Traversée du Parc National Nahuel Huapi

Destination : Argentine » Amérique | Montagne : Andes ; Patagonie | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 9 jours | Dificulté : 4 | Dénivelé : +6740 m/-7000 m | Type d'itinéraire : Demi-boucle | 
Ecosystème : Forêt, Lac, et Montagne | Hébergement : Bivouac et Refuge
Meilleures Périodes : Janvier, Février, Mars, et Décembre
Traversée du parc national Nahuel Huapi dans la région des grands lacs au nord de la Patagonie en Argentine. Un trekking de 10 jours, engagé et peu connu sous le regard omniprésent du mont Tronador, le maître des lieux. Vamos...
Posté le :


Les pages du carnet :

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Trace GPS Traversée du Parc National Nahuel Huapi   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Trace GPS Traversée du Parc National Nahuel Huapi

Télécharger la "Trace GPS Traversée du Parc National Nahuel Huapi" (Téléchargement :50 fois)

Aux portes de San Carlos de Bariloche se trouve le parc national de Nahuel Huapi abritant notamment le grand lac Nahuel Huapi, mais également, un massif qui s’étend jusqu’à la frontière Chilienne. Nous y avons prévu une traversée d’une dizaine de jours.
Au départ de Villa Catedral, nous comptons suivre l’itinéraire des trois refuges, Emilio Frey, San Martin, Manfredo Segre. Puis, nous enchainerons sur la traversée du massif de Colonia Suiza à Pampa Linda où de là, nous grimperons sur le volcan Tronador. Nous finirons notre marche en franchissant le Paso de las Nubes pour atteindre Puerto Frías et ainsi rentrer à San Carlos de Bariloche en bateau sur le lac Nahuel Huapi.

Jour 1 : Villa Catedral – Refuge Emilio Frey

  • Temps de marche : 3h15
  • Distance : 10km
  • Dénivelé : +815 m / -100 m

En à peine trente minutes de bus, nous arrivons à la station de Villa Catedral, au pied du massif du Cerro Catedral, point de départ de la rando. Le ciel a bien changé par rapport au grand beau de ces derniers temps, il tourne au mauvais. Une belle dépression s’annonce… Nous devons sortir nos vestes qui n’ont pas servi depuis bien longtemps. Le chemin commence par longer le bas du massif en surplombant le lac Gutiérrez, avant de grimper en s’enfonçant dans les bois dans la vallée Van Titter. Nous croisons surtout du monde qui redescend, d’un bon pas… Que se passe-t-il là-haut ?

A midi, nous allons nous refugier de la petite pluie, le temps du repas, dans l’abri Piedritas. Une petite cabane en bois qui est imbriquée sous un immense rocher.

Il nous ne reste plus qu’une heure de montée pour atteindre le refuge Emilio Frey perché à 1750 mètres d’altitude. C’est sous une pluie battante et un vent de folie que nous y arrivons, complètement trempés. Nous commençons par nous sécher et étendre nos affaires dans le petit local réservé aux campeurs, qui déborde de monde… Puis nous nous installons dans ce petit refuge à l’ambiance sympathique tout aussi bondé et animé, autour d’un chocolat chaud et à proximité de la fenêtre pour admirer le spectacle. Malgré le temps, le panorama est magnifique. Le refuge domine la lagune Tonček et offre une superbe vue sur les pics du Cerro Catedral. Des pics majestueux pointant vers le ciel qui donnent l’impression d’être face à une cathédrale, d’où son nom. Durant une accalmie, nous allons installer notre tente, rares sont ceux qui aujourd’hui la plantent. La plupart ont opté pour une couchette et parmi les deux qui ont osé l’expérience du bivouac, l’un d’eux a vu sa tente s’envoler… Le second a quant à lui une tente quatre saisons. Cela ne nous effraie pas, nous nous trouvons un bon petit coin abrité au milieu d’arbustes, le choix de l’emplacement est d’une importance cruciale !

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

dix-huit − quatre =