D’Albert 1er à la vallée d’Orny

Destination : Suisse » France » Europe » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes | Activité : Alpinisme  | Agence : Terres d'Aventure 


D'Albert 1er à la vallée d'Orny - Haute Route Chamonix-Zermatt
Posté le :


Carnet : Haute Route Chamonix Zermatt

Refuge Albert 1er – Champex – Fionnay

  • D + : 619 m
  • D – : 1838 m
  • Temps de marche : 6h00

7h00. Nous passons dans la salle hors-sac pour récupérer le matériel technique et finir de nous équiper. Je regarde par la fenêtre, légèrement verglacée ; il neige encore dehors. Faut-il s’habiller chaudement ou pas ? C’est un peu la question qui taraude tous les participants. Je laisse finalement la doudoune dans le sac à dos et opte pour la Goretex, une softshell et un sous-vêtement technique manche courte. Je prends aussi le masque. Le premier matin, ça prend un peu de temps de se préparer. Il faut s’organiser et ne rien oublier.

Refuge Albert 1er

Trente minutes plus tard, nous quittons le refuge Albert 1er en montant derrière le bâtiment. Par endroit 20 cm de poudre sont tombés cette nuit. Nous ne tardons pas à nous encorder. Deux cordées constituent le groupe.
Nous n’avons pas de visibilité autour de nous ; nous progressons sur le glacier du Tour mais l’impression d’être "nowhere" est totale.

Sous le col supérieur du Tour

Le glacier du Tour a énormément perdu de sa superbe. Pour s’en rendre compte, faites un petit tour sur le site http://www.glaciers-climat.fr. C’est édifiant. Du grand public, le glacier est surtout connu pour son accident glaciaire du 14 août 1949 où 2 millions de mètres cube de glace se sont effondrés dans la cuvette du village du Tour, occasionnant la mort de six promeneurs qui s’étaient aventurés sous le glacier suspendu. Un accident rarissime fort heureusement…
Forcément j’ y pense un peu quand nous progressons sur le glacier et puis l’esprit se focalise sur la montagne. La fine couche de poudreuse est très agréable ; j’ai presque l’impression de marcher avec des chaussons. Le temps semble s’être arrêté. Quand soudain un bout de ciel bleu s’offre à nous et me sors de la léthargie. Il finira par s’imposer jusqu’à la fin de journée.

Passage du col supérieur du Tour

A l’approche du col supérieur du Tour (3288 m), plusieurs cordées se rejoignent. Guillaume passe en tête faire la trace pour relayer les cordées qui l’ont faites jusque là. Nous nous enfonçons jusqu’à mi-cuisse à certain endroit. Sous le col, les derniers mètres sont en glace. C’est, qui plus est, à l’endroit le plus pentu du passage du col ; soit un peu plus de 40%. Il faut être vigilant. Bien tendre la corde et progresser simultanément pour assurer notre sécurité et celle des cordées qui sont au-dessous. Le vent souffle à faire décorner une vache d’Herens. Belle ambiance de haute-montagne !

Plateau du Trient

Après le passage du col et de la frontière franco-suisse, nous nous posons quelques minutes avant de poursuivre sur le plateau du Trient, une langue glaciaire plutôt plate d’environ 2km. Une portion de l’itinéraire qui permet normalement de se refaire une santé si les crevasses ne sont pas piégeuses et si la neige porte bien. Hélas, il a neigé ces derniers jours sans qu’il gèle la nuit ; les poids lourds du groupe (dont je fais partie) ne cessent de s’enfoncer jusqu’à mi-cuisse. La progression est tout de suite plus épuisante.

Lac d'Orny

Après le passage du col d’Orny, la descente sur la cabane d’Orny (2826 m) est plus aisée. Nous rejoignons la cabane (2826 m) pour y manger le pique-nique. Nous profitons du soleil radieux pour se refaire une santé.
Crampons et baudrier sont dans le sac à dos. Nous finissons la journée sur un sentier de randonnée jusqu’au télésiège de la Breya (2194 m). Pensez à bien refermer la barrière car la pente est raide (special joke to Fabien) !
Depuis champex, transfert en véhicule pour le village de Fionnay et installation à l’hôtel du Grand Combin.


Haute Route Chamonix-Zermatt organisée par Terres d’Aventure, spécialiste du voyage à pied dans le monde.

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com