Col de la Dromla la

Destination : Chine » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Randonnée  | Agence : Allibert Trekking 


Col de la Dromla la - Récit d'un trekking de 5 jours autur du Mont Kailash
Posté le :


4e jour : Col de la Dromla la

Il fait encore nuit noire, les pèlerins partis très tôt se dirigent déjà vers le col. Le temps de démonter le camp et de charger les yaks, nous voilà dans la file qui s’étire déjà loin à l’horizon. Un "tasidele" (bonjour) ponctue la rencontre avec les pèlerins qui vont d’un bon rythme, parfois seuls ou en petits groupes. Tout le monde ne marche pas ; quelques indiens, peu préparés à affronter cette altitude se font transporter à dos de yaks jusqu’au col, 800 mètres plus haut (5670 m).
De nombreux cairns sur le chemin ; ces petits dômes de pierres ponctuent notre montée, comme un fil conducteur que l’on doit suivre. Les sites de prosternations sont de plus en plus nombreux à l’approche du col : le passage du cimetière avec, abandonnés sur le sol en signe d’offrandes, soient des vêtements, des cheveux, ou des selles de cheval est particulièrement étonnant. La pluie qui nous accompagne depuis le début se transforme en neige. Un rocher enduit de beurre, auprès duquel les pèlerins se prosternent longuement et signent leur passage en plaquant qui, une pièce de monnaie ou, un fil de laine rouge, marque la fin de la montée. Le cri de triomphe des pèlerins ayant atteint le sommet retentit ; le silence qui habite ce lieu s’en imprègne longtemps.

Au détour des derniers lacets du chemin, après quatre heures de marches, le col apparaît enfin : des guirlandes de drapeaux de prières apparaissent, voilées par le brouillard. En dépit du froid, les pèlerins prennent le temps d’accrocher la leur, imprimée de mantras. Accrochées les unes aux autres, celles-ci forment un parterre composé des cinq couleurs blanc, rouge, vert, jaune et bleu (symbolisant l’espace, les nuages, le feu, la terre et l’eau).

Isolé des autres, je remarque un pèlerin avec dans la main, des papiers imprimés qu’il jette au vent. Étant passé en dessous des guirlandes multicolores, il les a secouées lors de son passage, pour contribuer à en libérer les prières. Plus loin, des moines, serrés les uns contre les autres, lisent des prières, écoutés par des tibétains qui les entoure. Cet endroit est le lieu par excellence où chacun s’adonne aux rituels qui lui permettront d’acquérir des mérites supplémentaires dans cette vie.

Le col franchit, la descente dans la vallée Est commence, dans une atmosphère encore plus joyeuse. Les adeptes de la religion bön que nous croisons sont assez nombreux, notamment en surplomb du lac Yokmo Tso (dit aussi de la "compassion"). Certains pèlerins en font le tour, d’autres se baignent même dans ses eaux glacées, vert turquoises.
Nos tentes, que l’on rejoint en fin d’après-midi, juste avant une averse de grêle, sont dressées au bord de la rivière Lham.


Texte photos : Marie-Laure Vairelles, photographe (reportage et montage)

mlvareilles
A propos de l'auteur

 28 années à parcourir la planète, un pied sur chaque continent, une prédilection pour les marches dans les Alpes et l'Himalaya, mais aussi les deserts et les Andes... témoigner de la diversité des cultures de notre planète. Architecte d’intérieur de formation, j’ai parc...



http://www.artphotomailo.com