Tour des Glaciers de la Vanoise

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Vanoise | Activité : Randonnée  | 


Récit de l'un des trek français les plus connus: Le tour des Glaciers de la Vanoise ou tour du Dôme de Chasseforêt. Cet itinéraire propose de longer la plus grande calotte glacière d'Europe. J'ai fait ce trek du 21 Juin 2010 au 25 Juin 2010 accompagnée de 2 amies pour qui c'était une première. Initiation réussie!
Posté le :


Présentation du topo

 

Le Tour des Glaciers de la Vanoise fait partie de ces randonnées itinérantes incontournables au même titre que le GR20 ou le tour du Mont-Blanc. Ce trek peut être abordé de différentes façons et avec des variantes plus où moins longues. Ici, à cause de contraintes d’agenda, nous avons du nous résigner à faire court. Nous partons donc de Pralognan la Vanoise puis direction le Refuge du Col de la Vanoise, le Refuge de l’Arpont, le Refuge de Plan Sec et le Refuge du Roc de la Pêche pour revenir sur Pralognan avant midi.

Cet itinéraire ne présente pas de difficultés particulières. Les étapes ont des dénivelés modestes et des durées ne dépassant jamais 7h de marche. Il est donc accessible même pour des personnes n’ayant pas une condition physique de guide de haute montagne. Mais un minimum de prépartion est tout de même conseillé. Toute excursion en montagne doit être bien préparée, car aussi belle soit elle, la montagne ne fait pas de cadeaux, on a parfois trop tendance à l’oublier.

Le Parc de la Vanoise à mis en place sur son site internet une rubrique depuis laquelle on peut réserver ses refuges et payer ses arrhes. Il faut donc penser à prendre de l’argent pour régler à chaque refuge le montant restant. Ce système est vraiment très pratique, et son extension à d’autres parc serait une bonne chose!

Pour ce périple je serais accompagné de 2 amies qui fouleront pour la première fois (mais sans doute pas la dernière) les sentiers de la Vanoise. Nous allons bénéficier de conditions météo exceptionnelles pour un mois de Juin, mais je n’en dis pas plus. Place maintenant au récit de ce trek!

 

 

Jour 1 : Pralognan la Vanoise (1416m) – Refuge du Col de la Vanoise (Félix Faure – 2516m)

Durée: 4h00

D+ : 1100m

D- : 0m

 

Pour faire ce trek nous allons suivre le GR 5 essentiellement (et un bout de GR 55 pour le retour sur Pralognan). Il s’agit donc de sentier bien tracé et bien baliser. Pas de problèmes à craindre à ce niveau.

La météo pour le trek s’annonce pour le moins incertaine, 2 jours avant j’appellais les refuges pour avoir des renseignements et ceux ci n’étaient pas écourageants. Neige et brouillard. A tel point qu’un des cols que devons absolument franchir est impraticable, des randonneurs ayant été contraint de faire demi tour. Nous prenons quand même le risque de partir quitte à faire demi tour s’il le faut.

Pour des raisons d’organisation, nous commençons le trek très tard, vers les 13h. Il ne faut donc pas trainer pour arriver au refuge.

 

 

Le jour J le ciel est sombre, mais pas de pluie ni de brouillard. Arrivé au refuge des Barmettes (2010m) un épais brouillard s’installe et une neige lourde se met à tomber. On a dut mal à croire que nous somme le premier jour de l’été!

 

 

Nous continuons notre chemin en priant pour nos chaussures gardent au mieux leur imperméabilité face à toute cette neige. A ce niveau mes chaussures en Gore-Tex m’ont blufflé!

Malheureusement nous ne pourront pas apprécier à sa juste valeur le Lac des Vaches et son gué.

 

 

Plus nous avançons et moins le chemin est tracé pour finir par ne plus l’être du tout. La carte et la boussole deviennent indispensables pour ne pas trop s’écarter du bon sentier. Le brouillard lui s’intensifie et nous manquon presque le refuge du Col de la Vanoise! Bien content d’arriver, mais déçu par ce temps qui nous empêche d’admirer la Grande Casse toute proche. Nous nous installons dans des petits dortoires d’une dizaine de places. Douche chaude payante (1€).

Espérons que demain le temps soit un peu plus clément.

Avec un tel temps les refuges ne sont pas très remplis, d’autant plus que nous ne sommes pas encore en haute saison estivale. Nous sympatisons avec quelques randonneurs qui suivent le même topo que nous. Un groupe de jeunes accompagné des guides de haute montagne préparent leur ascencion de la Grande Casse.

 

 

Jour 2 : Refuge Félix Faure (2516m) – Refuge de l’Arpont (2309)

Durée : 7h00

D+ : 250m

D- : 455m

Dès le réveil nous sommes frappé par un détail: la luminosité provenant de la fenêtre. Eblouissante. Après un rapide coup d’oeil, le ciel est d’un bleu majestueux et pas un seul nuage. La neige, elle, étincelle comme mille feux. Nous sommes aux Anges!
En sortant du refuge on peut enfin admirer la Grande Casse et son glacier qui est encore à l’ombre.

 

 

Refuge du Col de la Vanoise avec les Aiguilles de la Vanoise (ci dessous)

 

 

La température est bien négative (-5°C), nous nous habillons chaudement et entamons ce deuxième jour de marche qui sera avec du recul le plus beau de ce trek. Une fois que nous rejoignons le flanc Ouest du Vallon de la Leisse, la neige es beaucoup moins présente et des brumes remontent de la vallée. Nous assistons à un combat que se livre, dans un pierrier, deux beaux bouquetins mâles. Spectacle toujours aussi impressionnant.

