Randonnée dans le Haut-Jura de Lajoux à la dent de Vaulion

Destination : France » Bourgogne-Franche-Comté | Montagne : Jura | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 4 jours | Difficulté : 3 | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Gite d'étape et Refuge
Meilleures Périodes : Mai, Juin, Juillet, Août, Septembre, et Octobre
Récit de 4 jours d'itinérance en automne sur la frontière franco – suisse au cœur du Parc Naturel Régional du Haut-Jura de Lajoux à Vallorbe (suisse). Un parcours sans grande difficulté si ce n'est les grandes journées de marche (jusqu'à 9 heures) mais adaptable au besoin (et envie!).
Posté le :


Les pages du carnet :

Télécharger la "Trace GPS Lajoux à la dent de Vaulion (Jura)" (Téléchargement :217 fois)
0
(0)

Prévue depuis quelques mois, cette randonnée s’est déroulée avec quelques amis , et donc tout type de randonneur : occasionnel à sportif avec une particularité de taille : la première journée s’est faite avec un ami aveugle. Pour l’organisation de cette randonnée, nous avons choisi de partir depuis notre domicile et de déposer un véhicule au point d’arrivée (initialement prévu à la Dent de Vaulion en Suisse) pour le retour.

De manière générale, le Haut-Jura est composé de paysage assez forestiers, la randonnée est donc en grande partie forestière ce qui permet d’apprécier encore plus les couleurs d’automne et les points de vue.

Pour ce qui est des étapes j’ai prévu 3 nuits (2 en refuges non gardés et une gîte d’étape) pour 4 jours de marche :

  • De Lajoux au chalet des ministres
  • Du chalet des ministres à Mouthe
  • De Mouthe au refuge de la Piquemiette
  • Du refuge de la Piquemiette à la dent de Vaulion

Voici les références pour les cartes IGN :

Jour 1 : De Lajoux au chalet des ministres

  • Temps de marche : 9h30
  • Dénivelé + : 450 m

Le départ c’est fait à 5 depuis la maison familiale pour 4 jours de randonnée inédite pour la famille ! Après un départ matinal et frais nous rejoignons le GR5, appelé la Grande Traversée du Jura, pour passer sous le crêt de la Vigoureuse. C’est un petit sommet (1340 m) qui offre une belle vue sur le Mont Blanc lorsque le ciel est dégagé.

Nous rejoignons la Combe à la Chèvre et enlevons une première couche : le temps se réchauffe ! Nous empruntons le GR qui suit le tracé des pistes de ski de fond du domaine skiable et suivons cet itinéraire jusqu’au carrefour du Massacre. Le massif forestier du Massacre tient son nom du XVI siècle lorsque l’armée Savoyarde a anéanti les mercenaires Italiens envoyés par François 1er pour libérer Genève des Savoyards. Ce massif est aujourd’hui protégé grâce à un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope à la faveur du grand Tétras, oiseau rare et emblématique du Haut-jura. Nous admirons les couleurs d’automne, faisons une pose devant l’épicéa muté. Cet arbre a adopté une forme boréale dans sa partie supérieure (les branches sont collées au tronc, ce qui permet de limiter l’impact de la neige sur les branches) et une forme classique dans sa partie inferieur.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite au covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le top 10 de nos partenaires :

Nous continuons notre route et pique-niquons au chalet du Massacre. Après une courte sieste au soleil, nous repartons en direction des Rousses en passant vers le belvédère des Dappes où nous nous arrêtons quelques minutes pour profiter de la vue sur la vallée de Joux, le lac des Rousses et les Alpes.

 

Nous descendons ensuite en direction du Bief de la Chaille, la partie est difficile avec Christian qui est non voyant mais cela rajoute une touche de fantaisie dans cette belle journée ! Nous remontons ensuite au fort des Rousses, Thierry nous raconte quelques anecdotes de son service militaire passé dans ce fort. Les temps changent : le fort est aujourd’hui transformé en cave à comté.

Arrivés aux Rousses, nous déposons Christian et Hélène et récupérons Michel. Nous nous ravitaillons et partons pour le chalet des Ministres. Nous longeons le lac des Rousses puis montons dans la forêt du Risoux (le site est protégé au même titre que la forêt du Massacre pour la préservation du grand Tétras).

Le lac des Rousses fait parti de la Vallée de Joux qui se termine par la dent de Vaulion, notre point d’arrivée. Il est intéressant d’observer comment l’homme s’est adapté à ce paysage façonné par les glaciers : on trouve dans les fonds de vallées, occupées par les marnes, les lacs et les tourbières d’altitude typiques du Jura. Deux fines bandes de prairie et de pâturage sont localisées sur les bas de versants des anticlinaux latéraux ; les villages sont organisés en long (“village rue”) au milieu des bandes de prairies pour optimiser l’espace agricole. Les anticlinaux sont boisés, sauf parfois quelques pâturages sur leurs sommets.

Nous remontons le Vivier du Lac de Bois d’Amont en direction du carrefour de la Biche, ce sont les derniers mètres de dénivelés mais pas les derniers kilomètres ! Nous en profitons pour aller voir le chalet Rose qui est inscrit comme abri sur les cartes IGN mais est fermé en réalité. Nous repartons au chalet des Ministres et arrivons peu avant la nuit. Le Chalet est assez spartiate : un vieux poële à bois, des bancs le long des murs et un sol en béton, parfait pour passer la nuit !

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

luc39
A propos de l'auteur

Passionné depuis toujours par la nature, j'aime découvrir la faune, la flore et les paysages par le biais de randonnées itinérantes à diverses saisons. Que ce soit en hiver grâce aux trek  en ski ou en raquette, ou à la belle saison à pieds et à vélo, je parcours à mon rythme de naturaliste passionné les sommets et combes des montagnes...



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La vidéo du Moment : Traversée du Massif Central à Pied
10 Shares
Share via
Copy link