Randonnée à Ouessant

Destination : Bretagne » France | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 2 jours | Dificulté : 2 | Ecosystème : Campagne et Littoral | Type d'itinéraire : Boucle | 
Hébergement : Camping | Meilleures Périodes : Mars, Avril, Mai, Juin, Juillet, Août, Septembre, et Octobre
2 jours de randonnée à Ouessant en Bretagne. L'île marque le passage entre la Manche et l'Océan Atlantique. En faire le tour à pied permet d'apprécier le caractère authentique, sauvage et rude de ce que peut être la vie insulaire des ouessantins et de ses moutons. A découvrir sans modération...


Département : Finistère

Superficie : 8 km de long sur 4 km de large (1500 ha)

Population : 950 ouessantins

Accès : depuis Brest, Le Conquet, Ouessant ainsi que Camaret et Lanidut (été seulement) – Pen Ar Bed

Office de tourisme : Bourg de Lampaul – 29242 OUESSANT – Tel : 02 98 48 85 83 – Fax : 02 98 48 87 09 – http://www.ot-ouessant.fr

Circulation : à pied ou à vélo. Voiture autorisée pour les îliens

Niché en mer d’Iroise au coeur d’une mer souvent hostile, Ouessant est la plus grande des îles de la mer d’Iroise. C’est une île magnifique à plus d’un titre. Elle a su rester sauvage et naturel ; les oiseaux ne s’y sont pas trompés puisque nombreux d’entre-eux y font escale pendant la période de migration. Elle revêt un esprit mystérieux qu’il est agréable de vouloir toucher. Les cinq phares rappellent aux visiteurs l’histoire et la dangerosité des lieux pour les navires. « Qui voit Ouessant voit son sang ». Nous n’y avons vu que du bien-être… car il faisait beau lors de notre passage.

Le long de la côte nord

Du camping, nous rejoignons le bourg et prenons le sentier qui va vers la pointe de Pern. Le ciel est couvert ce matin et brumeux comme souvent sur Ouessant. Le phare de Nividic est en vue : la pointe de Pern est toute proche. Le site, classé, est l’endroit le plus à l’Ouest de la France métropolitaine. A la pointe même se dressent une ruine surnommée la Villa des Tempêtes. Elle a abrité une trompette de brume à vapeur de 1885 à 1900.

C’est alors le phare de Créac’h qui s’offre à nous. Identifiable par sa tour de 55 de haut (75 m par rapport au niveau de la mer, à bandes blanches et noires, il guide l’entrée des bateaux dans la Manche. Allumé en 1863, électrifié en 1888, doté d’un feu-éclair en 1901 et de lampes au xénon en 1971, le Créac’h, qui signifie  » promontoire « , est l’un des phares les plus puissants du monde. Par mauvais temps, il est une aide précieuse aux matelots navigant dans la zone. Les pâturages autour du phare semblent être appréciés des courlis cendrés. Le temps commence à s’éclaircir pour laisser très rapidement un ciel bleu voilé de-ci de-là par une douce brume. Le coin est très joli de ce côté-ci de l’île : de grandes plaines herbeuses et une côte déchirée.

Nous faisons une halte pour déjeuner. Le ventre bien rempli, nous reprenons le sentier. Nous passons d’abord devant la plage de Yusin ; puis du bord du sentier, nous admirons l’île de Keller, petit îlot privé abritant un manoir. Avant d’atteindre le phare du stiff, nous passons par les baies de Calgrac’h et de Béninou. Le phare du stiff a été construit au point culminant de l’île en 1695 par Vauban et allumé en 1700. Sa hauteur est de 33 m environ ( 90 m par rapport au niveau de la mer ). Il a d’abord fonctionné au charbon, puis en 1889 au pétrôle. Au début du 20 ème siècle, il a reçu l’appareil optique. Aujourd’hui il est automatisé (et sous télécontrôle à partir du Créac’h) : 2 éclats rouges toutes les 20 secondes ; sa portée est de 24 milles. A sa hauteur, nous empruntons la route qui mène au hameau de Frugullou, et continuons notre route jusqu’au camping.

