Sous la yourte Djaïloo avec les bergers kirghizes

Destination : Chine » Asie | Activité : Randonnée  | Agence : Odyssée Montagne 


Sous la yourte Djaïloo avec les bergers kirghizes - Tour du Mustagh Ata
Posté le :


L’arrivée au village de Shindi au sud de la montagne nous fait entrer réellement dans le vif de notre voyage.
Comme à chaque fois, l’arrivée d’étrangers est un événement et éveille de suite la curiosité. L’accueil des habitants sera particulièrement chaleureux, nous offrant même d’entrer dans leur maison afin de partager quelques spécialités locales. La population tadjik est musulmane, et les femmes ne portent pas de voile. Elles se prêtent d’ailleurs volontiers à des séances de photos, pour notre plaisir non dissimulé.

Très attendus, les chameliers arrivent dans la matinée. Une fois les charges réparties, c’est le grand départ. Deux jours durant nous remontons la vallée de Langar, avant de traverser le col de Chichiklick menant au plateau du même nom.
La présence de ces chameaux de Bactriane à nos côtés semble proche de l’incongruité mais ils se révèlent très à l’aise dans ce terrain montagneux.

Sachez cependant que leur élégance et leur agilité est à la hauteur de leur haleine nauséabonde et insoutenable, ainsi que de leur caractère digne de mules entêtées. Qu’à cela ne tienne, leur présence ajoute au caractère insolite de notre randonnée et de ses paysages exceptionnels… et surtout l’allège du poids des bagages.

Au milieu du plateau de Chichiclick, le troisième campement se situe à 4200 m, altitude élevée atteinte en deux jours seulement. Le sacro-saint principe des 400 m de montée maximum par jour, gage d’une acclimatation réussie est donc enfreint!

Qu’à cela ne tienne et au vu de notre isolement, personne n’a souffert de l’altitude, et nous pouvons reprendre la marche à travers ces prairies d’altitude, pour franchir le Yango pass à 4827 m. Un clin d’œil sur la vallée de Yanbulak, et déjà les nuages referment l’horizon, avant que la pluie commence à tomber sérieusement. L’arrivée au campement est peu réjouissante pour deux raisons. La première, un état d’humidité proche de la liquéfaction. Et la seconde, plus grave: des poubelles laissées par un groupe de trekkeur français. Dès le campement installé, ces déchets sont enterrés hors de porté des chiens, afin de réparer ce qui est d’autant plus insupportable vis à vis des bergers kirghizes dont nous sommes les hôtes en cette superbe vallée.

Une fois encore l’accueil des bergers est au-delà de nos espérances, ils nous invitent à partager le pain et le fromage au cœur de la yourte Djaïloo. Découvrant leur image sur l’écran des appareils photo numériques, ils ne cessent de se faire photographier. Un regret, celui de ne pas avoir un polaroïd, pour pouvoir laisser une trace de ce moment riche d’émotion partagées.


Odyssée Montagne, spécialiste des expéditions, de l’alpinisme et du trekking aux quatre coins du monde.

2 × 4 =