10 bonnes raisons de partir en trekking au Mustang

10 raisons de partir en trekking au Mustang. Les paysages, la culture, la faune, des itinéraires uniques. Conseils pratiques.
Posté le :


Quelques conseils pour réussir son trekking au Mustang

  • Prendre l’avion pour Katmandou puis Jomosom via Pokara
  • Passer par une agence pour obtenir le permis de trek
  • Prévoir des photos d’identité et 600 USD environ pour le permis de trek
  • Partir avec un guide et un muletier
  • Expérimenter les nuits chez l’habitant
  • Prévoir un équipement quatre saisons
  • Goûter le miel de moutarde, les pommes et les abricots séchés
  • Prendre le temps de s’acclimater et de rencontrer les habitants

Inaccessible aux voyageurs occidentaux jusqu’en 1992, le Mustang porta longtemps le surnom de “royaume interdit”.  Ses habitants, les Lo-pa, préfèrent utiliser le nom de Royaume de Lo. Situé au pied du massif des Annapurna, au cœur de l’Himalaya, cette région de culture tibétaine fait désormais partie de la jeune République démocratique fédérale du Népal et s’ouvre de plus en plus au trekking. Je partage avec vous quelques expériences et 10 raisons de partir en trekking au Mustang.

Trekking au Mustang

1 – des paysages exceptionnels

Mun tang, la plaine fertile, telle est l’origine du nom de cette région. Je dois dire que le contraste entre les villages entourés de champs d’orge, de moutarde, d’abricotiers et de pommiers et les immensités désertiques multicolores qui les entourent confère un charme unique à ce territoire. Ajoutez-y une vue imprenable sur la chaîne des Annapurna et vous aurez déjà là de bonnes raisons de partir en trekking au Mustang.

2 – Une culture tibétaine intacte

Selon le dalaï-lama, le Mustang est “l’un des rares endroits dans l’Himalaya ayant gardé inchangée sa culture tibétaine”. Avec l’arrivée de la route chinoise les choses évoluent mais vous aurez encore la possibilité de découvrir une culture vivante, comme en témoigne le festival monastique de Tiji qui a lieu en juin dans la gompa de Thubchen. J’ai également aimé l’ambiance particulière des monastères bouddhistes nyingma, leurs peintures multi-séculaires, j’ai adoré parcourir les ruelles étroites de la capitale fortifiée Lo-Mantag, assister aux travaux traditionnels des champs et même découvrir quelques ermitages secrets.

3 – Une faune mythique

Bien sûr les paysages ouverts et désertiques ne favorisent pas les grands rassemblements de faune. Mais armez-vous de jumelles et de patience et vous aurez sans doute la chance d’observer l’une des espèces mythiques du Mustang. Léopard des neige, ours et loup de l’Himalaya, chat de Pallas sont, avec l’antilope du Tibet les espèces les plus difficiles à voir. Mais les mouflons de Barhal, le lièvre laineux et les marmottes se laisseront facilement observer. J’ai également des souvenirs inoubliables d’aigles royaux, de vautours de l’Himalaya et de gypaètes barbus dans le ciel bleu du Mustang.

10 bonnes raisons de partir en trekking au Mustang

4 – Éviter la mousson

Vous n’avez pas d’autre choix que de partir l’été ? Protégé de la mousson par le massif des Annapurnas et le Manaslu, le Mustang ne reçoit presque aucune précipitation. Cela explique largement le caractère désertique de ses paysages et c’est, de ce fait, une des seules possibilités de trekking estival au Népal. Profitez-en !

5 – Eviter la foule

Loin de la foule du tour des Annapurna et autres trekkings autour de l’Everest, le Mustang offre – et tout particulièrement en mai-juin et septembre-octobre – l’opportunité de savourer de longues journées seul-e-s sur les sentiers. Avec ses faibles précipitations neigeuses, la saison de trekking commence dès mai et surtout se termine tard en novembre.

6 – Profiter d’une acclimatation à l’altitude facile

Vous n’êtes jamais parti en altitude et vous appréhendez ? Ou au contraire, vos dernières expériences ont été difficiles ? Ici vous trouverez à la fois des trekkings à “basse” altitude, avec des cols restant en deçà des 4000 m et la possibilité de s’acclimater en marchant.  Kagbeni, porte d’entrée du Mustang est à 2800 m d’altitude et, Lo Mantang, tout au fond de la vallée de la Kali gandaki à 3840m. Est-ce que ce ne sont pas de raisons de partir en trekking au Mustang ?

Conseils pour partir en trekking au Mustang

7 –  Bénéficier du confort d’un trekking sans portage, … ni porteur

J’ai longtemps été mal à l’aise avec le fait de faire porter mes bagages par des hommes. Vous aussi ? Alors le Mustang est fait pour vous. A l’image des ladakhis ou des dolpas, les Lo-pas utilisent de petits chevaux pour transporter tout l’équipement nécessaire. Vous n’aurez dans votre sac que quelques affaires pour la journée et le reste voyagera sur le dos d’animaux de bât. Des chevaux et mules dont les Lo-pa prennent souvent soin comme s’il s’agissait de membres de la famille.

8 – Recevoir un accueil chaleureux

Lors de mon premier trekking au Mustang, j’avais fait le choix de dormir chez l’habitant. Fin octobre, début novembre, je me souviens que l’accueil de mes hôtes était, quelque soit le village, aussi chaleureux que la température extérieure était glaciale ! Le désir des habitants de me faire partager leur quotidien se mêle dans ma mémoire au goût du pain tibétain et du miel de moutarde servis au petit déjeuner.

9 – Découvrir les mystérieuses habitations troglodytes du Mustang

Les falaises du Mustang abriteraient plus de 10 000 grottes artificielles ! Lieux d’ermitage, caches secrètes pour des trésors ou tombeaux, leurs fonctions ont varié tout au long de leurs 3000 ans d’occupation et l’essentiel de leurs mystères restent à percer !

10 – Marcher sur des itinéraires de trekking exceptionnels

L’itinéraire le plus classique remonte la vallée de la rivière Kali en rive droite, progressant doucement de hameau en village jusqu’à atteindre la capitale Lo-Mantang. Chaque instant sur ce sentier est une nouvelle surprise, avec des paysages ravinés aux ocres rouges, jaunes et blanches. Des teintes que l’on retrouve sur les peintures des murs à mane, ces murs constitués de pierres gravées de mantras. Que l’on retrouve aussi sur les gompas et même les chortens. Il y a aussi les torrents et leurs eaux glaciales qui apportent la vie aux troupeaux de chèvres, innombrables ici. De Lo-Mantang le sentier repart en rive gauche de la Kali gandaki. Le paysage est plus minéral, plus imposant et à d’immenses plateaux  succèdent de prodigieux ravins. Les couleurs des montagnes sont inouïes et contrastent avec le blanc étincelant des géants de plus de 8000 m d’altitude qui nous font face : Annapurnas, Dhaulagiri …

Mais bien sûr ce n’est pas le seul trekking possible et d’autres itinéraires, sans doute plus exigeants, offrent des aventures exceptionnelles. Par exemple le franchissement du col Kekyap La qui offre l’accès au royaume caché, le Dolpo ou encore le chemin des pèlerins, à l’Est du Mustang qui relie Lori gompa aux lacs Damodar …

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

La vidéo du Moment : El Cinquè Llac