Sappey – Saint-Pierre de Chartreuse

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Chartreuse | Activité : Randonnée  | 


Jour 4 de ma randonnée sur le tour de Chartreuse entre le Sappey et Saint-Pierre de Chartreuse.
Posté le :


Carnet : Tour de la Chartreuse

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

GPX SANS NOM   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Télécharger la "" (Téléchargement :23 fois)
  • 18 kms
  • D+ 1015m
  • D- 1200m
  • 6h30

Un franc soleil matinal colore les falaises de Chamechaude quand nous quittons nos hôtes très sympathiques avec qui nous avons passé une agréable soirée.

Nous avons été heureux de retrouver l’ambiance conviviale que nous avions apprécié lors d’un précédent passage à l’occasion de notre long périple de Provence en Alsace. Nous retrouvons également le GR9 que nous n’avions pu parcourir en Chartreuse à cause de la neige trop abondante. C’est par un raide chemin rectiligne que nous quittons le village. Sans faire de détours le chemin franchit la zone d’alpages puis gagne la forêt où il consent quelques virages quand la pente devient vraiment trop abrupte. Nous prenons vite de l’altitude et découvrons petit à petit, derrière nous, les sommets du Vercors qui percent la brume. Quelques coups de feu résonnant sur les falaises nous rappellent que les chasseurs n’hésitent pas à gravir les sentiers escarpés pour traquer le gibier. La forêt s’ouvre verst le habert de Chamechaude construit en lisière des bois au pied d’un alpage dominé par la masse des parois verticales qui se détachent sur un lumineux ciel bleu. Le panorama est vaste sur les massifs environnants. L’itinéraire du jour se dessine devant nous jusqu’au col des Ayes au pied des escarpements de la dent de Crolles. Le sentier contourne la base de la montagne de Chamechaude avant une rapide descente en forêt et se poursuit ensuite sur une étroite crête boisée alternant montées et descentes. Les teintes d’automne commencent à colorer les feuillages.

Au col de l’Emeindras la forêt s’efface devant un vaste alpage ouvert où ruminent tranquillement quelques vaches. Le ciel a perdu de sa superbe et un voile nuageux le recouvre peu à peu gommant les détails dans les lointains. Une brève remontée mène à une crête dont le flanc sud-est plonge vertigineusement sur la plaine du Grésivaudan. Au détour d’un virage la silhouette majestueuse du Mont Blanc scintillant de lumière au loin contraste avec les parois austères de la dent de Crolles toute proche.

Après le col de Faïta le sentier pénètre au coeur d’une forêt sans lumière mêlée de hêtres et de sapins sur un sol de glaise noîratre et sans adhérence: pierres polies et racines luisantes nécessitent une grande attention pour ne pas glisser. Des rafales brutales de vent et le ciel uniformément gris au plafond bas nous font craindre l’arrivée de la pluie. Un long cheminement en traversée parfois interrompue par de courts raidillons mène à la route sous le col du Coq. En suivant celle-ci sur quelques centaines de mètres nous rejoignons le col, point de passage entre les sauvages vallées de Chartreuse et le Grésivaudan abondamment urbanisé. Le ciel ne cesse de nous inquiéter, oscillant entre de fugitives apparitions lumineuses et des nuages gris foncé à l’aspect menaçant. Nous ne perdons pas de temps pour gravir la dernière pente du col des Ayes, situé au milieu de vastes pâturages sous l’œil vigilant de la dent de Crolles.

Un petit vent frisquet nous attend au col et nous basculons sans traîner dans le vallon pentu qui descend vers le hameau de Perquelin. Le sentier en trace directe dans la pente rejoint une piste rabotée par les engins de débardage. Cette piste dévalant sans virage la pente est particulièrement glissante et nous nous laissons entraîner en veillant à garder notre équilibre car la glaise ne tarde pas à recouvrir les semelles d’une épaisse carapace.

Nous débouchons au fond de la vallée du Guiers Mort, tout près du hameau de Perquelin véritablement enfoui au milieu des bois sous l’ombre des falaises supportant les hauts plateaux de Chartreuse. Il suffit maintenant de suivre la petite route sur 2,7 kms pour rejoindre Saint Pierre de Chartreuse. Une halte au bistrot nous permet d’apprécier une Edelweiss blanche, agréable bière locale, avant de rejoindre le gîte de la Diat. Quelques gouttes de pluie nous font hâter le pas, mais nous éviterons la grosse averse qui s’abat en fin d’après-midi accompagnée de sourds grondements d’orage.

jpg
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr