Un secret dans le sable…

Destination : Maroc » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | 


Un secret dans le sable... - 4 jours à pied dans le désert marocain
Posté le :


Lundi, 3ème jour…

Un secret dans le sable… Mes 2 compagnons dorment encore, quand le froid me réveille vers 6h comme tous les matins…
Tout semble si calme, le vent ne souffle plus… Je dénoue la porte de la tente et…
Un ciel bleu et pur, qui se teinte peu à peu de rose et d’orange flamboyant… Le soleil se lève devant mes yeux éblouis.
Une journée de lumière commençait…Plus aucune trace de la tempête d’hier, sauf du sable… partout.
Donc, petit déjeuner avec du sable…Ensuite, nous secouons tout ce qu’il est possible de secouer, faisant voler des nuages de poussière… Puis Abdou rend leur 4ème jambe aux dromadaires et nous continuons le voyage.

Après les étendues de cailloux et d’arbustes du 1er jour, les crêtes rocheuses du djebel Baní et la forêt d’acacias du 2ème jour, le paysage change, s’adoucit…
Nous arrivons dans le désert… comme on l’imagine, comme on le rêve, comme on le voit sur des milliers de photos. Des dunes blondes à perte de vue, en creux et en rondeurs harmonieuses…Le désert de sable… immense, fascinant…

Dernier repas tous les 3… Ce soir nous arriverons au bivouac fixe et nous ne serons plus seuls.
La pause s’étire… Alors un peu à l’écart, dans le sable lisse, je trace… une évidence, confiant un secret au désert. Dans une petite boite, je rapporterai avec moi un peu de ce sable magique…

Abdou attrape mon carnet et dessine les dunes… Mohammed dessine Abdou et ses dromadaires…
J’apprends à faire la vaisselle avec le contenu d’un seul verre d’eau…
Un oiseau minuscule se pose sur mon sac… Un oiseau !… au beau milieu de nulle part…
Les dromadaires semblent se régaler avec les branches d’acacia pourtant pleines d’épines…

Acacia régal des dromadaires… Dessins de désert…

Nous reprenons le chemin…
Les dunes sont plus hautes… Pleins et déliés faciles à gravir, le désert a des courbes sensuelles, féminines… Une main de géant en épouserait les reliefs comme une caresse sur un corps doux et moelleux…
Le soleil couchant donne au paysage des couleurs d’ambre et d’épices, des reflets de cannelle…
Le sable m’offre des cailloux roses, et des morceaux de quartz blanc qui brillent…

Cailloux roses, cailloux fossiles, cailloux brillants, et une pierre noire…

Fin d’après midi, arrivée au bivouac fixe au pied de l’erg Lihoudi…
Le gardien Lahcen, tourbillon volubile et agité nous accueille avec un thé à la menthe.
Il raconte plein d’anecdotes sur ses "clients", termine toutes ses phrases par : ‘’ pas de problème !… machi mouchkil… machi mouchkil, pas de problème !…’’
Autour des tentes, des dizaines… des centaines de gros scarabées noirs grouillent sur le sable… Comme je frissonne, Lahcen en saisit un délicatement, et veut le poser sur ma main ‘’ Machi mouchkil ! Ça ne pique pas !’’… Je tends une paume hésitante…
Malgré la fantaisie et l’enthousiasme communicatif de Lahcen, je n’aimerais pas cette dernière soirée.
2 groupes sont arrivés en 4X4 pour passer une nuit dans le désert…
Bruit des moteurs, bruit des caméras, bruit des voix et des exclamations… Intrusion dans ma bulle… Je reste un peu à distance…
Ils repartiront très tôt le lendemain matin…

5 × quatre =