Les hauts plateaux du Vercors en pulka

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Vercors | Activité : Ski de randonnée nordique  | 


François Quiquet, en préparation pour son raid nordique en Laponie, est allé se préparer sur les hauts plateaux du Vercors. Objectif : s'entraîner en autonomie et en conditions hivernales en trainant sa pulka et découvrir la nature sauvage du Vercors. Retour en texte et en images sur mini-raid de 4 jours.
Posté le :


Carnet : Les hauts plateaux du Vercors en pulka

Avant-propos

Dans le cadre de la préparation de mon raid nordique en Laponie en avril prochain, j’ai décidé de me rendre fin février sur les Hauts-Plateaux du Vercors pour découvrir cette région qui a gardé sa nature sauvage.

C’est un endroit idéal pour pratiquer un raid nordique. J’ai décidé de la parcourir dans les mêmes conditions qu’en Laponie, c’est à dire seul, en autonomie, en bivouac hivernal, en pulka et en ski de rando nordique et raquettes.

  • Durée : 4 jours
  • Nbre total de km : 46,3 km
  • Dénivelée positif total : + 1210 m
  • Dénivelée négatif total : – 1210 m (retour au point de départ)
  • Temps total de marche (pauses comprises) : 27h30

Jour 1 – samedi 19 février : Faux départ !!

J’arrive vers 9h30 à Villars-de-Lans pour le retrait du matériel au magasin Altiplano (merci à Régis pour l’adresse). Je loue un pack rando nordique (skis + peaux + chaussures + bâtons) ainsi qu’une paire de raquettes.

L’idée de prendre des raquettes était de faire la montée sur la montagne de Glandasse en aller/retour. Vu la pente, je ne me sentais pas capable de le faire en skis de rando nordique. Finalement, vous verrez plus tard que les raquettes me serviront pour tout autre chose.

J’arrive ensuite vers 10h30 à Corrençon-en-Vercors sur le parking du golf qui se trouve au départ des pistes de skis de fond.

Comme prévu, il n’y a pas de neige mais alors pas du tout, et ceci sur au moins 20 km. Cela ne me dérange pas car j’avais prévu le coup. J’avais emmené un chariot à kayak sur roue pour y mettre ma pulka dessus. Je l’avais testé avant de partir avec une charge moyenne et le système me semblait fiable. J’avais même rigidifié l’axe de rotation verticale du brancard pour avoir une meilleure stabilité. Mais je me suis vite rendu compte que ma pulka était très lourde. Partir à pieds m’obligeait à mettre dans la pulka, les skis, les chaussures, les raquettes si bien que j’arrivai à une charge d’à peu près 30 kg. J’ai eu beaucoup de mal à trouver l’équilibre de la pulka sur les roues.

Finalement, je trouve enfin une configuration stable et je commence à partir en tractant avec le brancard ma pulka sur roues et sous les yeux hagards des randonneurs qui se font de plus en plus nombreux. Au bout d’une centaine de mètres, patatrac, la pulka s’affaisse tordant les manchons en plastiques sur lesquels est fixé le brancard. La charge est vraiment trop lourde. Je n’arrive pas à remettre la pulka en équilibre sur les roues et je comprends vite que même si j’y parviens, il y a de grande chance que cela se reproduise avec le risque de casser le système d’attache du brancard à la pulka. (la solution idéale pour résoudre ce problème d’équilibre de la pulka serait d’avoir un chariot à kayak à 4 roues)

Je décide alors de faire demi-tour et de retourner à la voiture. Commence alors une profonde réflexion. Vais-je devoir abandonner mon projet de découverte des Hauts-Plateaux ? J’appelle mon épouse pour la prévenir qu’il est fort possible que je rentre à la maison le soir même. Je décide de prendre la carte. Pour réaliser mon projet, il me faut absolument un départ sur neige. On m’avait parlé de Darbounouse mais je ne vois pas de route pour y accéder. Par contre, je vois un endroit sur les hauteurs de St-Agnan-en-Vercors dont part le GR de Pays – Sentier central et qui rejoint mon tracé. S’il y a de la neige là-haut alors je suis sauvé.

J’arrive vers 13h au lieu-dit « les Brunets » (avant la cabane forestière des Bachassons) où je gare la voiture. Et là, miracle, la route forestière qui monte est enneigée. Je suis aux anges ! Par contre, il m’est difficile d’estimer le temps de montée jusque sur les hauts-plateaux et rejoindre le GR 91. Je décide donc de reporter mon départ au lendemain matin. Je passerai donc la nuit dans la voiture, une nuit très inconfortable et froide avec mon drap de sac en polaire. Je profite quand même de l’après midi pour monter en raquettes et faire quelques repérages du parcours pour le lendemain.

fquiquet
A propos de l'auteur

Profession Ingénieur réseau IP en Opérateur Télécom Mes loisirs D'une façon générale, la randonnée, le trekking, le ski et l'alpinisme font partie de mes passions. J’aime les partager et je cherche à m'engager encore plus en réal...



http://www.unmondedaventures.fr/

15 + 13 =