6 jours de randonnée autour du Pic Carlit

Destination : Occitanie | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 6 jours | Dificulté : 2 | Dénivelé : +3384 m/-3031 m | Type d'itinéraire : Demi-boucle | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Juin, Juillet, Août, et Septembre
Récit de notre randonnée de 6 jours autour du Pic Carlit, de Porté-Puymorens au lac de Bouillouses. Avec plus d'une vingtaine de lacs rencontrés, et beaucoup de prairies bien vertes, les lieux de bivouac ne manquent pas ! Sur environ 65 kilomètres, pour 3500 mètres de dénivelé positif, nous avons pu découvrir une nouvelle région, alterner l'effort physique et le repos, goûter à l'Aventure avec ses bonnes surprises et ses imprévus, faire un break pendant quelques jours, se "déconnecter".
Posté le :


Les pages du carnet :

Récit de notre randonnée autour du Pic Carlit

Durant 6 jours, nous avons parcouru les Pyrénées catalanes autour du Pic Carlit et de ses très nombreux lacs, avec comme concepts : autonomie totale, liberté, bivouac, découverte.

Les journées 2 et 3 peuvent être regroupées si nécessaire. Pour une boucle complète, le sixième jour aurait pu être remplacé par une montée au sommet du Carlit, puis un retour à Porté-Puymorens via le lac Lanoux. Ce qui constitue tout de même une grande étape, avec quelques passages aériens au sommet du Carlit.

 Porté-Puymorens – clôt des Pujols

  • D+ : 976 m
  • D- : 325 m
  • Distance : 12 km
  • Temps de marche : 7h19 (avec les pauses)

Le train de nuit nous dépose dès 9 heures du matin à la petite gare de Porté-Puymorens. C’est vraiment pratique depuis Paris, car nous sommes directement à 1600 mètres d’altitude, sans aucune correspondance. Pourtant, nous sommes les seuls à descendre du train.

Impossible ici de compléter notre petit déjeuner frugal par une boisson chaude : il n’y a rien à cette gare mis à part un petit abri ; aussi nous décidons de marcher vers le nord. C’est parti pour 6 jours de randonnée autour du pic Carlit.

Il faut marcher environ 1 kilomètre le long de la route avant de rejoindre un parking et le sentier. Nous y croisons un couple âgé et nostalgique de la région. Plutôt que de suivre le GR 107 comme nous l’avions prévu, ils nous conseillent de remonter la coma d’en Garcia vers la Portella du même nom, puis de redescendre vers le refuge des Bésines. Un examen minutieux de la carte nous rassure : ce tracé apparait tout à fait facile et sera sans doute plus intéressant, nous décidons donc de suivre leurs indications.

Après pas mal d’efforts, nous arrivons au col de Puymorens où sont regroupés quelques motards. Nous quittons la civilisation en continuant vers le nord par le GR 107A puis en prenant à droite par la Coma d’en Garcia. Il fait beau et nous n’avons que très peu mangé ce matin. De plus, les sacs sont lourds, autant de raisons pour marquer une pause pique-nique bien méritée.

Première pause Coma d'en Garcia

Il n’y a personne sur le chemin toujours très large, à part quelques chevaux et un mulet.

Le chemin est finalement remplacé par un petit sentier, il n’y a aucune difficulté et nous montons facilement jusqu’à la Portella de la Coma d’en Garcia à 2534 mètres.

Bernard sur la Coma d'en Garcia Isa sur la Portella de la Coma d'en Garcia

Nous décidons d’aller voir l’Estany de Coma d’Or ; mais un gros nuage noir et un vent violent nous y accueillent ! Nous repartons rapidement vers le nord, en direction de l’étang des Bésines.

Estany de Coma d'Or

Nous apercevons un groupe d’une dizaine d’isards lors de la descente, ils sont cependant trop loins et trop rapides pour la photo.

Le temps est toujours menaçant mais l’orage choisit de rester de l’autre côté des sommets. Arrivés au lieu-dit “Clot des Pujols”, nous trouvons un petit terrain plat pour le campement. C’est juste suffisant, mais la suite s’annonce plus pentue et nous risquons de ne plus trouver d’endroit adéquat avant un bon moment.

Cette première journée a été relativement facile malgré les sacs encore lourds et la météo un peu capricieuse. Après un départ un peu difficile, nous avons trouvé notre rythme et les 1000 mètres de dénivelé ont été avalés sans difficulté.

lups
A propos de l'auteur

Chaque année, une nouvelle randonnée sur plusieurs jours, et chaque année de nouvelles surprises. Mais avec toujours le même concept : autonomie totale, liberté, bivouac, découverte....



http://lups