Tempête sur le Carlit

Destination : France » Occitanie | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | Agence : La Balaguère 

Tempête sur le Carlit - Les lacs du Capcir en raquettes


Carnet : Les lacs du Capcir en raquettes

D+ : 385 m
D- : 385 m
Temps de marche : 3h00

Lendemain de réveillon. Réveil tardif. Petit déjeuner à 9h00. Les uns préfèrent rester au refuge. D’autres n’ont pas le choix : gueule de bois.

Les plus motivés chaussent leurs raquettes. Dehors, c’est la tempête. La tramontane, ce vent de nord-ouest, froid et sec, emprunté à l’italien transmontana, s’est levée durant la nuit. En même temps, 20 à 40 cm de neige légère se sont déposés. Nous comprenons maintenant le surnom de Petite Sibérie qui colle au Capcir. Il fait glacial ! On lui donne aussi ce nom car les plateaux sont un des derniers refuges en europe Occidentale de la Ligulaire de Sibérie (Ligularia sibirica), une plante boréo-arctique.

Nous partons, plein est au dessus de l’hôtel Bones Hores, faire la trace à travers la pinède. C’est aussi le lieu idéal pour se protéger du vent.
Dès que nous sortons de la forêt, le vent nous décorne. Les Goretex sont fermés à leur maximum et les capuches serrées à fond, les bonnets sont sur la tête et les collants sous le pantalon. La progression est difficile avec le vent de face et la poudreuse.

Nous longeons l’estany Negre. Sur le lac gelé, le vent transporte la neige. Effet saisissant !
Nous rejoignons l’estany Sec qui ne l’est jamais.

Les rafales de vent dépassent les 100 km. Il fait froid. Les pieds gèlent et les préados qui nous accompagnent manquent de s’envoler à chaque bourrasque. Nous prenons la décision de revenir au refuge. Tant que la rando raquettes reste un plaisir, tout le monde est satisfait. Lorsqu’on atteint un point de rupture, mieux vaut rentrer. La prudence évite les accidents.

Nous ne passons pas sur le barrage car le vent souffle encore plus fort. Sans doute à plus de 120 km par heure. Nous ne résisterions pas aux rafales de vent et serions projeter par delà le mur. Sous le barrage, les poids légers décollent du sol comme de simple feuille morte. C’est très impressionnant et dangereux. Nous avons bien fait de rentrer.

L’après-midi, certains membres du groupe partiront explorer les lacs et tourbières sous le refuge. Les autres resteront au refuge pour se reposer et faire des jeux de société près du poêle à bois.

Petite journée de marche mais pour reprendre les propos de Théo, 13 ans : « C’était cool ».


Randonnée en raquettes au Capcir organisée par La Balaguère, spécialiste des voyages et randonnées dans les Pyrénées et dans le monde

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com