Même si le sentier n’est pas enneigé comme la veille, nous auront de nombreux névés à traverser. L’usage des batons est indispensable, ne serait-ce que pour le côté sécurité. Tous ces grands névés demandent beaucoup d’efforts et ralongent pas mal notre étape! Pas grave, nous ne sommes pas pressé! Au détour d’un sentier on croise des marmottes qui dévallent à toute vitesse les pentes encore enneigées; le tout sous l’oeil de quelques moutons posés paisiblement dans l’herbe encore jaune.

 

 

Nous atteignons enfin notre second refuge, celui de l’Arpont à 2309m. Le refuge est magnifique avec ses toits en lauzes. Ce refuge se compose de 2 grands dortoires de 30 places.  Douche chaude payante (1€50). Ce petit refuge étant un point de passage obligé pour de nombreuses randonnées, il sera quasi complet, d’où l’importance de bien réserver ses places.

Des marmotes viennent jouer avec les quelques poules des gardiennes. Ces dernières nous indiquent que si on le souhaite on peut monter au Lac de l’Arpont (2666m) au bord duquel vient mourrir le glacier éponyme.  Nous nous engeons sur le sentier, 1h après alors que nous devons être à moins de 10 min du lac, nous décidons de rebrousser chemin. Un épais brouillard s’installe, le chemin disparait dans des névés vertigineux. Nous préférons ne prendre aucuns risques. Et nous ne sommes pas les seuls à faire le même choix.

 

 

Jour 3 : Refuge de l’Arpont (2309m) – Refuge de Plan Sec (2316m)

Durée :  6h00

D+ : 600m

D- : 700m

 

Cette fois ci la neige n’est plus du tout présente. Nous suivons le sentier qui nous amènera sur le flanc Nord du bout de la vallée de la Maurienne d’où nous pouvons apercevoir le village de Termignon avec les méandres de l’Arc.

 

 

Nous traversons de longues pentes herbeuses. On peut noter aussi qu’étant donné que nous sommes au Sud, l’herbe est déjà nettement plus verte. Le paysage est très différent du deuxième jour. On a encore plus l’impression d’être au bout du monde.

 

 

Le refuge de Plan Sec est un refuge privé en limite du Parc National. Il surplombe les lacs artificiels de Plan d’Amont et Plan d’Aval.

Seuls 4 autres randonneurs y passeront la nuit avec la nous. Nous sommes installés dans des petits dortoires de 4 places (on y dort vraiment bien!!). Le repas servi est excellent et la propriétaire nous offre le Génépi fait par son père. Douche chaude gratuite.

 

 

 

Jour 4 : Refuge de Plan Sec (2316m) – Refuge du Roc de la Pêche (1911m)

Durée: 7h30

D+ : 700m

D- : 1150m

 

Une longue étape nous attend, puisque nous devons passer le Col du fond d’Aussois (2914m),  puis redescendre jusque dans la vallée qui nous ramènera à Pralogan.

 

 

L’ascencion du Col est assez sportive car entièrement réalisée dans des névés, mais reste très agréable. L’arrivée au col avec la vue au loin sur le Mont Blanc et une belle récompense. La pointe de l’Observatoire est juste à côté, mais avant c’est la pause pique nique!

 

 

L’arrivée au sommet de la Pointe de l’Observatoire (3012m) donne de belles sensations de hautes montagnes et un point de vue magnifique sur les massifs nous entourant.

 

 

La descende après le passage du col a du se faire dans un névé très risqué (200m de dénivelé dans une pente très raide). Mais nous n’avions pas le choix. La prudence est de mise car tout faux pas risquerait de mener à une catastrophe. Une fois encore les bâtons se sont révélés indispensables.

 

 

Un peu plus tard, j’aurais la chance de voir un chamois détaller à 3m devant moi! Il a dut être aussi surpris que moi! Il ira rejoindre un de ses congénaires sur le versant opposé. Petit moment d’émotion!

Nous finiront tranquillement notre journée au refuge du Roc de la Pêche. Refuge privé qui est plus un restaurant d’altitude qu’un vrai refuge de montagne. Nous seront les seuls à y passer la nuit dans un très bon confort.

 

 

Jour 5 : Refuge du Roc de la Pêche (1911m) – Pralognan la Vanoise (1416m)

Durée : 2h

D+ : 0m

D- : 500m

Journée ensoleillée et très tranquille puisqu’il nous faudra environ 2h pour rejoindre Pralognan la Vanoise. On regrette déjà de laisser dernière nous ces sommets enneigés. Une chose nous frappe en rejoignant une route goudronnée: l’odeur du goudron. Celle-ci ne nous avait vraiment pas manqué!

Sur le chemin du retour nous feront une halte en voiture à la coopérative laitière de Moutiers qui propose l’un des meilleurs Beaufort d’été qui existe! Un régal.

 

RomainLN
A propos de l'auteur

Originaire d'Annecy, je baigne depuis tout petit dans l'univers de la montagne et de tous les sports qui s'y rattachent. Je pratique la randonnée et le trekking durant la belle saison dans les alpes françaises essentiellement. Je suis particulièrement amoureux du massif des Aravis (Hte Savoie) et de celui de la Vanoise (Savoi...