Arrivée sur Lamarayu

Destination : Inde » Asie | Montagne : Himalaya ; Ladakh | Activité : Randonnée  | 


Arrivée sur Lamarayu - Rangdum - Lamarayu
Posté le :


0
(0)
  • D+ : 50
  • D- : 600
  • Temps de marche : 7h

Nous nous réveillons sous les nuages. Il faut descendre le lit de la rivière et souvent traverser celle-ci, mais ça ne pose pas de problèmes. Au bout de 3-4 km, nous arrivons à une sorte de petite plaine où des dzos paissent. Nous rencontrons un peu de vie autour de deux abris de berger. Deux enfants viennent nous voir, apparemment le chien leur plait, d’ailleurs ils en ont déjà plusieurs. Nous, nous ne pourrons pas le garder et surtout, nous n’en avons jamais voulu. Nous leur proposons de le garder. Un des enfants triture un lasso, il s’en sert sûrement pour attraper les bêtes et il l’utilise sur le chien pendant que nous nous éloignons…

Plus loin, alors qu’il commence à pleuvoir, nous rencontrons un contingent de l’armée. Ils semblent bien étonnés de nous voir, se demandant sûrement ce que nous pouvons bien faire là. Ils ne sont apparemment pas habitués à voir des trekkeurs, ce n’est pourtant pas ce qui manque au Ladakh, surtout autour de Leh. Nous longeons la rivière pendant 2-3 heures avant d’arriver à des abris, souvent creusés dans les anciens sédiments de la rivière, et assez rudimentaires. Nous nous demandons s’il s’agit du village de Kanji. Ce n’est en fait qu’une heure plus tard, après avoir traversé un pont, que nous arrivons au véritable village qui s’avère assez grand et situé dans un cadre magnifique éclatant de soleil. Même s’il est un peu éloigné des routes principales, le village paraît assez prospère avec de nombreux champs cultivés. Nous y resterons une heure environ à flâner. En repartant, nous croisons un vieux baroudeur allemand. Il sera le seul touriste que nous croiserons sur ce trek.

Nous remontons ensuite vers la route en direction de Heneskot, cela prend 3 bonnes heures. De nombreux ouvriers s’affairent pour construire une nouvelle partie de route. De l’autre côté de la gorge où nous marchons, ils bâtissent une sorte de canal qui nous intrigue un peu. Nous ne saurons pas à quoi cela servira.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Déstockage en cours. Jusquà -70% sur plus de 4300 produits)
  • Amazon (librairie et bazar)
  • Chamina Voyages (randonnées en France et en Europe)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – opération déstockage : jusqu’à -80% jusqu’au 27 septembre)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – Déstockage d’été. Jusqu’à -70% sur plus de 10 000 produits)
  • Trekkinn (boutique outdoor – Jusqu’à -50% en ce moment)

Arrivés sur la route, il est 17h30. Nous attendrons 1h20 avant que le premier camion dans le sens Khargil – Leh passe, alors qu’une quarantaine de véhicules passeront dans l’autre direction. Incroyable ! Nous ne trouverons pas d’explications.

Au début, le chauffeur semble un peu réticent à nous prendre, mais il accepte finalement. Nous comprenons vite que c’est un caractériel et le voyage vers Lamayuru (30 km environ) s’annonce mouvementé. Il est très excité et réagit par spasmes à la musique que son collègue pousse à fond. Heureusement, il va assez lentement. Cela n’empêche pas d’avoir un peu peur dans les virages, surtout de nuit. C’est plutôt impressionnant d’être à l’avant d’un de ces camions avec une route qui serpente tant.

Un peu avant Lamayuru, nous nous arrêtons pour prendre un tchaï puis nous repartons pour les dernières minutes dans un de ces incroyables camions Tata à la cabine personnalisée et toujours décorée (pendentifs, petits spots lumineux,…). Arrivés à Lamayuru, nous allons manger et dormir à la Shangi-La guesthouse où des jeunes nous ont conduit. Nous y trouvons dal-bat et confort sommaire mais suffisant.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

nicotravel
A propos de l'auteur

Sportif, contemplatif et amoureux des voyages, a la recherche de paysages inedits et de rencontres d'autres cultures...



http://nroirand.free.fr/

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link