Montée au camp 2

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | 


Montée au camp 2 - Ascension du Makalu
Posté le :


Mercredi 28 avril : Montée au camp 2 (6800 m) puis 2ème nuit au camp 1 (6350 m)

notre position GPS : N27°54m57s E87°03m22s

Nous ne sommes pas là par hasard, restés à 6400m pour dormir. Il est vrai que les conditions météo, annoncées plutôt neigeuses et ventées en fin de semaine, nous ont fait anticiper ce premier séjour en haute altitude nous en profitons pour aller voir ce qui se passe autour de 6800 mètres, juste sous le Makalu La, prochain objectif sérieux avant de penser au sommet.

Le Makalu La (col du Makalu) se situe à 7400 mètres, et il faut être en très bonne forme, bien acclimatés, et motivés, ne serait-ce que pour y aller sans y dormir une première fois. L’itinéraire est technique (rochers, neige et glace, et la pente moyenne assez raide). C’est pourquoi nous ne voulons pas redescendre directement à l’ABC aujourd’hui et passer une nuit de plus au C1, quitte à nous retrouver demain dans la tempête pour la descente.
Au C2, plus haut point atteint à ce jour (6400 m), donc, il n’y a pour le moment que quelques tentes de sherpas installés, ainsi que celle de Sandrine et Mika qui ont décidé de ne pas utiliser les services des sherpas pour monter la leur. D’ailleurs, c’est tout à leur honneur…

Il y a quelques passages assez techniques entre C1 et C2, comme une portion de pente de glace équipée d’une corde fixe toute neuve, ou encore un pont de neige pour passer une grande crevasse. Ce peut faire peur, mais il y a un contournement possible pour ceux qui sont plus sensibles au vertige.
Nous croisons l’équipe américaine pendant notre descente sur le C1, qui ont décidé avec Chhring ne faire l’impasse sur le C1 pour faire un aller retour au C2. Leur première nuit au dessus de l’ABC sera le C2. Il neige assez fortement, et Yeti, monté avec eux, a préféré redescendre à l’ABC en vue des perturbations météo annoncées pour demain.

Notre deuxième nuit au C1, à la descente après notre visite furtive au C2, est plus reposante que la première, et surtout elle contribue à passer le plus de temps possible le plus haut possible à ce point de notre expédition. Malgré tout, le vent très fort perturbe quelque peu notre sommeil, avec une neige persistante qui frappe les tentes avec fracas.

Jeudi 29 avril : fin de la première phase d’acclimatation et descente au camp de base avancé (rest day)

notre position GPS : N27°53m39s E87°02m51s

Au réveil après cette 2ème nuit à 6400 m, nous découvrons que la neige qui est tombée toute la nuit, chassée par le vent très fort qui a soufflé, ne représente qu’une faible couche de 10 cm qui nous permet de descendre à l’ABC en toute sérénité.

Nous choisissons alors un itinéraire différent de l’itinéraire classique, tracé et balisé l’avant-veille par Chhiring et son équipe de sherpas. Cet itinéraire est néanmoins de toute beauté, passe entre d’énormes séracs, mais oppose toutefois un plus grand danger quand aux passages sur d’éventuelles crevasses invisibles. Le balisage est bien présente et avertit de la présence de crevasses en cas de mauvais temps, par des sections de cordes auxquelles il faut se mousquetonner, des morceaux de bambous avec des rubans rouges plantés dans la neige, mais aussi quelques drapeaux de prières visibles de loin avec leurs cinq couleurs.
Sur le bas de l’itinéraire, nous rejoignons la moraine avec ses incontournables éboulis de rochers qu’il faut négocier avec une grande prudence à cause de la neige que les recouvrent.
Nous atteignons l’ABC une heure plus tard, où nous retrouvons notre Yeti en pleine forme, après ces deux jours et deux nuits passés ici.

Le soir, tout le monde se retrouve au repas sous la tente mess commune, et c’est l’occasion de nous raconter nos deux dernières journées passées en haute altitude, de déguster des pommes de terre frites avec de la bière ou du coca, et en particulier le foie gras de la grand-mère de Sandrine. Bref, nous nous faisons plaisir pour terminer ce premier volet d’acclimatation et avant d’attaquer des choses plus sérieuses.

quatre + 9 =