Refuge de Camporells – Porté Puymorens

Destination : Occitanie » France | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | 


Refuge de Camporells – Porté Puymorens - Tour du Carlit
Posté le :


Carnet : Tour du Carlit
  • D+ :550 m
  • D- : 1350 m
  • Temps de marche : 9h00
  • Trace GPS

On aime bien les lieux. Alors ce matin, on traîne plus que jamais. Départ après 10h00. De toute façon, l’étape est courte. Enfin, c’est ce qu’on prévoyait au départ…

Direction le sud. On ne passe pas très loin de l’estany de la Basseta sur le GRP Tour du Capcir et puis après le lac de l’Herbier on part hors-sentier à travers un petit vallon que nous remontons. Nous longeons de petits laqués (pas de nom sur la carte) sous les deux Péric (le Puig et le Petit). En toile de fond, le Carlit (2921 m) s’impose massivement dans le paysage.

J’ai failli foutre le feu à la lande lors de ma grosse commission technique. Au moment de bruler mon PQ, une horde d’une dizaine de mouflons passent. Je pars prendre mon appareil photo. Je fais quelques vidéos. Pendant ce temps, 1m² de lande sont partis en fumée. Plus de peur que de mal. Tout a été éteint précautionneusement.

Le terrain est une succession de petites dollines à passer. Nous arrivons dans la vallée de la Têt, un des fleuves côtiers français des Pyrénées-Orientales, long de 120 km qui part se jeter dans la Méditerranée. Nous remontons la vallée. Le cirque qui nous fait face est des plus splendides. J’étais venu ici l’hiver dernier et je voulais absolument revoir ce paysage dantesque en période estivale. Je ne suis pas déçu !

A l’estany Baix, on se pose presque deux heures pour manger et même poster une photo sur Facebook. Incroyable, la 3G passe très bien ici. On pensait au départ rejoindre l’estany Blau mais les névés sont trop nombreux dans le fond du cirque. Inutile de se mettre dans une galère. On décide donc de faire un boucle vers l’estany de la Llosa et de redescendre pour rejoindre la vallée de la Grava. On navigue toujours hors-sentier avec plaisir. On se prend quelques névés qu’on descend comme des bambins. Quelques marmottes lancent leur cri strident lorsque nous approchons de leur zone d’habitat.

Au départ, on pensait poser le bivouac au lac de l’Estanyol. Et puis, le ciel s’obscurcit avant de le rejoindre. Météo France a prévu des orages pour le lendemain. Les orages seraient-ils en avance ? On regarde rapidement la carte. Le temps de marche jusqu’à Porté-Puymorens ne devrait pas être trop long. Trois heures tout au plus. Le sentier suit les traces du GR10, monte jusqu’à la Portella de la Grava (2426 m). Nous y croisons nos derniers mouflons de la randonnée, ce qui doit monter le compteur à une bonne trentaine d’individus observés.

Le sentier descend ensuite sur l’estany de Lanoux. Il fait quand même 2,5 km de long. Malgré le barrage qui pointe son nez en bout de lac, l’estany de Lanos (en catalan) est un lac naturel. C’était déjà le plus grand lac des Pyrénées Françaises avant d’être surélevé par le barrage. Aujourd’hui, sa superficie atteint 158 ha. Sur les rives, quelques tentes ont poussé comme des champignons, sans doute des pêcheurs venus tâtonner la truite pour ce premier week-end de grosse chaleur de l’année. Le ciel s’obscurcit de plus en plus et les nuages s’accrochent aux sommets. Le ciel va t-il nous tomber sur la tête ?

Jérôme commence à tirer la patte. Une vieille tendinite s’est réveillée. L’allure ralentie considérablement. Clopin-clopant, nous poursuivons. Nous laissons le refuge de la Guimbarde (plutôt une cabane en piteuse état) et entamons la descente par la piste. Un interminable passage en balcon le long de plusieurs anciennes exploitations minières puis une descente à travers le genêt nous conduisent à Porté-Puymorens. La boucle est bouclée. Les pieds sont usés de cette journée et de cette fin de portion sur piste sans grand intérêt. Nous sommes donc contents de finir la journée ainsi car la dernière n’aurait pas été des plus intéressantes. Nous en avons finalement pris plein les mirettes dans la journée.

Et nous pensons revenir pour une nouvelle rando par les sommets du Carlit. A suivre…

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com