Tour des Ecrins (GR 54 ®)

Destination : Provence Alpes Côte d'Azur » France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Ecrins | Activité : Randonnée  | 


Récit du tour des Ecrins (GR 54) entre Monetiers les Bains et Bourg d'Oisans en sept jours. A tour de rôle, François et Simon mettent des mots sur les journées de marche réalisées au pays de l'Oisans qui flirte si souvent avec le parc national des Ecrins
Posté le :


Carnet : Tour des Ecrins (GR 54 ®)

La veille : Vendredi 23 juillet

Etape : Paris – Briançon

Départ : 22h00
Arrivée : 9h00

© Fédération française de la randonnée pédestre
© Fédération française de la randonnée pédestre

FRANCOIS
Nous nous retrouvons, Simon et moi, sous le panneau central de la gare d’Austerlitz vers 21h. Notre train couchette ne part que dans une heure. Ce délai nous permet de vérifier notre équipement. Comparé à celui de Simon, le mien semble venir tout droit de la préhistoire : volumineux, mais il s’avèrera finalement à la hauteur.
A 21h30 le panneau d’affichage indique le quai où nous attend notre train. L’accès au quai est bondé : les contrôleurs vérifient un à un les billets. Procédé contraignant au départ, mais nous évitant de nous faire réveiller durant la nuit. Nous montons dans notre wagon. Le couloir pour circuler est minuscule et six couchettes sont présentes dans notre compartiment. Nous déposons nos sacs à dos à l’intérieur. J’ai comme une légère appréhension sur le déroulement de ma prochaine nuit. Sans être claustrophobe, il faut qu’en même avouer que l’espace est très exigu. La température est élevée à Paris ces derniers jours : nous préférons attendre sur le quai le départ du train. 22h00, ça y est, c’est parti ! L’expédition commence …
Nous discutons un peu jusqu’à 23h00, puis nous décidons de nous coucher. Sur les six couchettes, seules cinq sont occupées. Par chance, aucun ronfleur. Les 30 premières minutes sont très pénibles : j’ai l’impression de me retrouver dans un lave-linge ! Le train bouge dans tous les sens. Je me mets en position de sécurité, le temps passe, je m’habitue. J’essaye tant bien que mal de dormir un peu, sans vraiment y arriver.

SIMON
Et me revoilà parti pour un nouveau GR, mais cette fois ci, je ne pars pas seul. J’ai embarqué François (qui ne sait pas encore vraiment ce qui l’attend). Embarquement à Austerlitz pour un train de nuit, cela devient presque une routine pour moi.
Petite note, aider François à refaire son sac à dos demain, car il est vraiment volumineux et bringuebalant. Vu que son duvet rempli déjà la quasi-totalité du sac et du coup ses vêtements sont accrochés sur le dessus.

A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

2 + 8 =