. On utilisera plus spécifiquement le duvet lorsqu’il fait froid et sec ou lors des pauses pour ne pas que le corps se refroidissent.

Une seconde couche peut aussi être associée avec un bonnet, une paire de chaussettes plus chaude ou une paire de gants. N’oublions pas que les déperditions de chaleur les plus importantes sont aux extrémités du corps.

3ème couche : protection contre les intempéries

La troisième couche est aussi appelée couche externe. Elle est en contact direct avec le vent, la pluie et la neige. Son but est de protéger des intempéries. Elle doit être « imper respirante » :

  • Imperméable pour protéger de la pluie et de la neige
  • Coupe-vent pour protéger du vent
  • Respirante pour évacuer la transpiration et éviter l’effet de condensation

Le K-way comme le ciré sont déconseillés. S’il protège bien de la pluie, ile ne respire pas suffisamment pour exercer une activité physique de plein air. Il est préférable d’utiliser des vestes ou pantalons techniques conçus pour la randonnée.

 3ème couche : protection contre les intempéries

Adapter les 3 couches à son milieu et sa randonnée

Le système des trois couches est un principe de base qu’il faut adapter suivant les conditions météorologiques et la randonnée.

Voici quelques exemples de combinaisons possibles :

Cas n°1 : Beau temps, pas de vent, 25°C
Inutile de porter la seconde et la troisième couche. La première suffira.

Cas n°2 : Beau temps, vent, 15°C
Une première couche manche courte et une troisième couche pour couper le vent seront parfaites. Il peut s’agir d’une veste de randonnée imperméable ou d’un vêtement Windstopper.

Cas n°3 : Beau temps, sec, 0°C
Une première couche manche longue et une seconde couche type polaire ou doudoune en primaloft manche courte.

Cas n°4 : Petite pluie, 20°C
Une première couche manche courte pourra être associée à une softshell. Coupe-vent, déperlante, elles apportent aussi un peu de chaleur (moins qu’une polaire).

Cas n°5 : Grosse pluie, 20°C
Une première couche manche courte pourra être associée à une veste imperméable.

Cas n°6 : vent, -10°C, sec
Une première couche manche longue et une seconde couche type polaire ou doudoune en primaloft manche courte pour le haut. J’ajoute un collant pour le bas sous le pantalon.

En conclusion : En randonnée, l’important est de rester au sec et au chaud. Si vous avez froid ou si vous transpirez, adaptez votre équipement et mettez ou enlevez une couche.

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com