Vie quotidienne du pèlerin

Destination : France » Europe » Espagne | Activité : Randonnée  | 


Vie quotidienne du pèlerin - Compostelle en famille
Posté le :


Le gîte est bon marché, mais pas toujours de premier confort et la promiscuité exige tolérance et adaptabilité. A 5 h, le remue-ménage habituel du matin commence.
« Terrorista ! » crie mon voisin de droite. S’ensuit une bordée d’imprécations en langue germanique qu’il lance à l’encontre d’une pèlerine qui vient d’allumer le dortoir. Puis retentit une sonnerie de réveil que son propriétaire n’arrive pas à éteindre. Son objectif est largement atteint : non seulement il est réveillé, mais les cinquante dormeurs avec lui. Ainsi se termine une nuit agitée, accompagnée des habituels ronflements et agrémentée de constantes allées et venues le long de ma couche qui se trouvait être près de la porte des toilettes. Un emplacement à éviter à tout prix si on ne veut pas jouer la dame-pipi toute la nuit !

Ma voisine de gauche sort consciencieusement tous ses sacs plastique de son sac à dos, les ouvre, les referme, les plie, les tripote, les palpe, les triture avant de les remettre à leur place. Il est terrible, le petit bruit du sac plastique le matin, il est terrible ce bruit quand il s’insinue dans la tête du pèlerin qui veut dormir encore.
Je fais de la résistance, refusant de céder à la dictature des lève-tôt, je me cache la tête dans mon duvet en espérant gagner encore un peu de sommeil. Mais l’agitation est telle dans le dortoir que je me résigne à un lever beaucoup trop matinal à mon gré.

3 + 20 =