Le long de la côte sud

Comme hier, nous rejoignons le bourg et prenons cette fois-ci la direction opposée de la veille vers le port de Lampaul. Passage devant la plage de Corz où un chevalier cul blanc cherche sa nourriture. 400 espèces d’oiseaux ont été relevées au moment des migrations ; il reste 150 à 200 espèces en permanence. Le centre d’étude du milieu ouessantin (C.E.M.O.) les étudie tout au long de l’année.

Le sentier continue vers le phare de la Jument. C’est après avoir réchappé de justesse à un naufrage dans les parages de l’île en 1878, que Charles-Eugène Potron  » rentier de son état « , s’engagea à léguer 400 000 F-or afin d’ériger un nouveau phare, à condition de le réaliser en 7 ans. Le chantier, premier du genre aux abords d’Ouessant, s’ouvrit en 1904 sur le rocher Ar Gazek-Koz (la vieille jument). Le défi fut relevé au prix de multiples dangers mais la consolidation de cette impressionnante tour octogonale se poursuivit jusqu’en 1940. La jument, ancré dans le roc par quatre câbles sous tension, est classé dans la catégorie des  » Enfers « . Haut de 47 m, le phare se signale par ses trois éclats rouges toutes les quinze secondes et sa sirène de brume. Sa portée est de 19 M. Automatisé en juillet 1991, le phare est désormais télécommandé à partir du Créac’h.

Ecomusées d’Ouessant
La visite des deux écomusées d’Ouessant constituent une possibilité de mieux s’imprégner de l’île : de son histoire et de sa géographie. En complétant la visite par le Moulin de Karaes, on peut avoir une vision assez complète de ce que pouvait être la vie insulaire il y a de celà quelques décennies.La Maison du Niou est une reconstitution d’une maison comme il en existait autrefois sur l’île. Un petit musée limitrophe retrace l’histoire des habitants.Le centre d’interprétation des phares et des balises est consacré à l’histoire et aux techniques de la signalisation maritime depuis l’Antiquité. Il reste assez technique quand même.

Moulin de karaes est le seul vestige visible aujourd’hui des moulins autrefois nombreux (plus d’une centaine). A la fin de la seconde guerre mondiale, quand les Ouessantins durent à nouveau cultiver l’orge et l’avoine, une quarantaine de moulins fonctionnaient.

Pors Doun est une pointe où la lande balayée par les vents attire de nombreux oiseaux dont le courlis cendré. Quelques moutons ouessantins paissent avec béatitude. Ils sont environ un millier sur l’île, beaucoup moins qu’il y a cent ans.

Le reste du sentier jusque la plage d’Arlan est plus escarpé et offre de jolies points de vue sur des criques pour certaines paradisiaques et accessibles uniquement par bateau. Retour au camping par la route principale. Peu avant la plage, nous avons observé de nombreux craves à bec rouge. Un des seuls endroits où il est possible de l’observer au nord de la Loire.

Nous complétons ces deux jours par une découverte de l’intérieur de l’île à vélo et par un retour sur le continent par Molène.

Informations pratiques

Date de la randonnée

La randonnée sur l’île d’Ouessant a été réalisée début mai.

Observations ornithologiques

Goélands argentés et bruns, Tournepierres à collier – Huitriers pie – Courlis cendrés – Hirondelles des rivages – craves à bec rouge – Cormorans huppés – traquets motteux – chevaliers gambettes – Tadorne de Bélon – Busard cendré – Chevalier cul blanc – Faisan de Colchide – Pigeons ramiers – Corneilles

Conseils

Compléter le tour de l’île à pied par une découverte à vélo de l’île. Molène est à deux pas d’Ouessant, il serait dommage de ne pas visiter l’île.

Hébergement : Camping municipal Pen Ar Bed (02 98 48 84 53)

Ouvert de début mai au 30 septembre, le camping possède une centaine d’emplacement qu’il est préférable de réserver pendant les vacances scolaires et les week-ends. Le camping dispose de toilettes et de douches chaudes en nombres suffisants et propres. Comptez environ 10 € par nuit pour deux personnes douches comprises. En somme un camping simple mais où il est agréable de camper.

Restauration

Nous avons dîné dans trois restaurants différents. Nous vous conseillons la crêperie du stang proche du camping ainsi que le pub/restaurant Ty Korn en plein centre du bourg qui offre une cuisine plus raffinée à base de produits de la mer.

Liens

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com