Alpamayo et Chopicalqui

Destination : Pérou » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Alpinisme  | Agence : Allibert Trekking 


Récit d'une expédition au Pérou de trois semaines pour faire l'ascension de l'Alpamayo (5947 m) et du Chopicalqui (6354 m) dans la Cordillère blanche.
Posté le :


Carnet : Alpamayo et Chopicalqui

J 1 : 3 / 07 / 04 – Paris Lima

Long voyage sur Air France jusqu’à Amsterdam puis sur KLM jusqu’à Lima. En suivant la course du soleil qui finit par nous rattraper en arrivant à Lima où nous sommes gratifiés de son coucher flamboyant sur fond de nuages noirs menaçants.

Comme toujours à l’enregistrement se pose le problème de surpoids toujours pas résolu pour les expéditions tout le monde est hors norme (20 kg- il faut dire qu’il est mentionné 40 kg sur la convocation Allibert ce qui provoque des confusions) et nous ne devons notre impunité qu’a la souplesse de la jeune fille qui nous enregistre.

A l’arrivée nous sommes attendus par Rolando représentant de l’agence Trek-Altitude (241-00-29 portable : 97-28-77-67) avec pancarte Allibert. Possibilité de changer des euros en soles péruviens à côté du carrousel à bagages. 1 euro = 3.90 soles. (Meilleur Taux)
Installation à l’hôtel El Condado et dodo.
Hôtel El Condado****
(Miraflores Lima 18 Pérou  Tel : (511) 444-0306)

J 2 : 4 / 07 / 04 – Lima-Huaraz

On peut déjeuner à l’hôtel à partir de 6h. RV dans le hall  à 8h30 avec Rolando et le bus privé de la veille qui nous conduit au terminal de la compagnie Cruz del Sur. Les billets -nominaux- pour le bus confortable qui va à Huaraz (700 km) sont fournis par l’agence.

A la pesée nous dépassons de 70 kg (20 kg par personne sont autorisés). Ce qui me coûte 70 soles…
Nous roulons des heures dans cette zone désertique qui longe le pacifique emmaillée de villages pauvres entourés de bidonvilles, sous la chape de nuages uniforme et triste qui règne ici 9 mois sur 12.
Nous retrouvons un peu de soleil en nous éloignant de l’océan,  passons un col à 4500 m entre cordillère de Waywach et cordillère blanche et arrivons à Huaraz à 18 h.
Rencontre avec Hugo, notre contact à Huaraz.

Transfert à l’hôtel où je constate l’oubli de ma guitare à l’intérieur du bus…
Après l’apéritif rituel qui permet un premier contact avec les clients à priori jeunes montagnards et motivés (on s’est peu vus pendant tous ces transits) nous partons dans la ville à la recherche d’un restaurant et de la guitare. Nous trouvons le premier rapidement et l’attente de la deuxième (heureusement le bus n’est pas reparti !) nous occasionne une plongée dans une Peña populaire 
Où nous dansons un moment avec les locaux fort sympathiques.

petraud
A propos de l'auteur

Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trouvé un débouché tout naturel à une passion tenace...



http://www.guidexpe.com/

1 × 1 =