Repos et retour au camp 2

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | 


Repos et retour au camp 2 - Ascension du Makalu
Posté le :


Mardi 4 mai : Journée de repos au camp de base avancé (rest day)

notre position GPS : N27°53m39s E87°02m51s

Cette journée de repos au camp de base avancé est la bienvenue, après cette première phase d’acclimatation. Un peu de calme, et de tranquillité contribue à nous refaire une bonne santé pour la suite. Nous retrouvons ainsi le confort relatif avec un chauffage au gaz dans la tente mess et des repas dignes de ce nom

C’est aussi l’occasion pour rigoler, se raconter des histoires, écouter de la musique, lire ou même regarder des films sur l’ordinateur. Nous discutons aussi de la suite de l’expédition avec le boss, Chhiring, en fonction de ce que nous pouvons connaître des prévisions météo.

Mercredi 5 mai : montée directe au camp 2 (6800 m) pour y passer la nuit en vue de monter au Makalu La (7400 m) demain

notre position GPS : N27°54m47s E87°04m01s

Cette journée marque le début de notre deuxième phase d’acclimatation, nécessaire si nous voulons être apte pour le sommet par la suite. Le but est d’aller flirter avec le réputé difficile Makalu La (Col du Makalu), qui se situe à 7400 m. Pour cela notre petit groupe de six alpinistes se divise en deux car la stratégie diffère en fonction de le décision de tenter le sommet avec ou sans apport d’oxygène.
Alexia, Sandrine et Michael ont décidé de ne pas se servir d’oxygène et pour eux il est important d’aller passer une nuit au Makalu La (camp 3) pendant cette phase. Pour Philippe, Sylvie, et Yeti, il serait bien d’aller le plus haut possible au dessus du camp 2 pour aller le plus près possible du Makalu La.

Nous pensons être suffisamment acclimatés pour cette fois monter au camp 2 sans dormir au camp 1, et c’est dans cette optique que nous montons directement à 6800 m pour y passer une première nuit, après une nouvelle puja sous la neige à l’ABC, même si nous faisons une petite halte au camp 1 pour y récupérer quelques affaires et de la nourriture d’altitude que nous avions déposé la dernière fois.
Le temps est couvert, mais nous savons que nous avons un peu anticipé sur cette courte fenêtre météo et sommes alors confiants sur l’évolution des conditions. Peu à peu le soleil perce les nuages et nous donne raison sur cette question de météo.

L’effort est long, difficile, et en deux temps nous parvenons au camp 2, assez fatigués malgré tout, pour y passer la nuit.
L’effet acclimatation se fait sentir, même si ce n’est pas encore parfait. La nuit en sera un bon indicateur en tous cas.

8 + 19 =